NCL

Aelii Donati in Phormionem Terenti commentum

Praefatio

I
I. postqvam poeta vetvs poetam non potest 1 Hanc comoediam manifestum est prius ab Apollodoro sub alio nomine, hoc est Epidicazomenes 1, Graece scriptam esse quam Latine a Terentio Phormionem. quamobrem nulla dubitatio est hanc solam esse, cui nomen poeta mutauerit, et errare eos, qui in hac2 Phormionem parasitum putant a formula litis, quam intenderit, nominatum, cum Graeca lingua Formio 3 fiscus sparteus et stramen nauticum sic dicatur : a cuius rei uel capacitate uel uilitate etiam ab Apollodoro parasitus Phormionis nomine nuncupatur. 2 haec igitur4 tota motoria est 3 et in affectibus constituta paene maioribus quam comicus stilus posceret, nisi quod arte poetae omnia moderata sunt. 4 primas in ea partes, ut ipse poeta professus est, tenet Phormio, secundas Geta, tertias Demipho, subinde ceteri, prout cuiusque actus5 ostendit. 5 prologus Phormionis nimis concitatus est, adeo ut ipse semet ueluti reprehendat ob hanc ipsam peruicaciam et simul argumentum suae purgationis inducat. atque in ea cum et πρότασις et ἐπίτασις et καταστροφή magni moliminis et negotii sint, ita uariis leporibus asperguntur, ut etiam rerum tristium grauitatem poeta lepidus comica serenitate tranquillet. 6 haec acta est ludis Megalensibus L. Lucio Cornelio Merula aedili curuli et L. Lucio Postumio Albino6 , agentibus L. Lucio Cassio, L. Lucio Atilio7 et L. Lucio Ambiuio, modos faciente Flacco Claudi liberto8 , tibiis Serranis tota. 7 deuerbiis quoque facetissimis et gestum desiderantibus scaenicum et suauissimis ornata canticis fuit. 6* editaque est quarto loco M. Marco Valerio C. Caio 9 Fannio consulibus. 8 persona etiam in huius protasi non una est, sed duae, quarum altera extra argumentum posita est, cui narratur fabula, altera in argumento, quae narrat fabulam. 9 argumentum quoque non simplicis negotii habet nec unius adulescentis, ut in Hecyra, sed duorum, ut in ceteris fabulis. 10 scire autem conuenit uno die transigi Phormionem, non ut Heautontimorumenon duobus. 11 Πρόλογος correpte ἀπὸ τοῦ προλέγειν dicitur, non producte ἀπὸ τοῦ πρῶτον λέγειν , nam officium prologi ante narrationem10 quidem rei semper est, uerumtamen et post principium fabulae inducitur, ut apud Plautum in Milite glorioso et apud ceteros magnae auctoritatis ueteres poetas.
I. postqvam poeta vetvs poetam non potest 1 Il est évident que cette comédie a d'abord été écrite, en grec, par Apollodore, sous un autre titre, La jeune fille mariée par jugement (Epidikazoménè), avant que Térence n'écrive son Phormion en latin. Il n'y a aucun doute que cette comédie soit la seule dont le poète a changé le titre, et que ceux qui pensent que, dans cette comédie, Phormion, le parasite, a été nommé d'après la formule du procès qu'il a intenté se trompent, puisque, en grec, on appelle phormio une corbeille de sparterie et une litière de marin. C'est à cause de la capacité ou de l'insignifiance de cet objet que le parasite est désigné du nom de Phormion même par Apollodore. 2 Cette comédie est donc tout entière une pièce pleine de mouvements, 3 et elle est composée de passions qui seraient presque plus grandes que ce qu'exige le genre comique, si ce n'était le fait qu'elle sont toutes tempérées par l'art du poète. 4 Comme le poète l'a lui-même déclaré, Phormion tient le premier rôle dans cette pièce, Géta tient le second, Démiphon, le troisième, et les autres viennent ensuite, dans l'ordre qu'impose la part de chacun dans l'action. 5 Le prologue du Phormion est extrêmement véhément, au point que l'auteur se fait comme des reproches à lui-même au sujet de cet acharnement et qu'il introduit en même temps l'argument nécessaire à sa justification. Et comme, dans cette comédie, à la fois l'exposition (πρότασις), le nœud (ἐπίτασις) et le dénouement (καταστροφή) pouvaient comporter un gros effort et un gros travail, elles sont saupoudrées de traits d'humour variés, de telle sorte que le plaisant poète apaise, par sa comique sérénité, la gravité d'une situation sombre. 6 La pièce a été jouée aux Jeux Mégalésiens alors que Lucius Cornelius Merula et Lucius Postumius Albinus étaient édiles curules, sous la direction de Lucius Cassius, Lucius Atilius et Lucius Ambivius, avec une mise en musique, pour la totalité de la pièce, de Flaccus, affranchi de Claudius, à la flûte tyrienne. 7 Elle est également parée de parties parlées très plaisantes et qui appellent le jeu de scène, ainsi que de parties chantées très agréables. 6* Et elle a été publiée à la quatrième place, sous le consulat de Marcus Valerius et de Caius Fannius. 8 Dans l'exposition de celle-ci, le personnage n'est pas unique, mais il y en a deux : l'un est extérieur à l'intrigue, et c'est pour lui que l'on raconte la pièce ; l'autre est interne à l'intrigue, et c'est lui qui raconte la pièce. 9 La pièce possède un argument qui ne repose pas sur une intrigue simple et un seul jeune homme, comme dans L'Hécyre, mais sur deux intrigues et deux jeunes gens, comme dans toutes les autres pièces. 10 Il faut savoir que le Phormion se passe en un seul jour, et non en deux, comme L'Héautontimorouménos. 11 On dit πρόλογος (prologue) avec un o bref comme dans προλέγειν (parler avant), et non avec un o long comme dans πρῶτον λέγειν (parler en premier), car la fonction du prologue intervient certes avant la narration de l'intrigue, mais cependant elle est parfois introduite après le début de la pièce, comme chez Plaute dans Le Soldat fanfaron et chez d'autres poètes anciens de grande importance563.

II
II. Cum Chremes Demiphonis frater adscito sibi ad fallaciam nomine, quod11 Stilphonem se dici fecerat, duas eodem tempore habuisset uxores, Athenis diuitem, pauperem Lemni, ex diuite sustulit filium, qui dictus est Phaedria, ex paupere furtim suscepit atque educauit filiam, Phanium nomine, eamque consilio cum fratre habito destinauit filio suo12 Antiphoni uxorem dare. quibus complacitis uno tempore profecti Athenis senes, Demipho in Ciliciam, Chremes Lemnum ad accersendam filiam, quae iam illinc cum matre nauigauerat, occasionem dederunt amandi adulescentibus. nam statim Phaedria citharistriam sub lenone coepit ardere, Antipho illam filiam patrui Phanium desponsatam sibi nesciens nescientem, mox ut Athenas uenit nec patrem repperit falsa13 duplici eius nomine, matrem mortuam dum lamentatur, adamauit consilioque et opera parasiti secundum leges Atheniensium, quasi14 sibi cognata esset, tamquam in iure uictus et uelut coactus eam accepit uxorem per absentiam patris. qui cum aduenisset et eam uellet expellere, primo confutatur per impudentiam parasiti, post cum suo fratre sic decipitur, ut dum eam credit ab Antiphone posse disiungi, eam parasitus ipse ducat uxorem et15 det ducturo triginta minas praesentis dotis puellae nomine, quas Phormio acceptas Phaedriae dedit, ille lenoni ad citharistriam redimendam. quibus gestis tandem Chremes agnoscit filiam suam coniunctam esse fratris filio. quare mutato consilio dum triginta minas a Phormione per rixam conatur exigere, per eundem proditus uxori suae Nausistratae et aperte16 libidinis reus non ante ueniam meruit a matre familias, quam et triginta minarum et amoris citharistriae ueniam dedisset filio.
II. Chrémès, frère de Démiphon, ayant pris un nom d'emprunt pour mener à bien une fourberie et s'étant fait appeler Stilphon, avait eu deux épouses en même temps, une riche à Athènes, et une pauvre à Lemnos ; de celle qui était riche, il conçut un fils que l'on appela Phédria, et de celle qui était pauvre, une fille du nom de Phanium, qu'il eut et éleva en cachette ; après s'être concerté avec son frère Démiphon, il la destina à épouser le fils de celui-ci, Antiphon. Une fois conclus ces projets qui les satisfaisaient l'un et l'autre, les deux vieillards quittèrent Athènes : Démiphon partit en Cilicie, et Chrémès alla à Lemnos chercher sa fille, qui en était déjà partie en bateau avec sa mère ; par leur départ, les deux vieillards donnèrent aux jeunes gens l'occasion de tomber amoureux. De fait, sur-le-champ, Phédria s'enflamma pour une joueuse de cithare qui était sous la coupe d'un entremetteur ; d'autre part, sans qu'aucun des deux ne connaisse l'identité de l'autre, Antiphon s'éprit de Phanium, la fille de son oncle qui lui était fiancée, alors que, peu après l'arrivée de la jeune fille à Athènes, induite en erreur par la double identité de son père, elle ne retrouvait pas ce dernier, et qu'elle pleurait sa mère morte ; grâce aux conseils et au concours d'un parasite, Antiphon épousa Phanium durant l'absence de son père, en faisant comme si elle était une parente, qu'il avait perdu un procès et qu'il était forcé de la prendre pour femme. Une fois le père revenu, il veut chasser la jeune fille : il est tout d'abord confondu par l'effronterie du parasite ; puis, en même temps que son frère, il est induit à croire faussement que, tandis que pour sa part il pense que le mariage de Phanium avec Antiphon peut être rompu, le parasite lui-même va se marier avec elle, et qu'il doit donner à ce dernier, pour qu'il l'épouse, trente mines à titre de dot pour la jeune fille ; une fois cette somme reçue, Phormion la donne à Phédria, qui la donne à son tour à l'entremetteur pour racheter la joueuse de cithare. Mais sur ces entrefaites, Chrémès reconnaît finalement que c'est sa fille qui a été mariée au fils de son frère. C'est pourquoi, alors qu'il a changé d'avis, et pendant qu'il entreprend de réclamer à Phormion les trente mines et qu'il se querelle avec lui, ce dernier le dénonce à sa femme Nausistrata ; accusé ouvertement de débauche, il n'obtient pas le pardon de la mère de famille avant qu'il n'ait donné les trente mines à son fils et qu'il ne lui ait pardonné de s'être épris d'une joueuse de cithare.

III
III. 1 Primus actus in colloquio est Daui et Getae, per quos discit populus argumentum. 2 secundi actus tenor continet aduentum senis turbulentum et eiusdem iurgium aduersus Getam et Phaedriam17. 3 tertio actui attribuitur litigium senis et Phormionis, tum consultatio cum aduocatis, tum Antiphonis in scaenam reditus colloquiumque cum Geta, tum lenonis ac Phaedriae colluctatio, tum adhortatio Getae de inueniendo argento ad redimendam Phaedriae citharistriam. 4 quartum actum ista concelebrant: aduentus Chremetis eiusdemque cum fratre deliberatio per errorem de eicienda Phanio, Getae uerba de fallendis senibus, Antiphonis oratio apud semet ipsum de amore tractantis, Getae rursus cum senibus callida et mox cum Antiphone18 de eadem causa simplex disputatio, senum inter se colloquium de expulsione mulieris et ad extremum uerba Chremetis agnoscentis nutricem ac per eandem filiam suam cum Antiphone coniunctam. 5 in quinto actu per Demiphonis errorem Phormio accipit argentum dotis nomine et conuenitur Nausistrata, ut exire domo compellat Phanium. a patre cognitam19 permissamque, ut uxor uxor20 habeatur, per Getam Antiphoni et Phormioni nuntiatur21 . quae cum ita nupta sit, exposcitur argentum a Phormione per rixam senum, a quibus ille oppressus rem omnem aperit Nausistratae. ad quod primum irata ut in tali re uxor mox lenitur in fine fabulae et tutissimum a patris iracundia praestat Phaedriam.
III. 1 Le premier acte consiste en une conversation entre Dave et Géta ; il permet au public d'apprendre l'argument de la pièce. 2 On trouve, au cours du second acte, l'arrivée perturbatrice du vieillard et l'altercation qui oppose celui-ci à Géta et Phormion. 3 On place dans le troisième acte la dispute entre le vieillard et Phormion et aussi la consultation des avocats, le retour d'Antiphon en scène et sa conversation avec Géta, la lutte entre l'entremetteur et Phédria, et également l'exhortation de Géta à trouver de l'argent pour racheter la joueuse de cithare de Phédria. 4 Voici les nombreux faits qui occupent le quatrième acte : arrivée de Chrémès qui se demande, avec son frère, tout en se méprenant, s'il faut chasser Phanium, propos de Géta sur le fait de tromper les vieillards, discours à part soi d'Antiphon qui discute de l'amour, et ruses de Géta à son retour en compagnie des vieillards et, peu après, simple échange d'arguments avec Antiphon sur le même sujet, dialogue des deux vieillards seul à seul, au sujet de l'éviction de la femme et pour finir, propos de Chrémès quand il reconnaît la nourrice et qu'il comprend grâce à elle que c'est sa fille qui a été mariée à Antiphon. 5 Dans le cinquième acte, Phormion, à la faveur de la méprise de Démiphon, reçoit l'argent à titre de dot et Nausistrata se laisse convaincre de forcer Phanium à quitter la maison. Son père la reconnaît et autorise l'épouse à être traitée en épouse, ce qu'Antiphon et Phormion apprennent grâce à Géta. Ainsi, puisqu'elle est mariée, les vieillards réclament l'argent à Phormion et se querellent avec lui, et lui, alors qu'ils font pression sur lui, révèle toute l'affaire à Nausistrata. Elle se met d'abord en colère, comme le fait une épouse en pareil cas, mais s'apaise bientôt, à la fin de la pièce, et garantit la totale protection de Phédria contre la colère de son père.

Prologus

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34

1
Postquam poeta uetus poetam non potest
Depuis que le vieux poète ne peut au poète

1 postqvam poeta vetvs poetam non potest hoc initium ad destructionem22 personae aduersarii sumitur coniunctum cum insinuatione personae Terentianae. 2 postqvam poeta vetvs p. poetam n. non p. potest nota postquam apud ueteres non praeterito modo sed etiam praesenti tempori23 adiungi, ut «  postquam nos Amaryllis habet, Galatea reliquit 1 ». quamquam sunt qui postquam pro quoniam accipi uelint. 3 postqvam poeta v. vetvs p. poetam n. non p. potest 24 qui iam diu est, non qui iam diu fuit. ergo ut uinum uetus, non25 uetus Ennius26 . 4 postqvam poeta vetvs poetam iucunda repetitio, ut «  diua deam 2 » et «  notos pueri27 puer i. indue u. uultus 3 ». 5 postqvam poeta vetvs poetam non potest ἀντίθετον primum per σύλλημψιν primam, ita ut extrinsecus nouum audiri28 poetam oporteat.
1 postqvam poeta vetvs poetam non potest ce début est employé pour ruiner la personne de l'adversaire et aussi pour introduire de manière détournée le personnage de Térence. 2 postqvam poeta vetvs poetam non potest remarquez que, chez les Anciens, postquam s'emploie non seulement avec le passé, mais aussi avec le présent, comme dans « postquam nos Amaryllis habet, Galatea reliquit » (depuis qu'Amaryllis nous tient, Galatée nous a quitté). Mais il y a des gens pour lire postquam pour quoniam (puisque). 3 postqvam poeta vetvs poetam non potest poeta uetus signifie qui iam diu est (qui vit depuis longtemps), et non pas qui iam diu fuit (qui a vécu il y a longtemps) ; il faut donc comprendre uetus comme dans uinum uetus (un vin vieux) et non pas comme dans uetus Ennius (le vieil Ennius)564. 4 postqvam poeta vetvs poetam la répétition est agréable, comme dans « diua deam » (déesse s'adressant à une déesse) et « notos pueri puer indue uultus » (enfant, revêts les trais, qui te sont connus, de cet enfant). 5 postqvam poeta vetvs poetam non potest antithèse (ἀντίθετον) de la première catégorie par syllepse (σύλλημψις) de la première catégorie, de sorte qu'il faut comprendre implicitement un poète nouus (nouveau).

2
retrahere a studio et transdere hominem in otium,
arracher son étude et le pousser l'homme à l'oisiveté,

1 retrahere a stvdio sic loquitur, quasi rem scaenicam magis laedere uoluerit Luscius quam Terentium. 2 transdere tradere : ueteres sonantius, quod nos lenius tradere, ut translatum, nos tralatum e contrario29 . 3 et transdere hominem comice et uenuste inseruit hominem, ut Laeuius «  ter hinc anus conserua tam cat<e> id dedit † hu <***> dedecus erat † 4 »30 .
1 retrahere a stvdio c'est dit comme si Luscius avait voulu faire du tort au théâtre plus qu'à Térence. 2 transdere pour tradere ; les Anciens prononçaient ainsi d'une manière plus sonore ce que nous prononçons, nous, de façon plus douce tradere, comme translatum, alors que nous disons, nous, tralatum. 3 et transdere hominem il greffe hominem de façon comique et élégante, comme chez Laevius « ter hinc anus conserua tam cat<e> id dedit † hu <***> dedecus erat † » (trois fois alors la vieille, compagne d'esclavage, l'a donné avec force ruse, .... c'était une honte)565.

3
maledictis deterrere ne scribat parat ;
par ses insultes, c'est à le détourner d'écrire qu'il s'emploie.

1 maledictis deterrere sensus hic est: ipse se aduersarius, inquit, fatetur uictum, qui a rebus exclusus ad uerba delapsus est. 2 maledictis deterrere deest eum, ut «  quarum quae forma pulcherrima D. Deiopea 5 »31.
1 maledictis deterrere ici le sens est celui-ci : l'adversaire lui-même, dit-il, s'avoue vaincu, lui qui, empêché d'agir, s'est rabattu sur les paroles. 2 maledictis deterrere il manque eum 566, comme dans « quarum quae forma pulcherrima Deiopea » (la plus belle d'entre elles, Déiopéa).

4
qui ita dictitat, quas antehac1393 fecit fabulas
Il va répétant que les pièces qu'il a faites jusqu'ici

1 qvi ita dictitat imprudentiam32 ostendit per frequentatiuum uerbum. 2 qvas antehac fecit fabvlas et hic lentum accusatorem facit, qui praeterita ingerat et de quibus iam sit iudicatum in melius.
1 qvi ita dictitat il fait apparaître la stupidité de Luscius par l'emploi du fréquentatif. 2 qvas antehac fecit fabvlas et, ici, il fait de l'accusateur un homme lourdaud, puisqu'il reproche des choses passées et des choses dont on a déjà mieux jugé.

5
tenui esse oratione et scriptura leui
sont inconsistantes dans leur forme et dans leur style sans force,

1 tenvi esse oratione et scriptvra levi imperitum inducit criminatorem, qui hoc obiciat, quod proprium debet esse comici stili. 2 Reuera autem hoc deterior33 Menandro Terentius iudicabatur, quod minus sublimi oratione uteretur ; quod ipsum nunc purgat dicens in tragoedia altiora posse transire.
1 tenvi esse oratione et scriptvra levi il met en scène un calomniateur inexpérimenté, puisqu'il reproche ce qui doit être le propre du genre comique. 2 Térence était jugé réellement inférieur à Ménandre parce qu'il utilisait moins le style élevé ; mais, à cet endroit du texte, il se justifie en disant que, même dans la tragédie, peuvent apparaître en passant des éléments qui ne sont que moyennement élevés.

6
quia numquam1394 insanum scripsit adulescentem1395
parce qu'il n'a jamais écrit qu'un jeune homme en délire

1 qvia nvmqvam insanvm scripsit advlescentem ideo uidemur leues tenuesque quia, inquit, in comoediam prodigia facta sunt et tragoedias concitamus34 ne modo callide errorem reprehenderet sed etiam ut ipsum ostenderet imperite Luscium Lanuuinum scripsisse35 . 2 Scripsit igitur advlescentvlvm ut comicam personam ostendat et36 artificiose imminuit adulescentulum, quo magis persona a sublimitate tragica discessisset.
1 qvia nvmqvam insanvm scripsit advlescentem la raison qui lui fait dire "je suis considéré comme léger et frivole parce que, comme le dit Luscius, il y a des prodiges en comédie et donc nous nous faisons dans la tragédie"567 c'est qu'il veut non seulement corriger l'erreur, mais aussi montrer que Luscius de Lanuvium lui-même a écrit sans y rien connaître. 2 Il a écrit advlescentvlvm de manière à présenter un personnage comique et il a utilisé avec art le diminutif adulescentulus, afin que le personnage soit davantage éloigné du sublime de la tragédie568.

7
ceruam uidere fugere et sectari canes
voit la fuite d'une biche et la poursuite des chiens,

1 cervam videre fvgere hic affectus a comoediis remouendus est. 2 cervam videre fvgere et sectari canes ambiguitas per accusatiuum casum perseuerans usque ad ultimum de industria, ut etiam ipsa perplexitas odiosa sit.
1 cervam videre fvgere cette passion ne doit pas apparaître dans les comédies. 2 cervam videre fvgere et sectari canes une ambiguïté délibérée persiste jusqu'à la fin du vers à cause de l'accusatif, de sorte que l'obscurité même du propos est détestable569.

8
et eam plorare, orare ut subueniat sibi.
et qu'elle pleure, le supplie de venir à son secours.

et eam plorare orare vt svbveniat sibi haec omnis peristasis 37 tragica est et ideo in comoedia uitiosa ducitur.
et eam plorare orare vt svbveniat sibi toutes ces circonstances (peristasis) sont tragiques et leur présence dans une comédie est donc contraire aux règles.

9
quod si intellegeret, cum stetit olim noua,
S'il se rendait compte que, si jadis a réussi sa nouvelle comédie,

1 cvm stetit olim nova bene hoc: potuit enim responderi « cur igitur stetit et non exacta est a populo ? » 2 cvm stetit olim nova recte olim, quasi dicat: cum adhuc Terentius non scriberet, penuria meliorum est probata. deinde quod ait noua, hoc significat omnia carmina ipsa nouitate commendari, etsi nullius momenti sunt38 .
1 cvm stetit olim nova c'est bien, car on aurait pu répondre : "pourquoi donc la pièce a-t-elle réussi et n'a-t-elle pas été sifflée par le public ?". 2 cvm stetit olim nova olim est employé à juste titre, comme s'il disait : "vu que, jusqu'alors, Térence n'écrivait pas, la pièce a été applaudie parce qu'il n'y en avait pas de meilleures". Ensuite, parce qu'il dit noua, il veut dire que c'est précisément leur nouveauté qui fait valoir les pièces, même si elles sont insignifiantes.

10
actoris opera magis stetisse quam sua,
ce fut grâce au talent du producteur qu'elle a réussi plus qu'au sien,

actoris opera magis stetisse una opera et suffragium scaenicorum comparat et laedit aduersarium.
actoris opera magis stetisse il met à la fois en balance opera et le jugement porté sur les acteurs, et il charge son adversaire.

11
minus multo audacter quam nunc laedit laederet1396
il mettrait beaucoup moins d'audace à offenser qu'il n'offense maintenant.

minvs mvlto avdacter noue dictum minus multo audacter39 , ut cum dicimus40 nos minus audacter.
minvs mvlto avdacter minus multo audacter est une expression inédite570, qui équivaut à notre minus audacter (moins audacieusement).

12
nunc si quis est qui hoc dicat aut sic cogitet :
Maintenant s'il y a quelqu'un qui dise ou pense :

1 qvi hoc dicat avt sic cogitet omne quod in mentem uenit aut cogitamus aut dicimus. Vergilius «  et mihi iam multi crudele canebant artificis s. scelus et t. taciti u. uentura u. uidebant 6 ». 2 Hic sensus est: nunc si quis est qui hoc dicat aut censeat « improbus est Terentius, qui omnes prologos de maledictis habet », habeat is hoc responsum sibi « aduersarium coegisse qui prouocauerit ». nam quid faceret Terentius, cum de palma artis musicae certandum uideat esse sibi ?
1 qvi hoc dicat avt sic cogitet cogitet renvoie à tout ce qui nous vient à l'esprit, que nous pensons ou que nous disons. Virgile : « et mihi iam multi crudele canebant artificis scelus et taciti uentura uidebant » (et déjà beaucoup me prédisaient une cruelle scélératesse du maître en artifices, et, sans le dire, voyaient ce qui allait se passer). 2 Ici, le sens est le suivant : s'il y a à présent quelqu'un pour dire ou pour être d'avis que "Térence est méchant : ses prologues ont pour sujet des injures", que l'on réponde à cette personne que "c'est son adversaire qui l'y a contraint en le provoquant". Qu'aurait pu faire d'autre Térence, en effet, alors qu'il voyait qu'il lui fallait rivaliser pour la palme de l'art poétique ?

13
"uetus si poeta non lacessisset prior,
« Le vieux poète s'il n'avait pas attaqué le premier,

lacessisset prior aut lacessisset abundat aut prior.
lacessisset prior lacessisset est en trop, ou bien prior.

14
nullum inuenire prologum potuisset nouus1397
jamais il n'aurait pu trouver de prologue, le nouveau,

1 nvllvm invenire prologvm prologum modo non hominem sed verba significat. 2 novvs hic, quod supra praetermisit, ueteri supposuit nouum.
1 nvllvm invenire prologvm prologum renvoie ici non pas à un homme, mais à des propos571. 2 novvs ici, il met nouus après uetus ; plus haut572, il a omis de mettre nouus.

15
quem diceret, nisi haberet cui malediceret,"
à débiter, faute d'avoir de qui médire »

nisi haberet cvi malediceret mire haberet, quasi dubium non sit maledicendum esse.
nisi haberet cvi malediceret haberet est remarquable, comme s'il disait qu'il n'est pas douteux qu'il faille en dire du mal573.

16
is sibi responsum hoc habeat, in medio omnibus
qu'il reçoive la réponse que voici : c'est au milieu du terrain, et pour tous les concurrents,

1 is scilicet Luscius Lanuuinus41 . 2 is sibi responsvm hoc habeat in medio huic rei per qualitatem respondet: aduersarium cogere, ut sic agat. 3 in medio omnibvs palmam esse positam sensus hic est : inueniret, inquit, sed maluit, cum de palma certandum sit, aduersario respondere laedenti. uerum oratorie manifesta soluere non curauit, hoc est « inueniret » ; hoc enim subiciendum fuit. 4 omnibvs et nouis et ueteribus poetis. 5 palmam pro causa certaminis posuit, et ideo non esse mirandum, si pugnant, quibus causa certaminis praesto est.
1 is Luscius de Lanuvium évidemment. 2 is sibi responsvm hoc habeat in medio il répond à cela par l'argument de la qualité574 : c'est l'adversaire qui le force à agir ainsi. 2 in medio omnibvs palmam esse positam ici le sens est le suivant : il aurait trouvé (inuenire), mais, puisque l'enjeu de la lutte était la palme, il a préféré répondre (respondere) à l'adversaire qui lui faisait du tort575. Mais, à la manière des orateurs, il ne s'est pas soucié de répondre à une question évidente, c'est-à-dire de répondre inueniret ; car il aurait fallu qu'il en parle après576. 3 omnibvs à la fois les nouveaux et les anciens poètes. 4 palmam il a mis palma pour la raison de la lutte, et il ne faut donc pas s'étonner s'ils luttent : la raison de leur lutte est à portée de leur main.

17
palmam esse positam qui artem tractant1398 musicam.
que la palme est placée, pour eux qui s'appliquent à l'art des Muses.

1 qvi artem tractant Vergilius «  nec quicquid ubique est gentis Dardaniae, m. magnum q. quae s. sparsa p. per o. orbem 7 ». 2 et περιφραστικῶς ἀντὶ τοῦ qui comoedias scribunt.
1 qvi artem tractant Virgile : « nec quicquid ubique est gentis Dardaniae, magnum quae sparsa per orbem » (ni tout ce qui peut aujourd'hui subsister de la nation dardanienne dispersée dans le vaste monde). 2 Et cette expression est mise de façon périphrastique (περιφραστικῶς) au lieu de (ἀντὶ τοῦ) qui comoedias scribunt (ceux qui écrivent des comédies).

18
ille ad famem hunc a studio studuit reicere :
Lui, pour réduire le nôtre à la famine, a étudié comment le dégoûter de son étude ;

1 ille ad famem hvnc ab stvdio hic maxime incipit soluere, quod sibi superius ipse proposuit. 2 ille ad famem hvnc ab stvdio nunc « quid est » inquit « poetam uituperare nisi ad famem reicere ? » ; nam poetae probi uendebant fabulas suas et harum pretiis alebantur. 3 ille ad famem hvnc ab stvdio 42 4 ab stvdio stvdvit rei. reicere uetuste, ut «  luserat ludum 8 » et « pugnam pugnauit ».
1 ille ad famem hvnc ab stvdio il commence surtout à répondre au but qu'il s'est préalablement proposé. 2 ille ad famem hvnc ab stvdio il demande à présent : "qu'est-ce que critiquer un poète, sinon le réduire à la famine ?" ; les poètes honnêtes577 vendaient en effet leurs pièces, et vivaient de l'argent qu'ils en tiraient. 3 ille ad famem hvnc ab stvdio578 . 4 ab stvdio stvdvit reicere tour vieilli, comme « luserat ludum » et « pugnam pugnauit » (il s'est battu à la bataille)579.

19
hic respondere uoluit, non lacessere.
le nôtre a voulu répondre, non attaquer.

20
benedictis si certasset, audisset bene :
Si c'est de compliments qu'il avait fait assaut, on l'aurait complimenté.

1 benedictis si certasset cur, lacessitus, respondens « certamen est » inquit. an hoc43 bene certasset, quia supra dixit « in medio omnibus palmam esse positam », quasi dicat : quicquid in certamen uenerit, in eo uincendos aemulos esse. 2 si certasset ἀντὶ τοῦ prior44 prouocasset : ab eo quod praecedit id quod sequitur. Vergilius « nec te certasse priorem paeniteat ». 3 avdisset bene bene audire est bene dici, laudari.
1 benedictis si certasset pourquoi, alors qu'il est harcelé, dit-il en répondant "c'est une lutte" ? Ou bien certasset est-il bien dit, parce qu'il a dit plus haut « in medio omnibus palmam esse positam », comme s'il disait : "quoi qu'il advienne dans la lutte, nous rivalisons pour en sortir vainqueurs". 2 si certasset au lieu de (ἀντὶ τοῦ) prior prouocasset (s'il l'avait provoqué le premier) : ce qui suit découle de ce qui précède. Virgile « nec te certasse priorem paeniteat » (et tu ne saurais te reprentir de l'avoir devancé). 3 avdisset bene bene audiresignifie bene dici (être le sujet de bons propos), laudari (faire l'objet d'éloges).

21
quod ab illo allatum est, sibi esse rellatum putet.
Ce qu'il a apporté, voilà ce qu'il remporte, qu'il se le dise.

1 qvod ab illo allatvm est id est maledictum. 2 qvod ab illo allatvm est id sibi rellatvm pvtet prouerbiale est: quod dedit, recepit. 3 et geminauit l, ut « relliquias Danaum ».
1 qvod ab illo allatvm est c'est-à-dire maledictum (méchanceté)580. 2 qvod ab illo allatvm est id sibi rellatvm pvtet l'expression est proverbiale : donnant donnant. 3 Et il a redoublé le l, comme Virgile : « relliquias Danaum » (restes échappés aux Danaens).

22
de illo iam finem faciam dicendi mihi,
Pour ce qui est de lui, maintenant je vais mettre une trêve à mes paroles,

1 de illo iam finem faciam ἀπὸ τῆς ἐπιεικείας τοῦ αἰτοῦντος 45. 2 dicendi mihi peccandi cvm ipse de se et mihi et de se proprie positum est, et praeterea ἀμφιβολία.
1 de illo iam finem faciam en raison de la modération du demandeur (ἀπὸ τῆς ἐπιεικείας τοῦ αἰτοῦντος). 2 dicendi mihi peccandi cvm ipse de se et mihi et de se sont employés au sens propre ; il y a par ailleurs une amphibologie (ἀμφιβολία)581.

23
peccandi cum ipse de se finem non facit.
quoique, à sa malignité, lui de son côté ne mette pas de trêve.

1 peccandi maledicendi an uere peccandi ? 2 cvm ipse de se finem non f. facit prius ego, inquit, de illo finem faciam quam ipse de se. 3 et prius ego dicendi faciam quam ille peccandi finem. 4 non facit pro non faciat, ut « mirum ni egomet turpiter hodie hic dabo ».
1 peccandi maledicendi (de médire) ou vraiment peccandi ? 2 cvm ipse de se finem non facit je m'arrêterai, moi, dit-il, de parler de lui avant que lui ne s'arrête de parler de lui-même. 3 Et je m'arrêterai, moi, de parler avant que lui ne s'arrête de se montrer en faute. 4 non facit au lieu de non faciat, comme dans « mirum ni egomet turpiter hodie hic dabo »582.

24
nunc quid uelim animum attendite : adporto nouam
Maintenant ce que je veux, faites-y attention. Je vous apporte une nouvelle

1 nvnc qvid velim animvm attendite deest quaeritis, ut sit : nunc quid uelim quaeritis ? animum attendite. 2 novam Latinam dicit.
1 nvnc qvid velim animvm attendite il manque quaeritis (vous demandez), pour qu'on ait : nunc quid uelim quaeritis ? animum attendite 583. 2 novam il veut dire Latinam (latine).

25
Epidicazomenon quam uocant comoediam
comédie qui s'appelle l'Epidicazomenos

epidicazomenon qvam vocant comoediam manifeste hic errat Terentius ; nam haec fabula quam transtulit Epidicazomene dicta est a puella, de qua iudicium est, cum sit alia fabula Epidicazomenos eiusdem Apollodori. debuit ergo dicere Epidicazomenen.
epidicazomenon qvam vocant comoediam manifestement, Térence se trompe sur ce point : la pièce qu'il transpose a été nommée Epidicazoménè d'après la jeune fille qui est l'enjeu du procès, tandis qu'il existe une autre pièce, également d'Apollodore, dont le titre est Epidicazoménos. Il aurait donc du dire « Epidicazomenen ».

26
Graeci, Latini Phormionem nominant
en grec, en latin Phormion,

1 latini phormionem n. nominant φόρμιον 46 tegiculum dicunt Graeci, a quo insternitur pauimentum, — unde Φορμίων correpta prima syllaba apud Apollodorum est. non ergo a formula, ut quidam putant — et inde parasitus, uilissimae condicionis homo, nomen accepit. 2 phormionem si a formula esset nomen comoediae, produceremus primam syllabam, si a phormione, corripere debemus.
1 latini phormionem nominant les Grecs appellent φόρμιον la natte qui recouvre le sol, - d'où le nom de Phormion (Φορμίων) chez Apollodore, avec la première syllabe brève. Le mot ne vient donc pas de formula(formule judiciaire), comme certains le pensent584 - et c'est de là que le parasite, être humain de la condition la plus vile, tire son nom. 2 phormionem si le nom de la comédie venait de formula (formule judiciaire), nous allongerions la première syllabe, mais s'il vient de phormio, nous devons l'abréger585.

27
quia primas partes qui aget is erit Phormio
parce que celui qui y tiendra le premier rôle sera Phormion,

qvia primas partes qvi aget primas nunc maximas : ad actorem enim rettulit. Cicero « saepe illum, qui est secundarum aut tertiarum partium ».
qvia primas partes qvi aget primas se dit aujourd'hui maximas (les plus grandes) : cela renvoie en effet à l'acteur. Cicéron : « saepe illum, qui est secundarum aut tertiarum partium » (souvent, celui qui a le second ou le troisième rôle).

28
parasitus, per quem res geretur maxime
un parasite, par qui l'intrigue sera menée principalement,

1 per qvem res geretvr maxime quia primae partes etiam aliud significabant. non ergo nunc primum actum dicit, sed summas partes . 2 et bene maxime, quia et per alios.
per qvem res geretvr maxime parce que primae partes avait aussi un autre sens586. Il ne dit donc pas primus actus (le premier acte), mais summae partes. 2 Et il fait bien de dire maxime, parce que l'action est aussi menée par d'autres.

29
uoluntas uestra si ad poetam accesserit.
pour peu que votre bonne volonté soit acquise au poète.

volvntas vestra si ad p. poetam a. accesserit d. date o. operam si uoluntas accesserit pro si faueritis noue, scilicet uoluntatem pro fauore ponit.
volvntas vestra si ad poetam accesserit date operam mettre si voluntas accesserit pour si faueritis (si vous m'êtes favorables) est une nouveauté, il met bien entendu uoluntas pour fauor (faveur).

30
date operam, adeste aequo animo per silentium,
Aidez-nous, regardez-la avec un esprit de justice et en silence,

1 adeste aeqvo animo fauor in comoedia silentium spectatoris est. recte ergo addidit per silentium. 2 aeqvo animo nunc pro positiuo47 est.
adeste aeqvo animo dans la comédie, le silence des spectateurs est une faveur. C'est donc à juste titre qu'il ajoute per silentium. 2 aeqvo animo est à présent mis pour le positif587.

31
ne simili utamur fortuna atque usi sumus
pour que nous ne subissions pas le même sort que celui que nous avons subi

ne simili vtamvr fortvna atqve vsi svmvs ne populum laederet, fortunam maluit accusare.
ne simili vtamvr fortvna atqve vsi svmvs afin de ne pas offenser le public, il préfère accuser la fortune.

32
cum per tumultum noster grex motus est loco :
lorsqu'une manifestation fit déloger notre troupe de la place,

1 cvm per tvmvltvm noster apparet Hecyram ante Phormionem actam esse, cui contigit id quod queritur populum subaccusans. 2 noster grex motvs est loco locus est distributio temporum, quae cuique in spectaculum uenturo attribuuntur ab aedilibus ; unde loco motus dicitur, qui suas horas non obtinuerit inter praecedentes et consecuturos. ergo proprie. 3 Sic et Cicero «  loco ille motus est, cum est ex urbe pulsus 9 ».
1 cvm per tvmvltvm noster il apparaît que L'Hécyre a été jouée avant le Phormion : il est arrivé à la première ce dont il se plaint en accusant le public à mots couverts. 2 noster grex motvs est loco le locus est l'allocation d'un moment que les édiles attribuent à quiconque veut représenter une pièce ; c'est pourquoi on dit loco motus (délogé de sa place) pour quelqu'un qui n'a pas obtenu d'heure pour sa représentation entre ceux qui précèdent et ceux qui suivent. L'expression est donc employée au sens propre. 3 Ainsi, Cicéron : « loco ille motus est, cum est ex urbe pulsus » (en le refoulant hors de Rome, nous l'avons délogé de sa position).

33
quem actoris uirtus nobis restituit locum
place que nous a rendue la valeur de notre producteur,

1 qvem actoris virtvs ubique laudat actorem ; est enim poetae utile. 2 qvem actoris virtvs qui exclusus totiens animos non abiecerit, sed perseuerauerit agere. ideo uirtus est. 3 restitvit locvm bene repetiuit locum, ut ἀμφιβολίαν uitaret, ne quem tumultum dicere uideretur.
1 qvem actoris virtvs partout, il loue le chef de troupe ; en effet, c'est profitable pour le poète588. 2 qvem actoris virtvs lui qui, après avoir été chassé tant de fois de la place, n'a pas perdu courage mais a continué à faire jouer. C'est pourquoi il y a uirtus. 3 restitvit locvm il est bien qu'il ait répété locum, afin d'éviter l'amphibologie (ἀμφιβολία), et de ne pas laisser croire que quem renvoie à tumultum.

34
bonitasque uestra adiutans atque aequanimitas.
ainsi que votre bienveillance secourable et votre justice d'esprit.

1 bonitasqve vestra adivtans atqve ae. aeqvanimitas bonitas in omnibus generaliter rebus, aequanimitas in spectando. 2 An bonitas in spectandis his quae bona sunt, aequanimitas in ignoscendis uitiis atque delictis ? 3 An ταυτολογία est ? 4 An bonitas circa eum, nam48 aequanimitas circa Terentium ? 5 bonitasqve vestra ne totum actori attribuens nihil populo praeter culpam religionis49 reliquisse uideretur, honoris causa hoc addidit. 6 adivtans sic maluerunt ueteres quam adiuuans dicere. Ennius «  o Tite, si quid ego te adiuto curamue leuasso 10 »50.
1 bonitasqve vestra adivtans atqve aeqvanimitas bonitas pour toutes les situations en général, aequanimitas quand il s'agit du spectacle. 2 Est-ce que bonitas renvoie au spectacle de ce qui est bon et aequanimitas au pardon dû aux défauts et aux fautes ? 3 Ou est-ce une tautologie (ταυτολογία) ? 4 Ou bien encore est-ce que bonitas s'applique à lui, dans la mesure où aequanimitass'applique à Térence ? 5 bonitasqve vestra pour ne pas donner l'impression d'attribuer tout le mérite au chef de troupe et de ne reconnaître au public, en fait de marque de respect589, que sa faute, il ajoute ces mots, afin de marquer sa considération pour ce dernier. 6 adivtans les Anciens préféraient dire cela plutôt que adiuuans. Ennius : « o Tite, si quid ego te adiuto curamue leuasso » (ô Titus, si je t'aide, moi, et si je te soulage de ton souci en quelque façon).

Actus primus

scaena prima

Dauus

35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50

35
Da.-Amicus summus meus et popularis Geta
Da.-Mon grand ami et compatriote Géta

1 amicvs svmmvs mevs et popvlaris quod in omnibus fere comoediis, in quibus perplexa argumenta sunt, fieri solet, id in hac quoque Terentius seruat, ut προτατικὸν πρόσωπον, id est personam extra argumentum, inducat, cui51 dum ob hoc ipsum, quod ueluti aliena a tota fabula est, res gesta narratur, discat populus textum ex continentia 52 rerum sitque instructus ad cetera. 2 amicvs svmmvs mevs in hac scaena, quae docendi atque instruendi spectatoris causa inducitur, mire 53 extrinsecus lepores facetiaeque cernuntur et sales comici. id enim est artis poeticae, ut cum narrationi argumenti detur opera, iam tamen res agi et comoedia spectari uideatur. 3 amicvs svmmvs mevs insinuatio personae eius, quae inducitur ad audiendum argumentum. 4 et uide seruum ostendi Dauum et non ostendi, cuius sit seruus. 5 amicvs svmmvs mevs causa, cur in scaenam procedat Dauus. 6 amicvs a uoluntate, popvlaris a fortuna. 7 popvlaris eiusdem condicionis gregisque. Sallustius «  popularis sceleris sui 11 ». 8 et popvlaris populo amatus est. 9 popvlaris ciuis est. 10 popvlaris humilis est. 11 popvlaris uilis populoque facetus54 , ut si quis dicat sordidum popularemque ciuem. 12 amicvs svmmvs mevs Dauus extra duas familias inducitur, quae in hac sunt fabula, alienus ac per hoc ignarus, cui Geta narret argumentum.
1 amicvs svmmvs mevs et popvlaris on trouve d'ordinaire, dans presque toutes les comédies dont l'intrigue est complexe, un élément que Térence conserve dans cette comédie aussi : la mise en scène d'un personnage protatique (προτατικὸν πρόσωπον), c'est-à-dire d'un personnage qui ne fait pas partie de l'intrigue590. Le but est que, pendant qu'on lui raconte la situation antérieure parce qu'il est comme étranger à l'essence de la pièce, le public apprenne la trame à partir des faits qu'elle contient, et soit armé591 pour comprendre tout le reste. 2 amicvs svmmvs mevs dans cette scène, qui est introduite pour informer et bien armer le spectateur, il est remarquable qu'on trouve des traits d'esprit hors de propos, et aussi des bons mots comiques. Car c'est le propre de l'art du poète de faire que, alors même qu'il se consacre à raconter le sujet de la pièce, il semble déjà qu'il y a une action et que des matériaux comiques592 sont donnés à voir. 3 amicvs svmmvs mevs introduction implicite593 de son personnage, qui est mis en scène pour faire connaître le sujet. 4 Et remarquez qu'on présente cet esclave sous le nom de Dave, mais qu'on ne présente pas de qui il est l'esclave594. 5 amicvs svmmvs mevs raison pour laquelle Dave se présente sur scène. 6 amicvs, argument par la volonté, popvlaris, argument par la fortune. 7 popvlaris de la même condition et du même groupe. Salluste « popularis sceleris sui » (ses complices). 8 Et un popvlaris est aimé du populus (peuple). 9 popvlaris signifie ciuis (citoyen). 10 popvlaris signifie humilis (humble)595. 11 popvlaris uilis (vil) et populo facetus (amusant pour le peuple), comme quand on dit "un citoyen ignoble et populaire". 12 amicvs svmmvs mevs c'est un Dave extérieur aux deux familles qui entre en scène, et donc ignorant, pour que Géta lui raconte l'argument.

36
heri ad me uenit (erat ei de ratiuncula
est venu me voir hier (sur un petit compte

1 heri ad me venit apparet heri fuisse nuptias. 2 heri ad me venit propter cognationem e et i litterarum non dubitauerunt antiqui et here et heri dicere et mane et mani et uespere et uesperi. 3 erat ei de rativncvla deest nam, sed mire subtractum est. 4 erat ei de rativncvla opportuna diminutio in re seruili : ratiuncula et « pauxillulum ». 5 erat ei de rativncvla moraliter intulit erat ei : magis enim facetum est et comicum, cum ἀσυνδέτως infertur, quam si diceret nam erat ei.
1 heri ad me venit il est clair que le mariage a eu lieu la veille. 2 heri ad me venit en raison de la proximité entre le e et le i, les Anciens n'ont pas hésité à dire à la fois here et heri 596, mane et mani, uespere et uesperi 597. 3 erat ei de rativncvla il manque nam (en effet), mais il est étonnant qu'il ait été omis. 4 erat ei de rativncvla la forme diminutive convient quand il s'agit d'affaires d'esclaves598 : ratiuncula et pauxillulum. 5 erat ei de rativncvla il met erat ei en conformité avec le caractère du personnage599 : puisque cela introduit une asyndète (ἀσυνδέτως), c'est plus plaisant et plus comique que s'il disait nam erat ei.

37
iam pridem apud me relicuom pauxillulum
je lui devais depuis longtemps un tout petit reliquat

1 iam pridem apvd me r. relicvom de argumento sumitur causa colloquii: nam « debui » inquit « Getae, et illemet 55 exigit, ut muneretur dominus ob nuptias factas ». 2 pavxillvlvm quartus gradus diminutionis : paulum paululum pauxillum pauxillulum.
1 iam pridem apvd me relicvom la raison de cette conversation avec Géta se tire de l'argument600 : il dit en effet : "je devais de l'argent à Géta, et l'autre là me réclame de faire un cadeau à son maître pour son mariage". 2 pavxillvlvm quatrième degré du diminutif : paulum, paululum, pauxillum, pauxillulum 601.

38
nummorum) id ut conficerem. confeci : affero.
de monnaie) pour que je réalise la somme : j'ai fait de l'argent, je lui apporte la somme.

1 id vt conficerem ἔλλειψις prima. 2 Et conficerem proprie, nam fieri pecunia dicebatur. Sallustius II «  quae pecunia ad Hispaniense bellum Metello facta erat 12 ». 3 conficerem quia in promptu non erat. 4 confeci affero bene, quasi reddendi mora non habere fuerit.
1 id vt conficerem ellipse (ἔλλειψις) de la première catégorie. 2 Et conficerem est utilisé au sens propre602, car on disait fieri (faire) pour l'argent. Salluste au livre II : « quae pecunia ad Hispaniense bellum Metello facta erat » (on avait fait de l'argent pour Métellus en vue de la guerre d'Hispanie). 3 conficerem parce qu'il n'était pas prêt. 4 confeci affero c'est bien dit, comme si le retard à rendre était dû au fait de ne pas avoir l'argent.

39
nam erilem filium eius duxisse audio
Car le fils de son maître, m'a-t-on dit, vient de prendre

1 nam erilem filivm τρόφιμον 56 dicunt. atque haud scio an Latini quoque alumnum dicere potuerint, nisi hoc mallent. 2 nam erilem filivm eivs dvxisse avdio mire se applicat argumento.
1 nam erilem filivm on dit τρόφιμος (nourrisson). Et peut-être bien que les Latins aussi auraient pu dire alumnus (nourrisson), s'ils n'avaient pas préféré cette expression603. 2 nam erilem filivm eivs dvxisse avdio il se consacre d'une façon étonnante à exposer le sujet de la pièce604.

40
uxorem : ei credo munus hoc corraditur.
femme : il est sans doute en train de lui gratter un cadeau.

1 ei credo mvnvs hoc corraditvr mire : heri quidem fuerunt nuptiae, sed munus adhuc corraditur, quia in nuptiis etiam septimus dies instaurationem uoti habet, ut in funere nonus dies, quo denicalia concluduntur. 2 ei credo uxori scilicet. 3 mvnvs hoc cor. corraditvr hoc pecuniae scilicet munus ei c. corraditur. et est figura ἐφεξήγησις. 4 credo pro uere scio. 5 Et ei an uxori an absolute, ut sit : ei rei ? 6 corraditvr apta in uerbo difficultas, ut in Adelphis «  minas decem corradet alicunde 13 ». et «  corrasi omnia 14  ».
1 ei credo mvnvs hoc corraditvr c'est étonnant : les noces ont eu lieu la veille, mais on récupère encore un cadeau, parce que pour un mariage on renouvelle encore le vœu le septième jour605, comme on fait pour des funérailles le neuvième jour, quand s'achèvent les Denicalia606. 2 ei credo c'est-à-dire pour l'épouse. 3 mvnvs hoc corraditvr C'est "cela" (hoc), implicitement de l'argent, qui "sera un cadeau" (munus ei corraditur)607 et c'est une figure d'épèxégèse (ἐφεξήγησις)608. 4 credo mis pour uere scio (je sais bien). 5 Et ei renvoie-t-il à uxor ou est-il employé absolument609, de sorte qu'on ait ei rei ? 6 corraditvr l'idée de difficulté est attachée à ce verbe610, comme dans Les Adelphes « minas decem corradet alicunde ». Et « corrasi omnia » (j'ai fait table rase de tout).

41
quam inique comparatum est, ei qui minus habent
Comme les choses sont mal faites ! ceux qui ont peu,

1 qvam iniqve comparatvm est miro ἰδιωτισμῷ morem pro lege conqueritur57  : comparatum enim constitutum ei lege 58. 2 Et hi qui minus habent diuitioribus dixit, ne diceret serui dominis ; uult enim latius patere quod dicit et generalem esse sententiam. 3 qvam iniqve comparatvm est hi qvi minvs habent garrulos seruos et sententiosos amat comoedia, tristes et parue loquentes tragoedia.
1 qvam iniqve comparatvm est par un idiotisme (ἰδιωτισμός) étonnant611, il se plaint que la coutume ait force de loi : car comparatum signifie constitutum ei lege (institué pour lui par la loi). 2 Et il dit hi qui minus habent diuitioribus pour ne pas dire serui dominis (les esclaves aux maîtres), car il veut que son propos ait une portée plus large, et que sa sentence s'applique à tous612. 3 qvam iniqve comparatvm est hi qvi minvs habent la comédie affectionne les esclaves bavards et sentencieux, la tragédie les aime sombres et taciturnes613.

42
ut semper aliquid addant diuitioribus !
ce sont toujours eux qui ajoutent à la fortune des riches.

1 vt semper aliqvid addant mire non dent sed addant et non aliquando sed semper. 2 divitioribvs pro minus pauperibus.
1 vt semper aliqvid addant il est étonnant qu'on n'ait pas dent mais addant, et qu'on n'ait pas aliquando (parfois) mais semper. 2 divitioribvs mis pour minus pauperibus (aux moins pauvres)614.

43
quod ille unciatim uix de demenso suo
Ce que lui, sou par sou, à grand-peine, sur ses rations,

1 qvod ille docte ad singularem numerum transit a plurali. 2 qvod ille redit ad Getam. 3 vnciatim sic ueteres multa. 4 vnciatim cum pecunia expensa ferretur more ueterum, non ut nunc adnumeraretur, assis libra erat eiusque partes unciae ; rursum uncia duodecima pars libellae dicebatur 59. merito ergo non per singulos sestertios neque per singulos denarios neque per singulos asses, sed id quod ὑπερβολικῶς minimum fuit, per singulas uncias unciatim dixit. et Cicero «  ecquis Volcacio, si sua sponte uenisset, unam libellam dedisset ? 15  ». 5 vnciatim vix potuit et unciatim et cito conflari peculium, ut multa pauxillatim sed cito fiunt maxima. merito ergo additum est uix. 6 Sed quid si et unciatim et uix et tamen de lucro ? de dimenso suo inquit. quid si ex abundanti ? « suum defrudans genium ». deinde non adquisiuit sed comparsit et ad postremum miser, ut iniquitas consuetudinis comploratione finiretur. 7 de dimenso svo serui quaternos modios frumenti in mense accipiebant et id dimensum dicebatur. 8 Et utrum a mense an a metiendo incertum est.
1 qvod ille il passe doctement615 du pluriel au singulier. 2 qvod ille il revient à Géta. 3 vnciatim suffixe fréquent chez les Anciens616. 4 vnciatim quand on portait une somme en compte à quelqu'un à la façon des Anciens (on ne compterait pas ainsi de nos jours), l'as équivalait à une livre, et ses subdivisions étaient les unciae (onces) ; inversement, on nommait uncia (once) le douzième d'une livre617. C'est donc à juste titre qu'il n'a pas dit "sesterce par sesterce", "denier par denier", ou "as par as", mais qu'il a employé, de façon hyperbolique (ὑπερβολικῶς), l'unité de mesure la plus petite : once par once, unciatim. Et Cicéron : « ecquis Volcacio, si sua sponte uenisset, unam libellam dedisset ? » (Qui donc, s'il était venu de son propre mouvement, aurait donné même un as à Volcacius ?). 5 vnciatim vix il aurait pu économiser de l'argent à la fois unciatim et cito (vite), à la façon de nombreuses choses qui deviennent très grandes peu à peu, mais vite. C'est donc avec raison que le poète a ajouté uix. 6 Mais comment se fait-il qu'on ait à la fois unciatim et uix et qu'on parle cependant de bénéfice ? de dimenso suo dit-il. Mais comment ce surplus est-il possible ? « suum defrudans genium618 ». Ensuite, il n'a pas acquis en plus (adquisiuit) mais économisé (comparsit) et finalement il est malheureux (miser), de sorte que, par la déploration de sa situation, un terme est mis au caractère injuste de celle-ci. 7 de dimenso svo les esclaves recevaient quatre boisseaux de blé par mois, et on appelait ces boisseaux dimensum. 8 Et on ne sait pas avec certitude si ce mot vient de mensis (mois) ou de metior (mesurer)619.

44
suum defraudans genium comparsit miser,
en fraudant son génie, a épargné, le pauvre,

svvm defravdans genivm ut contra genialia curare dicitur, qui uiuit lautius.
svvm defravdans genivm de même que l'on dit que celui qui vit trop richement va à l'encontre des intérêts de son génie (genialia).

45
id illa uniuersum arripiet, haud existimans
elle va le rafler en une fois, sans se douter

1 id illa nupta scilicet. 2 vniversvm arripiet contra illud quod «  unciatim 16 » dixerat. 3 vniversvm arripiet magna uirtus paene in singulis syllabis : contra illud quod ait «  ille 17 » illa rettulit, contra «  unciatim uix 18 » et «  de dimenso suo 19 » uniuersum, contra id quod ait «  munus corraditur 20 » arripiet, contra «  suum defraudans genium 21 » et «  comparsit miser 22 » «  haud existimans quanto labore partum 23 ». 4 havd existimans uel intellegens uel recogitans ac reputans. 5 havd existimans pro aestimans. Sallustius «  si, Quirites, parum existimaretis 24 ».
1 id illa c'est-à-dire la mariée. 2 vniversvm arripiet au contraire de unciatim. 3 vniversvm arripiet il y a beaucoup de force dans presque chaque syllabe : illa renvoie et s'oppose à ille, uniuersum, à unciatim uix et de dimenso suo, arripiet, à munus corraditur, et haud existimans quanto labore partum, à suum defraudans genium et comparsit miser. 4 havd existimans ou intellegens (sans le comprendre), ou bien recogitans (sans y songer) et reputans (sans y réfléchir). 5 havd existimans pour aestimans. Salluste : « si, Quirites, parum existimaretis » (si, citoyens, vous étiez peu capables de distinguer la différence...).

46
quanto labore partum. porro autem Geta
du travail qu'il lui en a coûté. Et puis Géta

1 qvanto labore partvm hoc sic pronuntiandum, quasi nunc ei uenerit in mentem saepius passurum Getam, quod semel tolerare grauissimum iudicarit. 2 qvanto labore ut «  reliquias Troia ex ardente receptas 25 ». 3 partvm partum proprie dicitur de eo quod labore quaesitum est, quia nullus partus est sine doloribus ac labore. 4 porro avtem geta ferietvr ad paupertatem rettulit ferietur, nam et damnum plaga et res sanguis dicitur.
1 qvanto labore partvm il faut prononcer cela comme s'il comprenait à l'instant que Géta allait subir assez souvent ce qu'il aurait jugé très grave de supporter une seule fois. 2 qvanto labore comme dans « reliquias Troia ex ardente receptas » (restes sauvés des flammes de Troie)620. 3 partvm partum s'emploie au sens propre de ce qui s'acquiert dans la peine621, car nul enfantement (partus) ne se fait sans douleur ni peine. 4 porro avtem geta ferietvr ferietur renvoie à la pauvreté, car on parle de plaga (plaie) pour une perte financière (damnum), et de sanguis (sang) pour sa fortune (res).

47
ferietur alio munere ubi era pepererit ;
sera frappé d'un nouvel impôt, quand la patronne accouchera,

1 ferietvr alio mvnere significanter non fungetur munere sed ferietur dixit. 2 ferietvr alio mvnere ex consuetudine ferietur, nam et plagam damnum et sumptum sanguinem nostrum dicimus. 3 vbi era pepererit quae supra «  illa 26 » dicta est.
1 ferietvr alio mvnere d'une manière expressive, il ne dit pas fungetur munere (il s'acquittera d'une somme), mais ferietur. 2 ferietvr alio mvnere ferietur est dit par habitude, car pour dire damnum (perte financière) nous disons plaga (plaie) et pour dire sumptus (dépense), sanguis noster (notre sang). 3 vbi era pepererit elle a été désignée plus haut par illa.

48
porro autem alio ubi erit puero natalis dies ;
puis d'un autre encore à chaque anniversaire du petit,

1 porro alio avtem alio et alio quod dicit pro multis pronuntiandum est. 2 vbi erit pvero natalis dies cum adiectione temporis cuiuslibet natalis melius dicitur, ut natalis hora et natale astrum. sed Vergilius seruiens personae rusticae «  meus est natalis » inquit « Iolla 27 », nec addidit dies.
1 porro alio avtem les deux aliud doivent être prononcés comme des équivalents de multa (nombreux). 2 vbi erit pvero natalis dies il est mieux de dire natalis en ajoutant une mesure de temps quelconque, comme dans natalis hora (heure de naissance) et natale astrum (signe de naissance)622. Mais Virgile, se pliant à la façon de parler d'un personnage campagnard623, lui fait dire : « meus est natalis Iolla » (c'est mon anniversaire, Iollas), sans ajouter dies.

49
ubi initiabunt. omnia haec1399 mater auferet :
à chacune de ses initiations : tout cela c'est la mère qui l'empochera .

1 vbi initiabvnt hoc uultuose pronuntiandum. 2 vbi initiabvnt ut quidam cibo et potu, ut quidam sacris. 3 vbi initiabvnt legitur apud Varronem initiari pueros Eduliae et Poticae et Cubae, dis edendi et potandi et cubandi, ubi primum a lacte et a cunis transierint ; quod Vergilius «  nec deus hunc mensa, dea nec dignata cubili est 28 ». hoc annotauit Probus ; sed Terentius Apollodorum sequitur, apud quem legitur initiis Samothracum a certo tempore pueros imbui more Atheniensium, quod ut in palliata probandum est magis. 4 vbi initiabvnt hoc sic inferendum est, non quasi hoc solum sit, sed quasi defatigatus sit enumerando occasiones dandorum munerum. 5 omnia haec mater avferet hoc rettulit ad offerentis irrisionem, qui putat se puero dare. 6 mater avferet nutrix. an uere mater ?
1 vbi initiabvnt il faut prononcer cela avec un air de circonstance. 2 vbi initiabvnt selon certains, avec de la nourriture et de la boisson, selon certains, par des rites religieux. 3 vbi initiabvnt on lit chez Varron que les enfants étaient initiés (initiari) à Edulia, Potica et Cuba624, les déesses de la nourriture, de la boisson et du lit, dès qu'ils avaient cessé de boire du lait et de dormir dans un berceau ; à ce propos Virgile : « nec deus hunc mensa, dea nec dignata cubili est » (un dieu ne l'a pas jugé digne de sa table, ni une déesse de sa couche). Probus a commenté cela ; mais Térence suit Apollodore, chez qui on lit que les enfants étaient « initiés » aux mystères de Samothrace, à partir d'une certaine époque, selon la coutume des Athéniens, ce qu'il faut d'autant plus approuver que l'on est dans une palliata625. 4 vbi initiabvnt il ne faut pas prononcer comme s'il ne s'agissait que de cela, mais comme si Dave était las d'énumérer les occasions de faire des cadeaux. 5 omnia haec mater avferet il raconte cela pour se moquer de celui qui fait des cadeaux, et qui pense les faire à l'enfant. 6 mater avferet mater signifie nutrix (nourrice). Ou bien est-ce vraiment mater ?

50
puer causa erit mittundi. sed uideon Getam ?
Le petit sera un prétexte à cadeaux. Mais ne vois-je pas Géta ?

1 pver cavsa erit mittvndi proprie dixit mittundi de muneribus. 2 sed videon getam locuturum ostendit Getam. 3 sed videon getam apparet poetam nihil putasse amplius addendum ad insinuandam populo personam Daui et ideo iam induxisse Getam, ut sit causa commutandae orationis.
1 pver cavsa erit mittvndi il dit mittundi au sens propre à propos de cadeaux626. 2 sed videon getam il montre Géta sur le point de parler. 3 sed videon getam manifestement, le poète a pensé qu'il n'y avait rien de plus à ajouter pour introduire implicitement devant le public le personnage de Dave627, et c'est pourquoi il fait dès lors entrer Géta, pour qu'il y ait une raison de changer de type de discours628.

scaena altera

Dauus Geta

51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99 | 100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124 | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152

51
Ge.-Si quis me quaeret rufus... Da.-praesto est, desine. Ge.-oh !
Gé.-Si quelqu'un me demande, un rouquin, ... Da-Il est là, arrête. Gé.-Ah !

1 si qvis me qvaeret rvfvs mira fide poeta desideratum a Geta ostendit Dauum, siquidem ipsum60 loquitur, a quo reddi sibi debitum sperat. 2 si qvis me qvaeret rvfvs ἀποσιώπησις secunda, nam apparet plura dicturum fuisse. 3 praesto est desine tertia persona de se loquens usus est61 , quia ille nominatiuum praetulit.
1 si qvis me qvaeret rvfvs le poète nous montre que Géta recherche Dave avec une confiance étonnante, si vraiment il évoque celui dont il espère qu'il lui rende ce qu'il lui doit. 2 si qvis me qvaeret rvfvs aposiopèse (ἀποσιώπησις) de la deuxième catégorie, car il allait manifestement en dire davantage629. 3 praesto est desine troisième personne en parlant de lui-même, puisque l'autre a mis un nominatif630.

52
at ego obuiam conabar tibi, Daue. Da.-accipe, em !
moi qui voulais aller à ta rencontre, Dave ! Da-Prends, tiens !

1 at ego obviam conabar tibi dave conabar absolute. 2 An ἔλλειψις est, ut desit ire ? 3 Et est aduerbium loci. 4 accipe praeuenit petitionem dicendo accipe. et hoc cum gestu offerentis dicitur. 5 em hoc est quod ait «  confeci : affero 29 ».
1 at ego obviam conabar tibi dave conabar est employé absolument. 2 Ou bien est-ce une ellipse (ἔλλειψις), de sorte qu'il manque ire (aller) ? 3 Et il y a un adverbe de lieu631. 4 accipe il devance la réclamation632 en disant accipe. Et cela est dit avec le geste d'offrir l'argent. 5 em c'est ce qu'il dit : « confeci : affero ».

53
Lectum est ; conueniet numerus quantum debui.
C'est du bon ; ça concordera avec ce que je te devais.

1 lectvm est absolute, nam non dicit quid, utrum debitum an argentum. 2 lectvm est Lucilius «  lecti omnes : Atticon hoc est 30 ». 3 lectvm est conveniet nvmervs ordine : prius enim qualitas, deinde numerus pecuniae spectari solet. 4 lectvm est conveniet nvmervs qvantvm debvi tribus modis debitum pecuniarium soluitur : pensione, spectatione, numero ; quocirca «  accipe 31 62 » lectum est conueniet numerus quantum debui. 5 lectvm est lectum bonum uel splendidum, ut «  arma Serestus lecta refert humeris 32 ». quamuis quidam putant lecta ab eo quod est lego dicta. 6 qvantvm debvi pro debitum tibi a me est.
1 lectvm est emploi absolu : il ne dit pas quoi, si c'est la somme due ou l'argent. 2 lectvm est Lucilius : « lecti omnes : Atticon hoc est » (ils sont tous de choix : c'est attique). 3 lectvm est conveniet nvmervs dans l'ordre, car d'ordinaire on regarde en premier la qualité de l'argent, puis si cela fait le compte. 4 lectvm est conveniet nvmervs qvantvm debvi il y a trois étapes dans un remboursement de dettes : on paye, on examine l'argent, on vérifie le compte ; c'est pourquoi on a accipe, lectum est et conueniet numerus quantum debui. 5 lectvm est lectum signifie bonum (bon) ou splendidum (brillant), comme dans « arma Serestus lecta refert humeris » (Séreste emporte sur ses épaules des armes de choix). Certains pensent cependant que lecta vient de lego (recueillir)633. 6 qvantvm debvi pour debitum tibi a me est (ce que je t'ai dû).

54
Ge.-amo te et non neglexisse habeo gratiam.
Gé.-Je t'adore, et je te remercie de n'avoir pas oublié.

1 amo te et non neglexisse h. habeo g. gratiam amat quod reddiderit pecuniam, agit gratias quod diligenter. 2 Et quare ? utrum quia condictum non fefellerit an quia lectum attulerit et numero congruenti ? 3 Et recte dixit, nam redditio63 debiti hoc agit, ut etiam agamus gratiam. 4 amo te et n. non n. neglexisse h. habeo g. gratiam hoc pro gratiarum actione ponitur, et ostenditur uere necessariam fuisse pecuniam. 5 non neglexisse h. habeo g. gratiam in Andria «  et id gratum fuisse aduersum te habeo gratiam 33 ».
1 amo te et non neglexisse habeo gratiam ce qu'il "adore", c'est qu'il lui ait rendu l'argent, et le remercie de l'avoir fait scrupuleusement. 2 Et pourquoi ? parce qu'il n'a pas manqué à ce qu'ils étaient convenus, ou parce qu'il a apporté des espèces sonnantes et trébuchantes ? 3 Et il a eu raison de le dire, car le remboursement d'une dette exige que l'on remercie aussi celui qui la rembourse. 4 amo te et non neglexisse habeo gratiam cela est mis pour un remerciement, et montre que l'argent était vraiment nécessaire. 5 non neglexisse habeo gratiam dans L'Andrienne : « et id gratum fuisse aduersum te habeo gratiam ».

55
Da.-praesertim ut nunc sunt mores : adeo res redit :
Da-Surtout comme sont les gens aujourd'hui. Voilà où on en arrive :

1 praesertim vt nvnc svnt mores sic et illud dictum est «  namque hoc tempore obsequium amicos, ueritas odium parit 34 », quia consuetudinis imago est uituperare praesentia. 2 adeo res redit figurate poeta loquens adeo res redit dixit. 3 Et proprie redisse res dicitur, cum aliquid peius ab exspectatione contigit.
1 praesertim vt nvnc svnt mores dans le même genre, il y a aussi ce mot : « namque hoc tempore obsequium amicos, ueritas odium parit »634, parce que critiquer le présent est un lieu commun635. 2 adeo res redit le poète dit adeo res redit en parlant au sens figuré. 3 Et on dit qu'une "affaire" (res) en "est arrivée là" (redisse) au sens propre, quand il arrive quelque chose de pire que ce que l'on avait imaginé636.

56
siquis quid reddit magna habenda est gratia.
quand quelqu'un rend quelque chose, il faut lui dire merci beaucoup.

1 si qvis qvid reddit m. magna h. habenda e. est g. gratia id est : etsi non rem magnam, magna habenda est gratia. hoc enim significat quid reddit . 2 si qvis qvid reddit magna h. habenda e. est g. gratia hoc qui interrogatiue pronuntiauerit, parum belle explicat conceptam sententiam. 3 habenda est gratia deest ei.
1 si qvis qvid reddit magna habenda est gratia c'est-à-dire : même si ce n'est pas une somme importante, le remerciement doit l'être. Car c'est ce que signifie quid reddit. 2 si qvis qvid reddit magna habenda est gratia supposons que quelqu'un prononce cela de façon interrogative, il ne rendra que trop imparfaitement compte de la tournure de l'idée637. 3 habenda est gratia il manque ei (à lui).

57
sed quid tu es tristis ? Ge.-egone ? nescis quo in metu et
Mais pourquoi es-tu soucieux ? Gé.-Moi ? Tu ne sais pas dans quelle inquiétude et

1 sed qvid tv es tristis hic admonemur omnem ab initio sermonem Getae quasi satagentis et anxii pronuntiari accommodatis praesertim ad uultum uerbis. nam et «  si quis me quaeret 35 » et «  at ego obuiam conabar tibi, Daue 36 » et «  amo te et non neglexisse habeo gratiam 37 » in se quoddam contractioris animi occupatique signum habent. 2 sed qvid tv es tristis sed particula transitum significat ad mentionem alterius rei. 3 sed qvid tv es tristis egone nescis qvo in m. metv descensus ad argumentum ab eo sermone, qui extrinsecus a poeta informatus est, ne nuda appareret σύνθεσις comoediae. et est ἀποσιώπησις. 4 nescis qvo in metv qvanto in pericvlo et pronuntiantis et interrogantis potest esse. 5 nescis qvo in metv duae perturbationum bigae sunt : a malo una, ex cupitis altera. ergo a mali bigis praesentis temporis periculum esse dicimus et futuri metum. 6 nescis qvo in metv pronuntiatiue magis quam percontatiue efferendum est. sic enim solemus de magnis rebus dicere. 7 nescis qvo in metv et q. qvanto i. in p. pericvlo s. simvs uix alterum sustineri potest eorum, quae nunc utraque posuit et metum et periculum.
1 sed qvid tv es tristis nous sommes ici avertis que, dès le début, tout le discours de Géta, qui est comme agité et inquiet, est prononcé avec des propos qui s'accordent tout particulièrement à son visage638. De fait, « si quis me quaeret », « at ego obuiam conabar tibi, Daue » et « amo te et non neglexisse habeo gratiam » sont en soi le signe d'une âme assez oppressée, absorbée. 2 sed qvid tv es tristis la particule sed signifie que l'on passe à un autre sujet. 3 sed qvid tv es tristis egone nescis qvo in metv à partir de ce propos on en vient à l'intrigue, et le poète a conçu ce mouvement comme une digression, afin que la composition (σύνθεσις) de la comédie ne soit pas immédiatement visible639. Et il y a une aposiopèse (ἀποσιώπησις)640. 4 nescis qvo in metv qvanto in pericvlo cela peut être déclaratif et interrogatif641. 5 nescis qvo in metv il y a deux attelages de deux passions : l'un relève du mal, l'autre des préférables. Donc, dans l'ensemble que constitue l'attelage du mal, nous disons que le periculum relève du présent et le metus, du futur642. 6 nescis qvo in metv il faut le prononcer plutôt de façon déclarative que de façon interrogative. Car c'est ainsi que nous avons coutume de parler d'affaires importantes. 7 nescis qvo in metv et qvanto in pericvlo simvs c'est à peine s'il pourrait en supporter un des deux, alors qu'il dit les deux à la fois, metum et periculum.

58
quanto in periculo simus ! Da.-quid istuc est ? Ge.-scies
dans quel grand péril nous sommes. Da-De quoi s'agit-il ? Gé.-Tu le sauras,

qvid istvc est fac hunc scire et narrandi non erit locus. necessario igitur ignarus inducitur Dauus.
qvid istvc est si on décide643 qu'il est au courant, il n'y aura pas d'occasion de récit ; c'est donc nécessairement un Dave ignorant qui entre en scène.

59
modo ut tacere possis. Da.-abi sis, insciens :
si seulement tu es capable de te taire. Da-Vas-y, quoi ! Crétin !

1 modo vt tacere possis uere argumentum est64 celari id, quod Antipho non coactus sed uolens duxit uxorem. 2 modo vt tacere possis ut pro ne non. quod si est, subaudiendum est uide aut quid tale. 3 modo vt tacere possis modo pro tantummodo, ut «  modo Iuppiter adsit 38 ». 4 abi sis insciens insciens nunc pro inscito posuit. 5 Vel inscientem modo stultum dicit, alias «  ignarum 39 ».
1 modo vt tacere possis à vrai dire l'intrigue impose de cacher le fait qu'Antiphon s'est marié non sous la contrainte, mais de son plein gré644. 2 modo vt tacere possis ut pour ne non. Si c'est cela, il faut sous-entendre uide (fais en sorte) ou quelque équivalent. 3 modo vt tacere possis modo pour tantummodo (seulement), comme dans « modo Iuppiter adsit » (que seulement Jupiter nous assiste). 4 abi sis insciens à cet endroit il a mis insciens pour inscitus (ignorant). 5 Ou bien insciens veut tantôt dire stultus (sot), et ailleurs645 ignarus (qui ne sait pas).

60
cuius tu fidem in pecunia perspexeris,
Celui dont tu viens d'éprouver la loyauté en matière d'argent,

1 cvivs tv fidem in pecvnia perspexeris sententiose dixit, quasi in omnibus credendum sit seruaturum fidem esse eum, qui in pecunia seruauerit. 2 Et hoc ideo interposuit, ne longus esset, dum persuadet ut dicat, quemadmodum in aliis fabulis. 3 cvivs tv fidem in pecvnia p. perspexeris proprie locutus est de pecunia et fidem dicendo et credere, nam fides est eorum quibus datur, creditores dicuntur ipsi qui dant. 4 in pecvnia a maiore ad minus. 5 perspexeris non inspexeris sed perspexeris quod plus est dixit.
1 cvivs tv fidem in pecvnia perspexeris il parle de façon sentencieuse646, comme s'il fallait que tout le monde croie qu'il va conserver la probité (fides) qu'il a gardée en matière d'argent. 2 Et il intercale cela afin afin qu'il ne soit pas long à parler, tandis qu'il le persuade de parler, comme dans d'autres pièces647. 3 cvivs tv fidem in pecvnia perspexeris il s'exprime au sens propre au sujet de l'argent, lorsqu'il dit fidem et credere, car la fides est le propre de ceux à qui l'on donne, et on nomme creditores ceux qui prêtent. 4 in pecvnia du plus grand au plus petit648. 5 perspexeris il ne dit pas inspexeris (tu as examiné) mais perspexeris, ce qui est plus fort649.

61
uerere uerba ei credere, ubi quid mihi lucri est
tu crains de lui confier des paroles, là où ça me rapporte quoi

1 verere verba ei credere uerba cum pronuntiatione dicit, ut ostendat multum distare inter pecuniam et uerba. 2 vbi qvid mihi lvcri est te fallere a coniectura quae dicitur cui bono65 ? 3 Et bene, quia seruus nihil de honestate dicit. 4 vbi qvid mihi significantius dixit quid quam si diceret nihil.
1 verere verba ei credere il dit uerba en le déclamant650, pour montrer combien il y a d'écart entre de l'argent et des paroles. 2 vbi qvid mihi lvcri est te fallere argument par conjecture que l'on appelle "à qui cela profite-t-il ?"651. 3 Et c'est bien dit, puisque l'esclave ne dit rien sur l'honnêteté652. 4 vbi qvid mihi il dit quid de manière plus expressive653 que s'il disait nihil (rien).

62
te fallere ? Ge.-ergo ausculta. Da.-hanc operam tibi dico.
de te tromper ! Gé.-Écoute-donc. Da-Je suis à ton service.

1 ergo avscvlta ergo nunc uelut increpatio tarde facientis est. quia hic igitur obloquendo impediuerat narraturum, ergo dixit. sic Vergilius «  ergo age, care pater, ceruici imponere nostrae 40 ». 2 hanc operam tibi dico auscultandi scilicet et audiendi operam. 3 hanc operam tibi dico plus est dico quam do : dicatur perpetuo, datur ad tempus.
1 ergo avscvlta ergo est ici comme un reproche de lenteur. C'est donc parce que l'autre, en lui coupant la parole, l'empêchait de faire son récit alors qu'il était sur le point de le faire, qu'il dit ergo 654. Ainsi Virgile : « ergo age, care pater, ceruici imponere nostrae » (allons, père chéri, place-toi sur notre cou). 2 hanc operam tibi dico c'est-à-dire auscultandi et audiendi operam (à ton service pour te prêter l'oreille et t'écouter). 3 hanc operam tibi dico dico est plus fort que do (donner) : on consacre (dico) pour toujours, alors qu'on donne (do) pour un temps.

63
Ge.-senis nostri, Daue, fratrem maiorem Chremem
Gé.-Notre vieux maître, Dave, son frère aîné, Chrémès,

1 senis nostri dave fratrem m. maiorem dicendo senis ostendit et adulescentem se dominum habere, dicendo nostri ostendit esse et alienum, dicendo fratrem non unum esse monstrauit, dicendo maiorem etiam minoris facit indicium. sic argumenti partem maximam nondum narrans in ipsa iam interrogatione transegit. haec autem omnia propter populum sic aguntur ; ideo ille «  quidni ? 41 » dicit, ne sit opus pluribus uerbis. 2 senis nostri d. dave f. fratrem mirum compendium narrationis quasi per interrogationem fecit, ne ex alto repeteret. sic Vergilius «  fando aliquod si forte tuas peruenit ad aures Βelidae nomen Palamedis et incluta fama gloria 42 » et «  nostin hanc, quam amat frater ? 43 » in Eunucho.
1 senis nostri dave fratrem maiorem en disant senis, il montre qu'il considère aussi le jeune homme comme son maître, en disant nostri, il montre que l'autre appartient à un autre maître655, en disant fratrem, il montre qu'il n'est pas seul, en disant maiorem, il signale qu'il y en a un plus jeune. Ainsi, sans raconter encore la plus grande partie de l'intrigue, il est déjà passé à la question en elle-même. Tout cela se passe ainsi à cause du public ; c'est pourquoi il dit « quidni ? », afin qu'il n'y ait pas besoin de faire plus long. 2 senis nostri dave fratrem il fait une étonnante économie de récit en utilisant pour ainsi dire656 l'interrogation657, afin de ne pas reprendre de loin. Ainsi Virgile : « fando aliquod si forte tuas peruenit ad aures Βelidae nomen Palamedis et incluta fama gloria » (peut-être quelque récit a-t-il porté à tes oreilles le nom de Palamède, le fils de Bélus, et sa gloire d'illustre renom)658 et dans L'Eunuque : « nostin hanc, quam amat frater ? ».

64
nostin ? Da.-quidni ? Ge.-quid ? eius gnatum Phaedriam ?
tu le connais ? Da-Comment non ? Gé.-Et son fils Phédria ?

1 qvidni qvid eivs gnatvm phaedriam non dixit quid ? Phaedriam ?, sed addidit eius gnatum, ut magis docere quam interrogare uideretur. 2 qvid eivs gnatvm phaedriam deest nosti.
1 qvidni qvid eivs gnatvm phaedriam il ne dit pas "quid ? Phaedriam ?", mais ajoute eius gnatum, en sorte qu'il semble davantage donner des renseignements que poser des questions. 2 qvid eivs gnatvm phaedriam il manque nosti (tu connais).

65
Da.-tam quam te. Ge.-euenit senibus ambobus simul
Da-Comme je te connais. Gé.-Il est arrivé que les deux vieux, tous les deux d'un coup,

1 tam qvam te o uarietas : illic «  quidni ? 44 », hic tam quam te ! 2 evenit senibvs ambobvs simvl iter non euenit iter, sed euenit ut iter esset. 3 simvl uno tempore.
1 tam qvam te oh la variation : tantôt « quidni ? », tantôt « tam quam te » ! 2 evenit senibvs ambobvs simvl iter non pas euenit iter, mais euenit ut iter esset 659. 3 simvl signifie uno tempore (dans le même temps).

66
iter illi in Lemnum ut esset, nostro in Ciliciam
sont partis, l'un pour Lemnos, le nôtre pour la Cilicie,

illi in lemnvm vt esset recte tacetur cur Chremes ierit et dicitur cur Demipho : utrumque pro argumento est.
1 illi in lemnvm vt esset il fait bien660 de taire661 la raison pour laquelle Chrémès est parti et de la dire dans le cas de Démiphon : les deux points sont mis pour servir l'intrigue662.

67
ad hospitem antiquum. is senem per epistulas
chez un vieil ami ; le vieux, c'est par ses lettres

1 ad hospitem antiqvvm sic Vergilius «  ueterem Anchisen agnouit amicum 45 ». hoc autem addidit, ut esset idonea causa nauigandi seni. 2 senem per epistolas pellexit epistolas dicendo ostendit non semel scripsisse.
1 ad hospitem antiqvvm ainsi Virgile : « ueterem Anchisen agnouit amicum » (il a reconnu Anchise, son ami d'autrefois). Il ajoute cela pour qu'il y ait une raison justifiant le voyage du vieillard. 2 senem per epistolas pellexit en disant epistolas au pluriel, il montre que l'hôte n'a pas écrit qu'une fois663.

68
pellexit modo non montes auri pollicens.
qu'il l'a attiré, tout juste s'il ne lui promettait pas des montagnes d'or.

1 pellexit induxit. sic Vergilius «  pellacis Ulixi 46 ». 2 modo non montes avri p. pollicens prouerbialis ὑπερβολή facta per exceptionem aut per superlationem aut aequam collationem. eiusmodi est illud Demosthenis «  μόνον οὐχί λέγει φωνὴν ἀφιείς 47 ». 3 modo non montes avri p. pollicens Sallustius «  maria montesque polliceri coepit 48 ». 4 modo non montes a. avri p. pollicens more ueterum, quia hospites hospitibus multa donabant.
1 pellexit induxit (il l'a déterminé). Ainsi Virgile : « pellacis Ulixi » (l'insidieux Ulysse)664. 2 modo non montes avri pollicens hyperbole (ὑπερβολή) proverbiale, que l'on peut faire soit en usant de l'infériorité, soit de la supériorité, soit de l'égalité665. Ce mot de Démosthène relève de cela : « μόνον οὐχί λέγει φωνὴν ἀφιείς » (peu s'en faut qu'il n'élève la voix pour dire que...). 3 modo non montes avri pollicens Salluste : « maria montesque polliceri coepit » (il se mit à lui promettre monts et merveilles). 4 modo non montes avri pollicens à la façon des Anciens, parce que les hôtes faisaient beaucoup de présents à leurs invités666.

69
Da.-qui tanta erat res et supererat ? Ge.-desinas :
Da-Lui qui en avait déjà tant et plus ? Gé.- Arrête !

1 qvi tanta erat res qui66 datiuus casus est. "dominone tuo, inquit, haec pollicebatur, cui t. tanta e. erat r. res  ?". 2 cvi tanta erat r. res deest eum, ut sit : eum pellexit, cui tanta erat res. 3 et svpererat plus est superesse quam esse. 4 desinas sic est ingenivm necessaria praestructio67 est ad fabulae περίστασιν auaritia Demiphonis, ut maiore periculo illo absente duxerit filius indotatam. nam mox dicturus est «  illene indotatam uirginem atque ignobilem daret illi ? 49 ».
1 qvi tanta erat res qui est un datif667. Est-ce qu'il ne promettait pas cela à ton maître, dit-il, dont la fortune était si grande ? 2 cvi tanta erat res il manque eum (lui), pour qu'on ait : eum pellexit, cui tanta erat res. 3 et svpererat superesse est plus fort que esse (être). 4 desinas sic est ingenivm l'avarice de Démiphon est nécessaire aux circonstances annexes (περίστασις) de la pièce668, pour que, pendant l'absence de son père, le danger soit plus grand, pour le fils, de se marier à une jeune fille sans dot. Il va bientôt dire en effet : « illene indotatam uirginem atque ignobilem daret illi ? ».

70
sic est ingenium. Da.-oh regem me esse oportuit !
Il est comme ça. Da-Oh ! c'était moi qui aurais dû être le boss !

1 sic est ingenivm bona praeparatio, quia68 et diues et auarus describitur Demipho, ut indotatas nuptias filii ferre non possit. 2 sic est ingenivm recte : non enim fortuna, inquit, auarus est sed natura. 3 sic est ingenivm omnium an domini ? omnium69 sed domini magis. 4 o regem me esse o. oportvit ostendit ἐν ἤθει pauperum affectiones, qui sese solos uti diuitiis scire aiunt, si eas habeant. 5 o regem me esse o. oportvit me acue.
1 sic est ingenivm la préparation est bonne parce que Démiphon est présenté comme riche et avare, pour qu'il supporte difficilement que son fils se marie avec une jeune fille sans dot. 2 sic est ingenivm à juste titre : car ce n'est pas à cause de la fortune qu'il est avare, dit-il, mais par nature. 3 sic est ingenivm de tous ou du maître ? de tous, mais surtout du maître. 4 o regem me esse oportet il montre, en conformité avec le caractère du personnage (ἐν ἤθει), les sentiments des pauvres, qui disent qu'ils seraient les seuls à savoir utiliser les richesses, s'ils les avaient. 5 o regem me esse oportet prononcez me avec un accent aigu669.

71
Ge.-abeuntis ambo hic tum senes me filiis
Gé.-Alors les deux vieux en partant d'ici m'ont près de leurs fils

1 abevntes70 ambo hinc et hinc et hic legitur. et est ordo : hinc71 relinquunt filiis. 2 filiis propter filios.
1 abevntis ambo hinc on lit à la fois hinc et hic. Et l'ordre est : hinc relinquunt filiis. 2 filiis signifie propter filios (à cause de ses fils).

72
relinquunt quasi magistrum. Da.-o Geta, prouinciam
laissé comme qui dirait en précepteur. Da-O Géta, le poste

1 relinqvvnt id est non secum abducunt. 2 qvasi magistrvm bene quasi, quia non compleuit72 hoc ipsum nec uult esse. 3 magistrvm sic Latini, quem Graeci paedagogum. 4 o geta provinciam c. cepisti d. dvram acquisitae bello longe ab Italia regiones prouinciae dictae a procul73 uel porro et uincendo ; ad quas praetores quia cum officio mittebantur, officia quoque prouinciae nominabantur. 5 o geta provinciam splendide prouinciam dixit.
1 relinqvvnt c'est-à-dire qu'ils ne l'emmènent pas avec eux. 2 qvasi magistrvm quasi est bien dit, parce qu'il n'a pas rempli ce rôle et ne veut pas le tenir. 3 magistrvm désigne chez les Latins celui que les Grecs nommaient paedagogus (pédagogue)670. 4 o geta provinciam cepisti dvram on appelait prouinciae les régions éloignées de l'Italie dont on avait pris possession par les armes ; le mot vient de procul ou porro (au loin) et de uincere (vaincre) ; les prouinciae étaient aussi nommées officia (charges), parce que les préteurs y étaient envoyés avec l'officium (mission)671. 5 o geta provinciam il dit prouinciam avec emphase.

73
cepisti duram. Ge.-mi usu uenit, hoc scio :
que tu as pris en charge, c'est dur ! Gé.-Par expérience, je le sais :

74
memini relinqui me deo irato meo.
m'est avis que j'ai été laissé, un jour que mon ange gardien m'en voulait.

1 memini relinqvi me d. deo i. irato m. meo sic Vergilius «  nec di texere Cupencum Aenea ueniente sui 50 ». hoc Asper, sed mihi uidetur ad hoc addidisse meo, ne esset ἀμφίβολον, cui diceret irato deo. Naeuius in Stalagmo «  nisi74 deo meo propitio meus homo est 51 ». 2 memini relinqvi me deo irato meo domino dicit. an uere deo ? 3 Et bene meo, ne esset ἀμφίβολον. 4 Et sic dixit memini relinqui, ut in Andria «  memini uidere 52 » et «  memini me fieri pauum 53 » Ennius.
1 memini relinqvi me deo irato meo ainsi Virgile : « nec di texere Cupencum Aenea ueniente sui » (et les dieux qu'il servait ne protégèrent pas Cupencus quand Enée est venu)672. C'est l'analyse d'Asper, mais il me semble qu'il a rajouté673 meo pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté (ἀμφίβολον) sur la personne qu'il désigne comme complément d'irato. Naevius dans le Stalagmus : « nisi deo meo propitio meus homo est » (à moins que par l'effet de ma bonne étoile ce ne soit mon homme). 2 memini relinqvi me deo irato meo il veut dire domino (à mon maître). Ou bien est-ce vraiment à un dieu ?674. 3 Et meo est bien dit, afin qu'il n'y ait pas d'ambiguïté (ἀμφίβολον). 4 Et il dit memini relinqui, comme dans L'Andrienne : « memini uidere », et comme Ennius : « memini me fieri pauum » (m'est avis que je deviens un paon)675.

75
coepi aduersari primo : quid uerbis opus est ?
Au début, j'ai voulu m'opposer ; mais, inutile de le dire,

qvid verbis opvs est repente infertur quid uerbis opus est ? et satis moraliter.
qvid verbis opvs est soudain, et de façon assez conforme au caractère du personnage676, il introduit « quid uerbis opus est ? ».

76
seni fidelis dum sum scapulas perdidi.
en restant fidèle au vieux, je me suis ruiné les épaules.

1 seni fidelis dvm svm opportune seni dixit, ut ostendat quam stultum sit seni aduersum iuuenes fidelem esse. 2 seni fidelis dvm svm fidus est amicus, fidelis seruus. 3 scapvlas perdidi plus est perdidi quam si diceret dolui. 4 Et bene rettulit perdidi75 πρὸς τὸ fidelis : fidelis enim officium est seruare aliquid.
1 seni fidelis dvm svm il dit seni à propos, pour montrer combien il est idiot d'être fidèle à un vieillard en s'opposant à de jeunes gens. 2 seni fidelis dvm svm un ami est fidus (fidèle), un esclave est fidelis. 3 scapvlas perdidi perdidi est plus fort que s'il disait dolui (j'ai souffert). 4 Et il fait bien de rapporter perdidi à (πρὸς τὸ) fidelis : car le devoir de quelqu'un de fidelis est de veiller sur quelque chose.

77
Da.-uenere in mentem mihi istaec : namque inscitia est
Da-C'est ça que j'ai pensé : vraiment c'est folie

1 venere in mentem mihi i. istaec uenire in mentem non ad recordationem tantum dicitur, sed ad reputationem et intellegentiam. 2 namqve inscitia est adversvm s. stimvlvm c. calces hoc dictum et superioris personae potest esse et alterius.
1 venere in mentem mihi istaec on dit uenire in mentem non seulement pour le fait de se souvenir, mais aussi pour la réflexion et la compréhension. 2 namqve inscitia est adversvm stimvlvm calces ce dicton pourrait émaner d'une personne autre et de rang supérieur677.

78
aduersum1400 stimulum calces. Ge.-coepi is omnia
de regimber contre l'aiguillon. Gé.-Tout ce qu'ils voulaient, je me suis mis

1 adversvm stimvlvm calces παροιμία cum ἐλλείψει : deest enim iactare. 2 Et stimulum pro domino adulescente posuit. 3 calces modo calces non partes plantae, sed percussiones pedum plagasque significat. aliter Vergilius «  calcemque terit iam calce Diores 54 ».
1 adversvm stimvlvm calces proverbe (παροιμία) contenant une ellipse (ἔλλειψις), car il manque iactare (agiter)678. 2 Et il met stimulus pour dominus adulescens (son jeune maître). 3 calces ici calces ne désigne pas la partie du pied, mais un coup de pied et un coup. Dans un autre sens, Virgile : « calcemque terit iam calce Diores » (déjà Diorès presse de son pied le pied de son rival)679.

79
facere, obsequi quae uellent. Da.-scisti uti foro.
à le faire et à obéir à leurs quatre volontés. Da-Tu as bien exploité le marché.

1 scisti vti foro secundum illos negotiatores, qui ante locum commercii non praescribunt, quanto uendant quae aduehunt, sed secundum annonam fori, quam deprehenderint, consilium de uendundis aut non uendundis mercibus sumunt. 2 scisti vti foro forum pro tribus intellegitur : loco, tempore et persona ; scisti, inquit, his uti. et est uulgare prouerbium. sensus autem hic est : scisti, inquit, quid te facere oportuerit76.
1 scisti vti foro en référence aux marchands qui n'inscrivent pas devant leur étal le prix des marchandises qu'ils apportent, mais qui décident de les vendre ou de ne pas les vendre en fonction du cours du blé sur le marché, après l'avoir intercepté. 2 scisti vti foro forum renvoie à trois réalités : un lieu, un moment et un personnage ; "tu as su, dit-il, les utiliser". C'est un proverbe populaire. Le sens est par ailleurs le suivant : "tu as su, dit-il, ce qu'il convenait que tu fasses"680.

80
Ge.-noster mali nihil quicquam primo ; hic Phaedria
Gé.-Le nôtre n'a rien fait de mal d'abord. L'autre, Phédria,

1 primo hic phaedria bene additum primo, quia non perpetuo. 2 noster nihil mali qvicqvam quartum77 παρέλκον, ut in Hecyra «  nam nemo quisquam illorum, scito, ad te uenit 55 ». 3 noster nihil mali qvicqvam noster πρὸς ἀντιδιαστολήν Phaedriae, qui non noster.
1 primo hic phaedria il fait bien d'ajouter primo, parce que ça ne va pas durer681. 2 noster nihil mali qvicqvam pléonasme (παρέλκον)682 de la quatrième catégorie, comme dans L'Hécyre : « nam nemo quisquam illorum, scito, ad te uenit ». 3 noster nihil mali qvicqvam noster pour distinguer par opposition (πρὸς ἀντιδιαστολήν) avec Phédria, pour qui il ne peut pas dire noster 683.

81
continuo quandam nactus est puellulam
tout de suite s'est trouvé une fille,

1 continvo qvandam bene continuo, quasi uix exspectauerit profectionem patris. 2 pvellvlam citharistriam istis nominibus hoc agit, ut causa amoris et ex aetate et ex arte puellae uideatur. nam ideo puellulam78 dicit.
1 continvo qvandam continuo est bien dit, comme s'il avait à peine attendu le départ de son père. 2 pvellvlam citharistriam c'est exprimé par ces noms pour que la raison de son amour semble liée à la fois à l'âge et aux qualités artistiques684 de la jeune fille. C'est pourquoi, de fait, il dit puellulam.

82
citharistriam, hanc ardere coepit perditus1401.
une joueuse de cithare, et s'est mis à l'aimer éperdument.

1 amare coepit perditvs legitur et perdite. 2 Et amare perdite utpote puellulam et citharistriam.
1 amare coepit perditvs on lit aussi perdite. 2 Et amare perdite685 parce que c'est une toute jeune fille (puellulam) et une 'joueuse de cithare' (citharistriam).

83
ea seruiebat lenoni inpurissimo,
Elle était esclave d'un maquereau, un vrai pourri,

1 ea serviebat lenoni i. inpvrissimo et honeste et cito dixit seruiebat lenoni inpurissimo : et quare non fuisset libera et cuius fuisset ancilla et qualis hominis fuerit demonstrauit. 2 ea serviebat lenoni i. inpvrissimo magna praeparatio ad rerum difficultatem imminentium : puella citharistria, auarus leno, amator perditus, inopia.
1 ea serviebat lenoni inpvrissimo il dit seruiebat lenoni inpurissimo de façon à la fois appropriée et rapide686 : et il explique pourquoi elle n'était pas libre, au service de qui elle était et quel type d'homme c'était. 2 ea serviebat lenoni inpvrissimo importante préparation des obstacles imminents : une jeune fille joueuse de cithare, un entremetteur cupide, un amoureux éperdu, pas d'argent.

84
neque quod daretur quicquam ; id curarant patres.
et rien à donner : les pères y avaient veillé.

id cvrarant patres expedite dixit patres. si enim patrem eius tantum dixisset, restabat, ut ei per patrui filium succurreretur, et ideo dixit ambos non habuisse.
id cvrarant patres il dit patres de façon astucieuse : s'il s'était contenté de dire pater eius (son père), il restait l'opportunité à Phédria d'être aidé par le fils de son oncle, et c'est pourquoi il dit que les deux n'ont rien eu.

85
restabat aliud nihil nisi oculos pascere,
Il ne lui restait qu'à repaître ses yeux de la belle,

nisi ocvlos pascere hoc enim solum erat, quod leno non uenderet.
nisi ocvlos pascere car c'était la seule chose que l'entremetteur ne pourrait vendre.

86
sectari, in ludum ducere et reducere.
à la suivre partout, à l'amener à l'école et la ramener.

1 sectari in lvdvm dvcere et redvcere bene cauillatus est. 2 Et ioculariter in adulescentem, cui aetas ad philosophos sectandos apta erat. hinc et philosophorum sectae . 3 Sed sectari proprie, ut taurus buculam et aries ouem. Vergilius «  trahit sua quemque uoluptas 56 ». 4 redvcere σύλλημψις prima : a ludo enim subauditur.
1 sectari in lvdvm dvcere et redvcere c'est bien plaisanté687. 2 Et c'est amusant pour un jeune homme qui avait l'âge de suivre les cours (sectari) des philosophes. Et c'est de là aussi que vient chez les philosophes le sens de sectae (écoles philosophiques)688. 3 Mais sectari est employé au sens propre, comme le taureau suit la génisse et le bélier, la brebis. Virgile : « trahit sua quemque uoluptas » (chacun est entraîné par son plaisir)689. 4 redvcere syllepse (σύλλημψις) de la première catégorie, car on sous-entend a ludo (de l'école).

87
nos otiosi operam dabamus Phaedriae.
Nous, qui n'avions rien à faire, nous nous consacrions à Phédria.

1 nos otiosi operam dabamvs cum τύπῳ79 dixit nos ueluti magistrum excusans obsequentem ei, cui custos sit datus, et ideo addidit otiosi. 2 nos otiosi relatio ad illud, quod mox otiosi non erunt. 3 nos otiosi operam dabamvs aut ad pudorem sumitur hoc pronomen in singulari80 numero aut ad dignitatem. sed nunc potest nos et propter Antiphonem dixisse. 4 nos otiosi operam dabamvs Apollodorus « ἡμεῖς δὲ συνεπεμελούμεθα ». 5 operam dabamvs phaedriae ille amicae, nos illi.
1 nos otiosi operam dabamvs en conformité avec son type de personnage (τύπος), il dit nos comme s'il excusait le maître qui cède aux plaisirs de celui à qui il a été donné comme gardien690, et c'est pourquoi il ajoute otiosi. 2 nos otiosi en relation avec le fait qu'ils ne seront bientôt plus otiosi. 3 nos otiosi operam dabamvs ce pronom pluriel est employé pour un objet singulier, pour exprimer la retenue ou la dignité. Mais ici il peut aussi dire nos à cause d'Antiphon. 4 nos otiosi operam dabamvs Apollodore : « ἡμεῖς δὲ συνεπεμελούμεθα » (et nous, nous nous y consacrions en même temps). 5 operam dabamvs phaedriae lui se consacrait à son amie, et nous à lui.

88
in quo haec discebat ludo, exaduersum ei loco
L'école où elle allait, juste en face de cet endroit,

1 in qvo haec discebat lvdo figurate τῷ in quo haec discebat ludo additum est ei loco. 2 ex adversvm ei loco legitur et illico. et annotatur « ex abundanti additum, ut apud ueteres multa sunt ». 3 ex adversvm ei loco παρέλκον quartum.
1 in qvo haec discebat lvdo avec une figure691, on ajoute ei loco à (τῷ) in quo haec discebat ludo. 2 ex adversvm ei loco on lit aussi illico. Et en annotation : « ex abundanti additum, ut apud ueteres multa sunt » (c'est un ajout par pléonasme, comme c'est souvent le cas chez les Anciens)692. 3 ex adversvm ei loco pléonasme (παρέλκον) de la quatrième catégorie.

89
tonstrina erat quaedam : hic solebamus fere
il y avait un genre de coiffeur : c'était là que nous avions l'habitude presque

1 tonstrina erat apta sedes otiosis. 2 tonstrina erat qvaedam παρέλκον tertium quaedam. 3 hic solebamvs fere plervmqve παρέλκον tertium fere plerumque.
1 tonstrina erat lieu approprié à des gens désœuvrés. 2 tonstrina erat qvaedam quaedam est un pléonasme (παρέλκον) de la troisième catégorie. 3 hic solebamvs fere plervmqve fere plerumque est un pléonasme (παρέλκον) de la troisième catégorie693.

90
plerumque eam opperiri dum inde iret domum.
tout le temps de l'attendre, jusqu'à ce qu'elle reparte de là chez elle.

1 dvm inde iret domvm ad se scilicet. 2 Et iret domum pro rediret. 3 Vel certe iret d. domum 81 figura παρέλκον.
1 dvm inde iret domvm c'est-à-dire ad se (chez elle). 2 Et iret domum pour rediret (qu'elle revienne). 3 Ou bien certainement iret domum est une figure de pléonasme (παρέλκον)694.

91
interea dum sedemus illi, interuenit
Un jour que nous étions assis là, survient

1 dvm sedemvs proprie sedemus ut in tonstrina. 2 illi intervenit illi pro ibi, ut «  illi mea tristia facta 57 ». 3 Et nota illi pro illic. 4 intervenit advlescens qvidam lacrimans Apollodorus tonsorem ipsum nuntium facit, qui dicat se nuper puellae comam ob luctum abstulisse, quod scilicet mutasse Terentium, ne externis moribus spectatorem Romanum offenderet.
1 dvm sedemvs sedemus au sens propre, comme dans une boutique de coiffeur. 2 illi intervenit illi pour ibi, comme chez Virgile : « illi mea tristia facta » (là-bas, mes sinistres exploits)695. 3 Et notez que illi est mis pour illic (là-bas). 4 intervenit advlescens qvidam lacrimans Apollodore fait de ce même coiffeur le messager qui dit avoir coupé les cheveux d'une jeune fille en raison d'un deuil ; il va de soi que Térence a changé ce point pour ne pas choquer le spectateur romain avec des mœurs étrangères696.

92
adulescens quidam lacrimans. nos mirarier :
un jeune homme en larmes ; nous, nous nous étonnons,

1 nos mirarier recte mirarier : mirae enim in adulescentibus lacrimae, ut contra «  tristisque senectus 58 ». 2 nos mirarier ut «  solam nam perfidus ille te colere 59 ».
1 nos mirarier mirarier est employé à juste titre : les larmes sont en effet mirae (étonnantes) chez les adolescents, comme inversement dans « tristisque senectus » (et la triste vieillesse). 2 nos mirarier comme dans « solam nam perfidus ille te colere » (car pour toi seule ce perfide avait des égards)697.

93
rogamus quid sit. “numquam aeque” inquit “ac modo
nous lui demandons ce qu'il y a. « Jamais, dit-il, comme aujourd'hui

1 rogamvs qvid sit quod lacrimet82, non quid sit ipse, ut stulti putant. 2 nvmqvam aeqve inqvit ac modo mire ostendit semper sibi hoc uisum quod dicit, sed numquam aeque.
1 rogamvs qvid sit comment il se fait (quid sit) qu'il pleure, et non pas pas ce qu'il est lui-même (quid sit ipse), comme le pensent les idiots. 2 nvmqvam aeqve inqvit ac modo de façon étonnante, il montre que la pauvreté dont il parle lui a toujours paru évidente, mais jamais autant (numquam aeque).

94
paupertas mihi onus uisum est et miserum et graue.
je n'ai trouvé le fardeau de la pauvreté aussi pénible et aussi lourd.

pavpertas mihi onvs visvm est statim fit mentio paupertatis, ut sit causa fallaciae Phormionis.
pavpertas mihi onvs visvm est il est aussitôt fait mention de sa pauvreté, pour qu'il y ait une raison à la tromperie montée par Phormion.

95
modo quandam uidi uirginem hic uiciniae
Je viens de voir une jeune fille ici dans le voisinage

1 modo qvandam vidi virginem bene quandam, ne ob familiaritatem laudare uideretur. 2 hic viciniae aduerbium in loco est, cuius ad locum «  huc uiciniae 60 ». 3 Et statim proximitas insinuatur, ut sit spes et causa uidendi. 4 modo qvandam vidi virginem uide sic agi, ut non tam morte mulieris quam solitudine pulchrae uirginis moueatur affectus, simul et ea describi, quae matronae futurae magis conueniant quam quae temere amanda sit. nam hic obitus feminae ad comicum exitum spectat, quandoquidem plus ex morte eius securitatis quam molestiae sentiat argumentum.
1 modo qvandam vidi virginem quandam est bien dit, afin qu'il ne donne pas l'impression de la louer parce qu'il la connaîtrait. 2 hic viciniae c'est un adverbe pour le lieu où l'on se trouve, pour le lieu où l'on va c'est huc uiciniae 698. 3 Et on insinue aussitôt implicitement qu'elle se trouve à proximité, pour qu'il y ait un espoir et une raison de la voir. 4 modo qvandam vidi virginem remarquez que l'intrigue est menée de telle sorte que la passion n'est pas tant suscitée par la mort de la femme que par l'état d'abandon de la belle jeune fille, et qu'en même temps on décrit des détails qui conviennent davantage à une future mère de famille qu'à une fille qu'on devrait aimer à la légère. De fait ici la mort de la femme vise à un dénouement de comédie puisque cette mort provoque dans l'argument plus de sécurité que de trouble699.

96
miseram suam matrem lamentari mortuam.
au désespoir, qui pleurait sa mère morte.

1 miseram ab affectu. 2 Et subdistinguendum, ut ad uirginem referatur. 3 lamentari mortvam a probitate, quae piis attribuitur. 4 Et lamentari mortvam ambiguitas, sed sensu manifesta.
1 miseram argument du pathétique. 2 Et il faut séparer ce mot par une virgule, de sorte qu'il renvoie à uirginem 700. 3 lamentari mortvam argument de l'honnêteté que l'on attribue aux gens pieux. 4 Et lamentari mortvam ambiguïté, mais elle est levée par le sens701.

97
ea sita erat ex aduerso1402 neque illi beniuolus
Celle-ci était exposée en face d'elle, et près d'elle ni bonne âme,

1 ea sita erat sita posita. Sallustius cum adiectione in II «  cum praedixero positum insulae 61 », et hoc eius reciprocum est. 2 ea sita erat ex adverso expositio paupertatis et quam facile uirgo uideri possit.
1 ea sita erat sita équivaut à posita (située). Salluste au livre II, avec adjonction du préfixe : « cum praedixero positum insulae » (puisque j'ai parlé plus haut de la position de l'île), et c'est ici le tour réciproque. 2 ea sita erat ex adverso exposition de la pauvreté de la jeune fille et de la grande facilité avec laquelle on pouvait voir celle-ci702.

98
neque notus neque uicinus extra unam aniculam
ni connaissance, ni voisin, en dehors d'une petite vieille,

1 neqve notvs neqve vicinvs αὔξησις secunda fit, quia res minuitur, crescit sententia. Sallustius «  non repugnantibus modo, sed ne deditis quidem armis bellum excitare metuentibus 62 » 2 neqve vicinvs ἀναφορά. 3 neqve notvs neqve vicinvs extra v. vnam a. anicvlam haec praestruuntur, ut sit spes potiundae uirginis. 4 neqve notvs neqve vicinvs extra v. vnam a. anicvlam haec descriptio paupertatis adiuuat argumentum, ut et uisere audeant adulescentes uirginem et amet Antipho.
1 neqve notvs neqve vicinvs amplification (αὔξησις) de la deuxième catégorie, puisque le sens est diminué, mais que la phrase s'allonge703. Salluste : « non repugnantibus modo, sed ne deditis quidem armis bellum excitare metuentibus » (à des gens qui non seulement y répugnaient, mais qui craignaient de provoquer la guerre alors même qu'on leur avait donné des armes)704. 2 neqve vicinvs anaphore (ἀναφορά)705. 3 neqve notvs neqve vicinvs extra vnam anicvlam ces éléments sont mis en place d'avance pour qu'il y ait un espoir de s'emparer de la jeune fille. 4 neqve notvs neqve vicinvs extra vnam anicvlam cette description de la pauvreté aide l'intrigue, de sorte qu'à la fois les jeunes gens osent voir la jeune fille et qu'Antiphon s'éprenne d'elle706.

99
quisquam aderat qui adiuuuaret1403 funus : misertum est.
il n'y avait personne pour l'aider aux funérailles. Quelle pitié.

1 qvi adivvaret fvnvs ipsum officium funus dixit. 2 misertvm est hoc est : misertus sum eius. et hic uidetur ostendisse, cur lacrimaret.
1 qvi adivvaret fvnvs il appelle funus l'office funèbre lui-même. 2 misertvm est c'est-à-dire : misertus sum eius (j'ai été saisi de pitié pour elle). Et ici il semble montrer pourquoi il pleurait.

100
uirgo ipsa facie egregia.” quid uerbis opus est ?
La jeune fille elle-même, un visage magnifique. » Inutile de le dire,

1 virgo ipsa facie egregia a forma indignatio. 2 virgo ipsa bene ipsa, quia quod supra dixit, non ad ipsam, sed ad euentum eius pertinebat. 3 qvid verbis opvs est sic dicit Terentius, ubi ad effectum properat.
1 virgo ipsa facie egregia l'indignation vient de ce que la jeune fille est belle. 2 virgo ipsa ipsa est bien dit, puisque ce qu'il a dit plus haut ne se rapportait pas à elle mais à son sort. 3 qvid verbis opvs est Térence s'exprime ainsi quand il se hâte vers le résultat707.

101
commorat omnes nos. ibi continuo Antipho
il nous avait tous bouleversés. Là, d'un coup, Antiphon :

1 commorat omnes nos pro commouerat : figura συγκοπή. 2 Et bene omnes, quia res 83 ad Antiphonem tantum. 3 ibi continvo antipho hic reddit nomen adulescentis. et est παρασκευή84 .
1 commorat omnes nos pour commouerat : figure de la syncope (συγκοπή). 2 Et omnes est bien dit, puisque l'affaire ne concerne en réalité qu'Antiphon. 3 ibi continvo antipho ici il redonne le nom du jeune homme. Et c'est une préparation (παρασκευή)708.

102
“uultisne eamus uisere ?” alius “censeo :
« Voulez-vous que nous allions la voir ? » ; un autre, « D'accord »

1 vvltisne eamvs visere ut «  populare penates uenimus 63 ». 2 vvltisne eamvs ipse hortator inducitur, qui amaturus est. 3 alivs censeo Phaedria uel quilibet. 4 alivs censeo eamvs dvc nos sodes imvs venimvs haec omnia diuersi dicunt, et apparet tot esse homines, quot per μίμησιν ἀσύνδετα demonstrantur dramatica relatione.
1 vvltisne eamvs visere comme dans « populare penates uenimus » (nous sommes venus ravager les pénates)709. 2 vvltisne eamvs celui qui est présenté comme l'instigateur du projet est précisément celui qui va tomber amoureux. 3 alivs censeo Phédria ou n'importe qui d'autre. 4 alivs censeo eamvs dvc nos sodes imvs venimvs toute cette réplique est dite par divers personnages et il est clair que le nombre des intervenants est égal, par imitation (μίμησις), à celui des asyndètes (ἀσύνδετα) que l'on voit apparaître dans ce récit dramatisé.

103
eamus : duc nos sodes.” imus uenimus
« allons-y, conduis-nous, je te prie. » Nous partons, nous arrivons,

1 imvs venimvs videmvs virgo pvlchra ἀσύνδετα κατὰ βραχυλογίαν85 . 2 imvs venimvs v. videmvs v. virgo p. pvlchra ἀσύνδετον primum per βραχυλογίαν.
1 imvs venimvs videmvs virgo pvlchra asyndètes (ἀσύνδετα) par brachylogie (κατὰ βραχυλογίαν). 2 imvs venimvs videmvs virgo pvlchra asyndète (ἀσύνδετον) de la première catégorie par brachylogie (βραχυλογία).

104
uidemus. uirgo pulchra, et hic1404 magis diceres,
nous voyons. Belle fille, et on pouvait d'autant mieux le dire,

1 virgo pvlchra bene non dixit uidemus uirginem pulchram, sed ἀπὸ τῆς καταπλήξεως uirgo pulchra : illud enim frigidius, hoc concitatius. 2 et hic86 magis diceres diceres pro crederes, ut «  audacter dicito 64 » saepe Plautus. 3 virgo pvlchra ἀπὸ τῆς καταπλήξεως 87. 4 Et duo ingentia, et uirgo et pulchra.
1 virgo pvlchra il fait bien de ne pas dire uidemus uirginem pulchram (nous voyons une belle jeune fille), mais, sous le coup de l'admiration (ἀπὸ τῆς καταπλήξεως), uirgo pulchra, car le premier choix aurait induit trop de froideur, et le second marque plus d'animation710. 2 et hic magis diceres diceres pour crederes (tu croirais), comme Plaute écrit souvent « audacter dicito » (tu peux le dire hardiment). 3 virgo pvlchra sous le coup de l'admiration (ἀπὸ τῆς καταπλήξεως). 4 Et à la fois uirgo et pulchra sont deux mots au sens très fort.

105
nihil aderat adiumenti ad pulchritudinem :
elle n'avait rien pour faire valoir sa beauté :

nihil aderat adivm. adivmenti proprie aderat : adest enim id quod adiuuat.
nihil aderat adivmenti aderat est employé au sens propre711 : car on emploie adest pour ce qui aide (adiuuo).

106
capillus passus, nudus pes, ipsa horrida,
le cheveu épars, le pied nu, toute mal peignée,

1 capillvs passvs singularem numerum pro plurali posuit. sic et alibi «  capillus pexus, prolixus, circum caput reiectus neglegenter 65 », ut pars magna. — 2 passvs temere dispersus 88 . a Graeca oratione profluxit haec dictio. 3 capillvs passvs ipsa horrida et lacrimae ad luctum pertinent, nvdvs pes et vestitvs tvrpis ad pauperiem. 4 capillvs p. passvs n. nvdvs p. pes i. ipsa h. horrida συντομία μετ᾽ ἐναργείας 89 quasi extra ipsam ; est enim, quod dicitur nudus pes et capillus passus. et tale est apud Vergilium «  illum autem, quamuis aries sit candidus ipse, nigra subest udo tantum cui lingua palato, reice 66 ». sic alibi de arbore «  tum fortes late ramos et bracchia tendens huc illuc media ipsa ingentem sustinet umbram 67 » et «  ipse arduus 68 ». 5 capillvs passvs nvdvs pes facetius, quam si pluraliter dixisset. Vergilius «  quibus acer Eryx in proelia suetus ferre manum 69 ».
1 capillvs passvs il met le singulier pour le pluriel. Ainsi ailleurs également « capillus passus, prolixus, circum caput reiectus neglegenter » (les cheveux épars, lâchés, rejetés négligemment autour de la tête), comme dans l'expression pars magna (une grande partie de…) —  2 passvs signifie temere dispersus (répandu au hasard). — Cette expression vient du grec712. 3 capillvs passvs ipsa horrida et lacrimae éléments relatifs au deuil, nvdvs pes et vestitvs tvrpis éléments relatifs à la pauvreté. 4 capillvs passvs nvdvs pes ipsa horrida brièveté (συντομία) avec une hypotypose (μετ᾽ ἐναργείας), comme si c'était en dehors d'elle. C'est en effet ce qui est dit avec ce "pied nu" (nudus pes) et cette "chevelure éparse" (capillus passus). Et on trouve quelque chose de ce genre chez Virgile : « illum autem, quamuis aries sit candidus ipse, nigra subest udo tantum cui lingua palato, reice » (quant au bélier, fût-il lui-même d'une blancheur éclatante, s'il a seulement sous son palais humide une langue noire, écarte-le). Ainsi ailleurs au sujet d'un arbre : « tum fortes late ramos et bracchia tendens huc illuc media ipsa ingentem sustinet umbram » (alors qu'il tend au loin ses branches et ses bras robustes en tous sens, son tronc, lui, au centre, soutient un gigantesque ombrage) et « ipse arduus » (lui-même, gigantesque)713. 5 capillvs passvs nvdvs pes plus plaisant que s'il avait utilisé le pluriel. Virgile : « quibus acer Eryx in proelia suetus ferre manum » (ceux dont l'indomptable Eryx avait coutume d'armer la main pour la lutte)714.

107
lacrimae, uestitus turpis : ut, ni uis boni
des larmes, des vêtements pitoyables, au point que, si l'attrait de la bonté n'avait

1 lacrimae vestitvs tvrpis ἀσύνδετον tertium. 2 vt ni vis boni plus est uis boni quam bonum. 3 vt ni vis boni in ipsa inesset f. forma h. haec f. formam e. exstingverent fornum ueteres ignem et calorem quendam quasi feruorem dixerunt, et ideo fornaces, forcipes, formam et formosos, ex quibus amoris ignis exsoluitur. laudandus ergo Terentius proprietate seruata, qui cum formam praetulisset, subiecit exstinguerent. 4 Ergo et Vergilius sic ait «  at mihi sese offert ultro meus ignis Amyntas 70 ».
1 lacrimae vestitvs tvrpis asyndète (ἀσύνδετον) de la troisième catégorie. 2 vt ni vis boni uis boni est plus fort715 que bonum. 3 vt ni vis boni in ipsa inesset forma haec formam exstingverent les Anciens appelaient fornus (four) un feu et une chaleur quelconques au sens de feruor (chaleur), et de là viennent fornax (fourneau), forceps (tenailles), forma et formosus (beau), expressions qui désignent le feu amoureux716. Il faut donc louer Térence pour avoir conservé le sens propre de ce mot, puisque, alors qu'il a mis formam auparavant, il ajoute exstinguerent. 4 Donc Virgile aussi dit ainsi717 : « at mihi sese offert ultro meus ignis Amyntas » (à moi s'offre spontanément l'objet de ma flamme, Amyntas).

108
in ipsa inesset forma, haec formam exstinguerent.
pas été inclus à l'intérieur de sa beauté, tout cela aurait éteint sa beauté.

1 in ipsa inesset forma haec formam exstingverent figura πλοκή : aliud enim supra, aliud infra forma repetita significat. 2 in ipsa inesset f. forma geminauit praepositionem, ut alibi «  in amore haec omnia insunt uitia 71 ». 3 exstingverent bene exstinguerent, quia forma calor. 4 Et forma ab igne et calore dicta est.
1 in ipsa inesset forma haec formam exstingverent figure de la répétition (πλοκή) : car le sens de forma est différent la première fois et la deuxième fois718. 2 in ipsa inesset formam il redouble la préposition719 comme ailleurs : « in amore haec omnia insunt uitia ». 3 exstingverent exstinguerent est bien dit, parce que la forma est une chaleur. 4 Et forma est étymologiquement lié à la notion de feu et de chaleur720.

109
ille qui illam amabat fidicinam tantummodo
L'autre, l'amoureux de la joueuse de lyre, se borne

1 ille qvi illam amabat bene illam, quia iam supra insinuauit personam citharistriae. 2 ille qvi illam amabat ratio, cur non amauerit uirginem. 3 fidicinam supra citharistriam 72. ergo indifferenter. 4 tantvmmodo satis inqvit sensus est : laudauit tantummodo, non etiam captus est in amorem.
1 ille qvi illam amabat illam est bien dit, puisqu'il a déjà introduit plus haut le personnage de la joueuse de cithare. 2 ille qvi illam amabat raison pour laquelle il n'est pas tombé amoureux de la jeune fille. 3 fidicinam plus haut citharistriam. Il n'y a donc pas de différence721. 4 tantvmmodo satis inqvit le sens est : "il a seulement fait son éloge, il n'est pas lui aussi tombé amoureux".

110
“satis” inquit “scita est” ; noster uero... Da.-iam scio :
à dire : « Elle est plutôt mignonne » ; mais le nôtre... Da-Je sais déjà :

1 satis inqvit scita magna laus, formam amanti aliam placuisse. 2 noster vero ἀποσιώπησις, quae succurrit, quotiens uerba rebus minora sunt. 3 satis inqvit scita scita bella, ut in Andria «  scitus puer est natus Pamphilo 73 ».
1 satis inqvit scita c'est un grand éloge que sa beauté ait plu à quelqu'un qui en aimait une autre. 2 noster vero aposiopèse (ἀποσιώπησις), qui sert de recours chaque fois que les mots sont inférieurs aux faits. 3 satis inqvit scita scita signifie bella (belle), comme dans L'Andrienne : « scitus puer est natus Pamphilo ».

111
amare coepit. Ge.-scin quam ? quo euadat uide.
il est tombé amoureux. Gé.-Tu ne peux pas savoir à quel point. Vois où il en est venu.

1 amare coepit ille, inquit, laudauit tantum, hic amare coepit. 2 Et bene coepit, non amauit, ut ostendat uim amoris non paruam esse et rem quae semel suscipi possit. 3 scin qvam ἀποσιώπησις, qua in narrationibus in compendium Terentius uti solet. 4 scin qvam amare coepit subauditur. 5 qvo evadat vide euadat perueniat, nam euadere est per obstantia peruenire.
1 amare coepit le premier, dit-il, s'est contenté de faire son éloge, alors que le second en est tombé amoureux. 2 Et coepit est bien dit, plutôt que amauit (il a aimé), pour montrer que la force de l'amour n'est pas petite, et de montrer l'effet qu'elle peut causer en une seule fois. 3 scin qvam aposiopèse (ἀποσιώπησις) que Térence a l'habitude d'utiliser dans les récits pour faire bref722. 4 scin qvam on sous-entend amare coepit (il tomba amoureux). 5 qvo evadat vide euadat signifie perueniat (qu'il parvienne), car euadere c'est per obstantia peruenire (parvenir à passer au milieu des obstacles).

112
postridie ad anum recta pergit : obsecrat
Le lendemain, il va tout droit chez la vieille ; il la supplie

1 postridie ad anvm recta pergit hoc praestruens aniculae fecerat mentionem. 2 Et bene memor et uirginis et honestae non ipsam adiri facit sed anum, neque ab ipsa petit90 fructum uoluptatis, ex cuius persona maior desperatio nascebatur, sed a nutrice potius, per quam suaderi puellae posse creditur quicquid libet. 3 postridie ad anvm recta ἐμφατικῶς statim, ut qui posthabuerit omnia alia. 4 recta quia non per nuntium.
1 postridie ad anvm recta pergit préparant cela, il avait fait mention de la petite vieille (anicula). 2 Et se souvenant qu'elle est vierge et honnête, il a raison de faire que ce ne soit pas elle qui se fasse aborder, mais la vieille femme, et il réclame l'assouvissement de sa passion non pas d'elle, un personnage qui ne laisse guère d'espoir, mais plutôt de sa nourrice, dont il croit qu'elle peut persuader la jeune fille de n'importe quoi723. 3 postridie ad anvm recta dit sur-le-champ de façon emphatique (ἐμφατικῶς)724, à la façon de quelqu'un qui fait passer tout le reste après. 4 recta parce qu'il ne passe pas par l'intermédiaire d'un messager.

113
ut sibi eius faciat copiam. illa enim se negat
de lui faciliter les choses avec elle. Elle refuse net,

1 vt sibi eivs faciat copiam uide, ut nihil de uirgine speret, qui omnia ab anicula petat. 2 illa enim se negat facturam copiam subauditur.
1 vt sibi eivs faciat copiam voyez comme il n'espère rien de la jeune fille, lui qui demande tout à la petite vieille. 2 illa enim se negat on sous-entend facturam copiam.

114
neque enim aequum ait facere ; illam ciuem esse Atticam,
en effet elle dit faire cela ça n'est pas bien ; elle est citoyenne d'Athènes,

1 neqve enim aeqvvm ait facere non quia amet, sed quia petat. 2 neqve enim aeqvvm ait facere quod peteret scilicet. 3 illam civem esse esse ait illam cum ἐμφάσει uel ἄρσει 91 dixit, quasi dicat quam sic contemnant, eam esse ciuem Atticam. 4 civem quod ad iura pertinet, bonam92 quod ad ipsam.
1 neqve enim aeqvvm ait facere non pas parce qu'il l'aime, mais parce qu'il la demande. 2 neqve enim aeqvvm ait facere c'est-à-dire implicitement le fait qu'il la demande. 3 illam civem esse elle dit illam avec emphase (ἔμφασις)725 ou bien en levant (ἄρσις) la voix, comme si elle disait que celle qu'ils méprisent à ce point est citoyenne athénienne. 4 civem pour ce qui relève du droit, bonam pour ce qui relève de sa nature propre726.

115
bonam bonis prognatam : si uxorem uelit,
un fille bien née de gens bien ; s'il la veut pour femme,

1 bonam non uilem, quia boni non uiles. unde superlatiuus gradus optimates facit, quia bonus melior optimus dicitur. 2 bonis prognatam quod a maioribus93 eius. 3 si vxorem velit recte subiunxit si uxorem uelit, postquam in uirgine ea praetulit, quae solent ornare nuptas94.
1 bonam signifie non uilem (non vile), parce que les boni ne sont pas uiles (vils). De là, le superlatif donne optimates (aristocrates), parce que l'on dit bonus, melior, optimus 727. 2 bonis prognatam pour ce qui relève de ses ancêtres728. 3 si vxorem velit il ajoute si uxorem uelit à juste titre, après avoir mis en avant chez une jeune fille ce qui d'ordinaire fait la parure des femmes mariées.

116
lege id licere facere : sin aliter, negat.
la loi lui permet de le faire ; sinon, c'est non.

1 lege id licere facere incerta distinctio est, utrum uxorem uelit lege an lege id licere facere et pudice anus et tamen illecebrose licere facere dixit, quod ille impudentius petit, ut sibi eius faciat copiam. 2 sin aliter negat σύλλημψις : facturam ex eo quod sequitur facere.
1 lege id licere facere la ponctuation est incertaine729 : ou bien uxorem uelit lege, ou bien lege id licere facere et la vieille femme répond avec retenue, et cependant d'une manière encourageante, qu'on peut faire (licere facere) ce que l'autre demande avec assez d'impudence730, à savoir qu'elle lui permette l'accès (faciat copiam). 2 sin aliter negat syllepse (σύλλημψις) : facturam qui provient du fait que cela suit facere.

117
noster quid ageret nescire : et illam ducere
Notre garçon ne sait pas quoi faire : l'épouser,

1 noster qvid ageret nescire proposita deliberatio, cuius tamen altera pars uincet ; nam ducturus est per absentiam patris. 2 qvid ageret nescire pro nesciebat ; sed recte, quia subiuncturus est «  cupiebat et metuebat 74 ». 3 illam dvcere cvpiebat et metvebat uide ambiguitatem, qua sequentia non coguntur.
1 noster qvid ageret nescire proposition d'un sujet de délibération731, dont l'un des deux termes l'emportera cependant ; de fait il va l'épouser en profitant de l'absence de son père. 2 qvid ageret nescire pour nesciebat (il ne savait pas)732 ; mais à juste titre, parce qu'il va ajouter cupiebat et metuebat. 3 illam dvcere cvpiebat et metvebat voyez l'ambiguïté733, qui n'affecte pas la suite734.

118
cupiebat et metuebat absentem patrem.
il voulait bien, mais ça lui faisait peur que son père soit absent.

metvebat proprie dixit : metuimus enim eos, qui nos amant, timemus etiam inimicos.
metvebat il le dit au sens propre : car nous redoutons (metuimus) ceux qui nous aiment, et nous craignons (timemus) en plus nos ennemis.

119
Da.-non, si redisset, ei pater ueniam daret ?
Da-Et il ne lui aurait pas, à son retour, accordé son pardon, le père ?

1 non si redisset ei pater veniam bene interrogat Dauus : hoc enim ni 95 sperari posset, non erat opus fraudibus Phormionis. 2 non si r. redisset si pro postquam, ut «  si nona diem mortalibus al. almum 75 ». 3 non si redisset ei pater veniam si cum redisset96.
1 non si redisset ei pater veniam Dave fait bien de poser la question : car s'il ne pouvait espérer cela, il n'y aurait pas besoin des ruses de Phormion. 2 non si redisset si pour postquam (après que), comme dans « si nona diem mortalibus almum735 » (si la neuvième, apportant aux mortels le jour et ses bienfaits...). 3 non si redisset ei pater veniam si redisset signifie cum redisset.

120
Ge.-illene1405 indotatam uirginem atque ignobilem
Gé.-Lui ? Une fille sans dot et sans naissance,

1 illene indotatam virginem ἐμφατικῶς ille, de quo dixerat97 «  desinas : sic est ingenium 76 » et is98 propter spem lucri nauigauerat senex. insinuandum igitur fuit : hoc enim erit omne periculum fabulae. 2 Ex99 ordine Terentius prius insinuauit personam senis, ut grauiora fierent, quae dirimebant nuptias. 3 illene indotatam virginem atqve ignobilem duo dixit, et indotatam et ignobilem ; haec enim duo principaliter expetuntur, cum sint quattuor, quae in ipsis sponsis quaeruntur : forma, probitas, dos, nobilitas. sed manifestum est, cur de forma et probitate nihil dicat, quippe quae supra100 magnopere collaudauerit in puella. 4 virginem simpliciter accipimus uirginem, an subaudimus101 quamuis, ut sit : quamuis uirginem ?
1 illene indotatam virginem il dit ille avec emphase (ἐμφατικῶς) au sujet d'un vieillard dont il disait : « desinas : sic est ingenium » et qui avait pris la mer parce qu'il espérait gagner de l'argent. Il fallait donc l'indiquer implicitement : car cela sera tout le danger de la pièce736. 2 Et dans l'ordre, Térence introduit d'abord implicitement le personnage du vieillard pour que soient plus graves les choses qui pouvaient rompre le mariage737. 3 illene indotatam virginem atqve ignobilem il dit les deux, à la fois indotatam et ignobilem ; car ces deux qualités sont principalement attendues, alors qu'il y en a quatre qui sont requises dans les fiançailles mêmes : la beauté, l'intégrité morale, la dot, la naissance. Mais la raison pour laquelle il ne dit rien de la beauté et de l'intégrité morale est évidente : en effet, il les a largement louées plus haut à propos de la jeune fille. 4 virginem est-ce que nous comprenons uirginem tout seul ou bien sous-entendons-nous quamuis (certes), de sorte qu'on ait : quamuis uirginem (vierge certes)738 ?

121
daret illi ? numquam faceret. Da.-quid fit denique ?
la lui donner ? Jamais de la vie ! Da-Qu'est-ce qui se passe après ?

1 daret illi bono affectu dixit daret illi ? filius enim familias non tam ducit uxorem quam a patre accipit, quippe cum patri committatur puella potius in huiusmodi condicionibus quam marito. 2 daret illi nvmqvam faceret ἀποσιώπησις secunda : hic enim non transit ad aliud, sed instat incepto, ut et per interrogationem diceret daret illi ? et per responsionem inferret numquam faceret. 3 Et nota numquam pro non in maiorem negationis significantiam poni semper. 4 daret illi mire daret, ut ostenderet nihil esse potestatis in filio. 5 qvid fit deniqve more suo Terentius denique posuit in fine sensus102. et est aduerbium ordinis. sic et in Heautontimorumeno «  fodere aut arare aut aliquid ferre denique 77 », ut sit denique uel deinde uel ad postremum.
1 daret illi il dit daret illi ? avec un sentiment conforme au bien, car ce n'est pas tant le fils de famille qui prend femme que son père qui la lui donne ; en effet, dans des circonstances de ce genre, la jeune fille est plutôt confiée au père du marié qu'au marié. 2 daret illi nvmqvam faceret aposiopèse (ἀποσιώπησις) de la deuxième catégorie : car, ici, il ne passe pas à autre chose, mais reste sur ce qu'il a commencé, pour à la fois dire, comme question, daret illi ? et ajouter, comme réponse, numquam faceret. 3 Et remarquez que numquam est toujours mis pour non afin de donner plus de force à la négation. 4 daret illi daret est remarquable, pour montrer que rien n'est possible au fils. 5 qvid fit deniqve comme à son habitude, Térence met denique en fin de phrase. Et ce mot est un adverbe de succession739. Ainsi également dans L'Héautontimorouménos : « fodere aut arare aut aliquid ferre denique » (bêcher ou labourer ou enfin transporter quelque chose), de sorte que denique équivaut ou à deinde (ensuite) ou à ad postremum (en dernier lieu).

122
Ge.-quid fiat ? est parasitus quidam Phormio,
Gé.-Ce qui se passe ? Il y a un parasite, Phormion,

1 qvid fiat deest rogitas. et est ἀποσιώπησις quarta. 2 est parasitvs qvidam phormio Phormio non a formula sed a phormione dictus sparteo, quem nos eronem dicimus triuialiter et pro consuetudine. 3 qvid fiat seruatur affectus tristis hominis, ut supra ait «  sed quid tu es tristis ? 78 ».
1 qvid fiat il manque rogitas (tu demandes). Et il y a une aposiopèse (ἀποσιώπησις) de la quatrième catégorie. 2 est parasitvs qvidam phormio Phormio vient non pas de formula (formule) mais de phormio qui désigne un panier fait en sparte740, que nous appelons familièrement et usuellement ero (panier d'osier)741. 3 qvid fiat il rend bien l'état d'esprit d'un homme sombre, comme quand il dit plus haut : « sed quid tu es tristis ? »742.

123
homo confidens : qui illum di omnes perduint !
le genre qui ne doute de rien... Que tous les dieux le perdent !

1 homo confidens homo comice additum, nam quis ignoret parasitum hominem esse ? 2 confidens hic confidens pro improbo, audaci et temerario posuit, ut «  o ingentem confidentiam ! 79 » 3 qvi illvm qui utinam est, ut Lucilius in secundo «  qui te, Nomentane, malum 80 » et ad cetera pergit ; aut qui103 «  hoc consilium quod dicam dedit 81 ». 4 qvi illvm di omnes perdvint qui aut expletiuum est aut pronomen, quo incipiens Phormionem describere cohorruit consideratione eius et in hanc uocem quasi confusus erupit. hoc autem certum genus est παρενθέσεως 104.
1 homo confidens homo est ajouté de façon comique743 : qui ignore en effet qu'un parasite est un homme ? 2 confidens ici il met confidens pour improbus (malhonnête), audax (audacieux) et temerarius (téméraire), comme dans « o ingentem confidentiam ! »744. 3 qvi illvm qui est la même chose qu'utinam (pourvu que), comme Lucilius au livre II : « qui te, Nomentane, malum » (salaud de Nomentanus, pourvu qu'on te... !) et il passe à la suite ou qui va avec hoc consilium quod dicam dedit. 4 qvi illvm di omnes perdvint qui est soit explétif, soit un pronom, par lequel il commençe à décrire Phormion, et se met à frissonner à sa pensée et fait éclater ces mots comme s'il était troublé. D'autre part, c'est un certain genre de parenthèse745 (παρένθεσις)746.

124
Da.-quid is fecit ? Ge.-hoc consilium quod dicam dedit :
Da-Qu'a-t-il fait ? Gé.-Il a donné un conseil, je vais te dire lequel :

1 qvid is fecit correxit interrogatiue errantem, ut rediret ad nominatiuum casum qui105 aberrauerat et «  illum 82 » dixerat. 2 hoc consilivm qvod dicam secundum quosdam ordo est : qui hoc consilium, quod dicam, dedit.
1 qvid is fecit il le corrige par une question alors qu'il s'écarte de son sujet, pour qu'il revienne au nominatif qui, lui qui s'en était éloigné en disant illum 747. 2 hoc consilivm qvod dicam selon certains, l'ordre est : qui hoc consilium, quod dicam, dedit.

125
“lex est ut orbae, qui sint genere proximi,
« Il y a une loi pour les orphelines : leur plus proche parent

1 lex est haec lex ut in palliata recte ponitur, nam Graecorum fuit. ideo et in Andria sic ait «  inopia et cognatorum neglegentia coacta 83 ». 2 lex est alia causa narrationi interponitur. et dicitur παρένθεσις. 3 lex est a causa litis : potuit enim dici non habes causam. 4 vt orbae qvi svnt genere proximi « orba proximo nubat, orbam proximus ducat » Atticum ius est. et est ordo : lex est, ut orbae his nubant.
1 lex est cette loi est mentionnée à juste titre vu que l'on est dans une palliata : elle était en effet grecque748. C'est pourquoi il dit aussi dans L'Andrienne : « inopia et cognatorum neglegentia coacta ». 2 lex est : il intercale un autre sujet à l'intérieur de son récit. Et on appelle cela une parenthèse (παρένθεσις)749. 3 lex est argument par la raison du litige, il750 aurait pu dire en effet non habes causam (tu n'as aucune raison). 4 vt orbae qvi svnt genere proximi « orba proximo nubat, orbam proximus ducat » (que l'orpheline épouse son parent le plus proche, et que le parent le plus proche épouse l'orpheline) : c'est le droit athénien. Et l'ordre est : lex est, ut orbae his nubant.

126
is nubant, et illos ducere eadem haec lex iubet.
elles doivent l'épouser, et lui doit se marier avec elle, la même loi l'ordonne.

1 eadem haec lex ivbet non duas res iubet haec una lex, sed puellis permittit nubere, cognatos cogit ducere. 2 eadem haec lex ivbet bene iubet : minorem uim habet enim ea lex quae aliquid permittit, quam ea quae aliquid iubet. 3 et illos dvcere bene additum : nihil enim ad rem, si ducendi necessitas non fuisset.
1 eadem haec lex ivbet cette loi unique n'ordonne pas deux choses mais à la fois permet aux jeunes filles de se marier et force leurs parents à les épouser. 2 eadem haec lex ivbet iubet est bien dit : car la loi qui permet (permittit) quelque chose a moins de force que celle qui ordonne (iubet) quelque chose751. 3 et illos dvcere bien ajouté : car cela ne servirait à rien s'ils n'étaient pas obligés de les épouser.

127
ego te cognatum dicam et tibi scribam dicam ;
Je dirai, moi, que c'est toi le parent, et je te ferai un procès ;

1 ego te cognatvm dicam et tibi s. d. a persona eius, cum quo tum106 agitur : potuit enim dici quid mecum est tibi ? 2 ego te cognatvm dicam et tibi s. scribam d. dicam ἀπογράψομαί σε 107. 3 Haec narratio est, quam dicit Tullius in personis108 constitutam, et ipse «  tibi uni parcam 84 » inquit in Verrinis ; repente enim transitur ad uerba personarum ab earum descriptione, sed hoc ipsum ad commouendos auditores ualet plurimum. 4 et tibi scribam dicam a denuntiatione in personam, ne diceret non mihi denuntiasti. 5 et tibi scribam dicam Cicero «  scribitur Heraclio dica 85 ». 6 dicam supra uerbum, infra nomen est totidem litteris diuerso accentu dicam.
1 ego te cognatvm dicam et tibi scribam dicam argument par la personne de celui dont il s'agit, car on aurait pu lui rétorquer "quel lien entre toi et moi ?". 2 ego te cognatvm dicam et tibi scribam dicam je vais te poursuivre en justice (ἀπογράψομαί σε)752. 3 C'est la narration dont Tullius dit qu'elle est consacrée aux personnes753 ; et lui-même dit dans les Verrines : « tibi uni parcam » (toi seul tu seras épargné), car il passe soudain de la description des personnage à leurs propos, mais cela précisément fonctionne très bien pour émouvoir un auditoire. 4 et tibi scribam dicam argument par la dénonciation faite à une personne afin qu'il ne puisse pas dire non mihi denuntiasti (tu ne m'as pas prévenu)754. 5 et tibi scribam dicam Cicéron : « scribitur Heraclio dica » (il fait notification par écrit à Héraclius de l'action qu'on lui intente). 6 dicam plus haut, dicam est un verbe, plus bas, c'est un nom ; les deux s'écrivent de la même façon, mais n'ont pas la même accentuation755.

128
paternum amicum me adsimulabo uirginis :
je me ferai passer pour un ami du père de la fille.

paternvm amicvm me a. adsimvlabo a persona109 litigantis : potuit enim opponi « personam non habes ».
paternvm amicvm me adsimvlabo argument par le statut social de celui qui plaide756, car il aurait pu se voir opposer : personam non habes (tu n'as pas le bon statut social)757.

129
ad iudices ueniemus : qui fuerit pater,
Nous irons devant les juges ; qui est son père,

qvi fverit pater qui hic pronomen est, infra quomodo significat.
qvi fverit pater qui est ici un pronom, plus bas il signifie quomodo (comment)758.

130
quae mater, qui cognata tibi sit, omnia haec
qui sa mère, comment elle est ta parente, tout cela,

1 qvae mater uirginis scilicet. 2 qvi cognata tibi sit qui quo modo et qua ratione. 3 omnia haec confingam omnia haec non ex abundanti posuit, sed oratorie quasi tam multa. et est ἀριθμός, nam post enumerationem ueteres haec dicebant. et Sallustius in Iugurta «  haec omnia praesidio adsunt 86 ».
qvae mater la mère de la jeune fille, évidemment. 2 qvi cognata tibi sit qui signifie quo modo (comment) et qua ratione (par quel moyen). 3 omnia haec confingam omnia haec n'est pas mis par pléonasme, mais de façon oratoire759, comme si on avait tam multa (de si nombreuses choses). Et c'est un dénombrement (ἀριθμός), car les Anciens disaient haec après une énumération. Et Salluste dans la Guerre de Jugurtha : « haec omnia760 praesidio adsunt » (tout cela est à leur disposition pour les aider).

131
confingam, quod erit mihi bonum atque commodum ;
je l'inventerai, au profit et avantage de ma cause.

1 qvod erit totum110 confingam. 2 qvod erit mihi bonvm atqve commodvm 111 ἐν ὑποκρίσει : quod mihi, inquit, faustum ac felix erit, hoc est confingere atque mentiri. 3 qvod erit mihi bonvm atqve commodvm totum ioculariter parasitus, quippe qui confingam dicens112 non solum non erubuerit de falsiloquio, sed quasi praeclari facinoris inceptionem etiam auspicatus sit omenque susceperit dicendo quod erit mihi bonum atque commodum ; sic enim ueteres « quod faustum felixque sit » dicebant aliquid aggressuri.
1 qvod erit se comprend avec totum confingam 761. 2 qvod erit mihi bonvm atqve commodvm conformément à son rôle762 (ἐν ὑποκρίσει) : ce qui, dit-il, sera pour moi favorable et heureux, c'est de "combiner" (confingere) et de mentir. 3 qvod erit mihi bonvm atqve commodvm le parasite s'exprime entièrement sur le mode de la plaisanterie, puisque non seulement, quand il dit confingam, il ne rougit pas de son mensonge763, mais que, en disant quod erit mihi bonum atque commodum, il fait comme prendre les auspices et accueillir un présage en vue d'une scélératesse de grand style764 : car les Anciens disaient ainsi, quand ils allaient entreprendre quelque chose, « quod faustum felixque sit » (que cela soit favorable et heureux).

132
cum tu horum nihil refelles uincam scilicet :
Comme, toi, tu ne réfuteras rien de tout cela, alors je gagnerai, c'est sûr !

1 cvm tv horvm nihil refelles vincam scilicet hoc interrogatiue pronuntiandum est. 2 refelles refutabis, redargues. nam proprie113 refellere est redarguere falsitatem.
1 cvm tv horvm nihil refelles vincam scilicet cela doit être prononcé d'une manière interrogative765. 2 refelles signifie refutabis (tu réfuteras), redargues (tu convaincras). En effet, au sens propre, refellere, c'est redarguere falsitatem (convaincre de fausseté).

133
pater aderit : mihi paratae lites : quid mea ?
Ton père reviendra ; j'aurai des procès sur les bras ; qu'est-ce que ça me fait ?

1 pater aderit mihi paratae lites q. qvid m. mea mire συκοφαντεῖ 114 : quod maxime alter metueret, hic pro ridicula re contempsit pater aderit et paratae lites. exquisite autem subiectum est, cum supra dixerit « mihi paratae lites », « quid mea ? » 2 pater et lites ut Antiphoni formidanda ista sunt, ita ridicula parasito.
1 pater aderit mihi paratae lites qvid mea façon paradoxale de faire le sycophante (συκοφαντεῖ)766 : ce qu'un autre craindrait très fortement, pater aderit et paratae lites, lui s'en moque et le considère comme quelque chose de plaisant767. C'est par ailleurs avec beaucoup de recherche qu'il ajoute quid mea ? alors qu'il vient de dire mihi paratae lites. 2 pater et lites de même que ces éléments sont à craindre par Antiphon, ils sont plaisants pour le parasite768.

134
illa quidem nostra erit.” Da.-iocularem audaciam !
La fille, en tout cas, elle sera à nous. » Da-Une drôle d'audace !

1 illa qvidem nostra erit ἠθικῶς nostra, cum Antiphonis tantum esse debeat. 2 iocvlarem avdaciam εἰρωνεία κατὰ ἀντίφρασιν, hoc est minime iocularem. 3 An quae ex ludo et ioco in periculum ueniat ? 4 iocvlarem avdaciam deest audio ex te aut dicis.
1 illa qvidem nostra erit nostra est en conformité avec le caractère du personnage (ἠθικῶς), puisque la jeune fille doit être la propriété du seul Antiphon769. 2 iocvlarem avdaciam ironie par antiphrase (εἰρωνεία κατὰ ἀντίφρασιν), c'est-à-dire minime iocularem (très peu plaisante). 3 Ou alors il s'agit de l'impudence qui, née du jeu et de la plaisanterie, aboutit à un danger ? 4 iocvlarem avdaciam il manque audio ex te (je t'entends dire) ou dicis (tu dis).

135
Ge.-persuasum est1406 homini : factum est : uentum est : uincimur :
Gé.-Mon homme se laisse persuader. On le fait, on y va, nous sommes battus,

1 persvasvm est homini hic iam de Antiphone queritur, cui persuasum sit. 2 factvm est adeo audax Phormio. 3 ventvm est ἐφεξήγησις : quomodo factum est ? uentum est : uincimur : duxit. 4 factvm est ventvm est vincimvr dvxit ἀσύνδετον, ut supra «  imus, uenimus, uidemus 87 ». 5 factvm est v. ventvm e. est v. vincimvr d. dvcit amat hoc Terentius, ut «  it, lauit, rediit 88 », «  imus, uenimus, uidemus 89 » et «  funus interim procedit, sequimur, ad sepulcrum uenimus, in ignem posita est, fletur 90 ». his uerbis non modo breuior narratio est, sed etiam auditoris animum ad id, quod restat, intendit.
1 persvasvm est homini ici il se plaint à présent d'Antiphon, qui s'est laissé persuader (persuasum)770. 2 factvm est tellement Phormion est impudent771. 3 ventvm est épexégèse (ἐφεξήγησις)772 : comment est-ce que ça s'est fait ? uentum est : uincimur : duxit. 4 factvm est ventvm est vincimvr dvxit asyndète (ἀσύνδετον), comme plus haut « imus, uenimus, uidemus 773 ». 5 factvm est ventvm est vincimvr dvxit Térence apprécie cela, comme dans « it, lauit, rediit », « imus, uenimus, uidemus » et « funus interim procedit, sequimur, ad sepulcrum uenimus, in ignem posita est, fletur ». Par ces mots, non seulement la narration est plus brève, mais l'esprit de l'auditeur est davantage dirigé vers ce qui reste.

136
duxit. Da.-quid narras ? Ge.-hoc quod audis. Da.-o Geta,
il a épousé. Da-Qu'est-ce que tu racontes ? Gé.-Ce que tu entends. Da-O Géta,

1 qvid narras admirantis uox est, non interrogantis. 2 hoc qvod avdis sic pronuntia, quasi periturum contempleris Getam et iam eum sub certo interitu defleat115 . 3 o geta qvid te est fvtvrvm scilicet qui magister relictus sis Antiphoni.
1 qvid narras réplique admirative, et non pas interrogative. 2 hoc qvod avdis prononcez comme si vous aviez sous les yeux Géta sur le point de périr et que l'autre le pleure alors qu'il est à coup sûr à l'article de la mort774. 3 o geta qvid te est fvtvrvm comprendre "toi qui avais pourtant été laissé pour servir de précepteur à Antiphon"775.

137
quid te est futurum1407 ? Ge.-nescio hercle ; unum hoc scio,
que vas-tu devenir ? Gé.-Je n'en sais, ma foi, rien ; la seule chose que je sache, c'est que,

1 nescio hercle vnvm hoc scio qvod fors feret fer. feremvs ae. aeqvo a. animo ἠθικῶς : desperatione rerum fortis est seruus. 2 Et simul uigilauit poeta, ne, si et hic eiularet, res tota migraret in tragoediam.
1 nescio hercle vnvm hoc scio qvod fors feret feremvs aeqvo animo en conformité avec le caractère du personnage (ἠθικῶς) : un esclave est courageux dans une situation désespérée776. 2 Et en même temps le poète est attentif à ce que l'action ne se transforme pas totalement en tragédie, ce qui serait le cas si lui aussi se lamentait ici777.

138
quod fors feret feremus aequo animo. Da.-placet :
quoi que le sort nous serve, nous le souffrirons sans faiblir. Da-Ça me plaît !

1 qvod fors feret feremvs a. aeqvo a. animo hae graues sententiae ex persona seruorum cum dicuntur, ridiculae sunt et eo consilio interponuntur. 2 feremvs aeqvo animo hoc secundum seruos, qui futura contemnunt. 3 Et mire meritum culpae suae ad fortunam rettulit.
1 qvod fors feret feremvs aeqvo animo ces maximes graves, puisqu'elles sont proférées par un personnage qui est un esclave, suscitent le rire et sont introduites dans ce but778. 2 feremvs aeqvo animo c'est conforme aux esclaves qui méprisent l'avenir. 3 Et de façon étonnante779, il renvoie la punition de sa faute à la fortune.

139
em istuc uiri est officium. Ge.-in me omnis spes mihi est.
voilà ce que doit faire un homme. Gé.-C'est en moi qu'est mon seul espoir.

1 em istvc viri est officivm compendium consolationis est, quod hic libenter accepit et ideo statim approbat. 2 in me omnis spes mihi est quomodo ? ut strenue se defendat ? an ut fugiat ? an ut patiens sit plagarum ?
1 em istvc viri est officivm c'est une consolation en résumé, que l'autre reçoit avec plaisir et approuve780. 2 in me omnis spes mihi est comment ? pour se défendre vivement ? ou bien pour fuir ? ou encore pour supporter les coups ?

140
Da.-laudo. Ge.-ad precatorem adeam credo qui mihi
Da-Bravo. Gé.-C'est un intercesseur qu'il faut que j'aille voir, je crois, pour que pour moi

1 ad precatorem abeam bene poeta omnia tractat, quae in tali re dicenda116 seruo essent, nisi aliud posceret argumentum. 2 ad precatorem abeam sic in Heautontimorumeno «  nec tutorem tibi nec precatorem pararis 91 ». 3 qvi mihi sic oret mihi oret id est pro me oret.
1 ad precatorem abeam le poète traite bien tous les recours auxquels un esclave pourrait accéder en pareil cas si l'intrigue ne demandait pas autre chose781. 2 ad precatorem abeam ainsi dans L'Héautontimorouménos : « nec tutorem782 tibi nec precatorem pararis » (ne te ménage ni un tuteur ni un intercesseur). 3 qvi mihi sic oret mihi oret c'est-à-dire pro me oret (il plaidera en ma faveur)783.

141
sic oret : “nunc amitte quaeso hunc ; ceterum
il plaide ainsi : « Pour cette fois, oublie-le, je t'en prie  ; par ailleurs,

1 nvnc amitte qvaeso hvnc mimesis 117 dicitur, ubi non uerba modo, uerum etiam gestum uocemque fingamus alienam. 2 nvnc qvaeso amitte hvnc quod nos dimitte. ut «  amissos hinc iam obliuiscere Graios 92 » et Sallustius «  pactione amisso Publio legato 93 ».
1 nvnc amitte qvaeso hvnc on parle de représentation (mimesis) lorsque l'on figure non seulement les propos, mais aussi les gestes et le ton784 de quelqu'un d'autre. 2 nvnc qvaeso amitte hvnc nous disons, nous, dimitte 785. De même « amissos hinc iam obliuiscere Graios » (oublie désormais les Grecs, ils sont perdus pour toi786) et Salluste : « pactione amisso Publio legato » (arrangement que, lorsqu'on eut laissé tomber l'ambassadeur Publius...).

142
posthac si quicquam, nihil precor.” tantummodo
si après cela ça recommence, je n'intercède plus. » C'est tout juste,

1 posthac si qvicqvam nihil precor facile impetrat, qui non omnia extorquet. ergo ars precatoria est mitigare praesentia, futura permittere. 2 Simul etiam, quia omnis causa in hoc est, ne uideatur seruus ob impunitatem in delictis amplius peccaturus. 3 posthac si qvicqvam ut solet, eleganter per ἔλλειψιν. 4 Et simul non si tantundem peccauerit, sed si uel minimum. tale est et illud «  si sensero hodie quicquam in his te nuptiis fallaciae conari 94 » et «  si quicquam inuenies me mentitum, occidito 95 ». 5 nihil precor nihil pro non. sed plena negatio est nihil .
1 posthac si qvicqvam nihil precor il obtient facilement tout ce qu'il veut, celui qui ne cherche pas à l'obtenir par la force787. Donc l'art de demander est d'adoucir le présent et de rendre possible l'avenir. 2 En même temps aussi, parce que toute l'affaire est dans le fait que l'esclave n'aille pas commettre des fautes plus graves en raison de son impunité788. 3 posthac si qvicqvam comme à son habitude, c'est dit avec élégance au moyen d'une ellipse (ἔλλειψις). 4 Et en même temps ce n'est pas si tantundem peccauerit (s'il commet une telle faute), mais si uel minimum peccauerit (s'il commet la moindre faute)789. On trouve aussi cet équivalent : « si sensero hodie quicquam in his te nuptiis fallaciae conari », et « si quicquam inuenies me mentitum, occidito ». 5 nihil precor nihil pour non 790. Mais la négation complète est nihil.

143
non addit : “ubi ego hinc abiero, uel occidito.”
s'il n'ajoute pas : « Quand je serai parti d'ici, occis-le, si tu veux. ».

1 vbi ego hinc abiero hic ostendit nullum precatorem ex animo postulare ueniam seruo. 2 vel occidito uel pro etiam. 3 occidito tu tantum caedere uolebas : ego dico etiam occidito.
1 vbi ego hinc abiero ici il montre qu'aucun intercesseur ne peut demander du fond du cœur le pardon pour l'esclave. 2 vel occidito uel pour etiam (même). 3 occidito toi tu voulais seulement "frapper" (caedere)791, mais moi je dis : "vas-y, occis" (etiam occidito).

144
Da.-quid paedagogus ille qui citharistriam,
Da-Et le baby-sitter, celui de la joueuse de cithare,

1 qvid paedagogvs ille qvi citharistriam moraliter quaerit uolens audire de Phaedria, postquam de Antiphone cognouit, maxime quia haec interrogatio responsionem elicit, qua spectator instruitur ad cognoscenda cetera. 2 qvid paedagogvs ille q. qvi c. citharistriam quia dixit «  sectari, in ludum ducere et reducere 96 » et quia «  puellulam 97 » dixit ab aetate, paedagogus ille118 ait. 3 qvi citharistriam Phaedria scilicet, quia neque abscedit a custodia puellae neque illam ipse contingit. 4 qvi citharistriam ἔλλειψις : sectatur, amat uel quid tale subaudiendum est.
1 qvid paedagogvs ille qvi citharistriam il pose la question en conformité avec son personnage792, voulant avoir des nouvelles de Phédria après qu'il en a eu d'Antiphon, surtout parce que cette interrogation amène à une répose qui prépare le spectateur à connaître toute la suite. 2 qvid paedagogvs ille qvi citharistriam parce qu'il a dit : « sectari, in ludum ducere et reducere » et qu'il a dit « puellulam » à cause de son âge, il dit paedagogus ille 793. 3 qvi citharistriam c'est-à-dire Phédria, parce qu'il ne baisse pas sa garde auprès de la jeune fille et qu'il ne la touche pas lui-même. 4 qvi citharistriam ellipse (ἔλλειψις) : il faut sous-entendre sectatur (il poursuit), amat (il aime) ou quelque équivalent794.

145
quid rei gerit ? Ge.-sic, tenuiter. Da.-non multum habet
comment vont ses affaires ? Gé.-Couci couça, petitement. Da-Il n'a pas beaucoup

1 sic tenviter sic119 dicendum est cum aliquo gestu. 2 non mvltvm habet qvod det fortasse cum commiseratione amatoris adulescentis pronuntiandum est non multum habet, quod det, fortasse.
1 sic tenviter il faut dire sic en faisant un geste795. 2 non mvltvm habet qvod det fortasse il faut prononcer non multum habet, quod det, fortasse avec la pitié que l'on éprouve pour un jeune homme amoureux.

146
quod det fortasse ? Ge.-immo nihil nisi spem meram.
à donner, peut-être. Gé.-A vrai dire rien, sauf du pur espoir.

1 immo nihil nisi spem meram bene spem, quia amat nemo cum non sperarat120 . 2 meram solam.
1 immo nihil nisi spem meram spem (espoir) est bien dit, puisque personne n'aime sans avoir au préalable espéré. 2 meram signifie solam (seule).

147
Da.-pater eius rediit an non ? Ge.-nondum. Da.-quid ? senem
Da-Son père, il est revenu ou pas ? Gé.-Pas encore. Da-Tiens ! le vieux,

1 pater eivs rediit an non Chremes scilicet. 2 nondvm quia ueniet, iam non plena negatio est. 3 qvid senem qvoad exspectatis vestrvm animaduerte τὸ 121 quid secundum morem cotidianum tum dici, cum fit transitus a mentione alterius rei ad alteram. sic et supra «  quid paedagogus ille ? 98 ».
1 pater eivs rediit an non c'est-à-dire Chrémès. 2 nondvm parce qu'il viendra ; il ne s'agit pas dès lors d'une négation totale796. 3 qvid senem qvoad exspectatis vestrvm remarquez que le (τὸ) quid est employé selon l'usage de la langue familière, lorsque l'on passe de la mention d'une chose à la mention d'une autre. Ainsi plus haut également : « quid paedagogus ille ? ».

148
quoad exspectatis uestrum ? Ge.-non certum scio,
pour quand l'attendez-vous, le vôtre ? Gé.-Je ne sais rien de sûr ;

qvoad exspectatis quoad quamdiu. et recte locutus est, quia aduentus finis est exspectationis.
qvoad exspectatis quoad signifie quamdiu (pendant combien de temps). Et c'est dit à bon droit, parce que l'arrivée marque la fin de l'attente (expectatio).

149
sed epistolam ab eo allatam esse audiui modo
mais une lettre de lui est arrivée, je l'ai appris tout à l'heure,

sed epistolam ab eo allatam esse avdivi mire paratur inopinatus subito aduentus senis ; nam ipse ueniet, cuius epistolam sperat.
sed epistolam ab eo allatam esse avdivi l'arrivée inopinée du vieillard est préparée de façon étonnante ; en effet il viendra en personne, celui dont il espère une lettre.

150
et ad portitores esse delatam : hanc petam.
et on l'a remise aux douaniers : je vais la chercher.

1 ad portitores esse delatam more ueterum magistri tributorum, id est publicani, operas in portu dabant, inferendarum et efferendarum rerum uectigal exigentes. 2 ad portitores ad eos, qui in portu sunt. 3 122 ex quo more hoc dixerit uide, Attico an Romano.
1 ad portitores esse delatam à la façon des Anciens, les responsables des tributs, c'est-à-dire les publicains, travaillaient sur le port, réclamant une redevance pour les marchandises à l'import et à l'export797. 2 ad portitores vers ceux qui sont dans le port (portus)798. 3 Et remarquez d'après quelle coutume il dit cela, athénienne ou romaine.

151
Da.-numquid, Geta, aliud me uis ? Ge.-ut bene sit tibi.
Da-Tu me veux autre chose, Géta ? Gé.-Juste que tu ailles bien.

1 nvm qvid geta alivd me vis absque illo, quod argento tibi a me opus fuit. 2 vt bene sit tibi ἀστεϊσμός pro nihil.
1 nvm qvid geta alivd me vis hormis le fait que tu as eu besoin de me réclamer de l'argent799. 2 vt bene sit tibi trait d'esprit (ἀστεϊσμός)800 pour nihil (rien).

152
puer, heus. nemon huc1408 prodit ? cape, da hoc Dorcio.
Holà ! garçon ! Personne ne sort ? prends, donne ça à Dorcium.

1 pver hevs nemon hvc prodit moralis expressio, nam eos uocat, quibus initio dicebat egrediens «  si quis me quaeret rufus 99 ». 2 cape da hoc dorcio ad κωφὸν πρόσωπον loquitur. 3 dorcio Dorcium femininum nomen est, ut Planesium, Glycerium.
1 pver hevs nemon hvc prodit tour de phrase conforme au caractère du personnage : il appelle en effet ceux à qui il disait en sortant801 : « si quis me quaeret rufus ». 2 cape da hoc dorcio il parle à un personnage muet (κωφὸν πρόσωπον). 3 dorcio Dorcium est un nom féminin, comme Planesium et Glycerium 802.

scaena tertia

Antipho Phaedria

153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178

153
An.-Adeon rem redisse ut qui mihi consultum optime uelit esse,
An.-Faut-il que les choses en soient là, que l'homme qui me veut le plus de bien,

1 adeon rem redisse vt qvi mihi consvltvm optime velit esse in hac scaena color uitae est eorum, qui quicquid immodice concupierint, spernunt postquam uenerit ; quod apertiore sententia ostendit poeta dicendo «  nostri nosmet paenitet 100 ». 2 adeon rem redisse vt qvi mihi comparatiua qualitas in hac scaena est inter Antiphonis uitam et Phaedriae ; genus causae demonstratiuum. contendunt autem, uter magis miser sit. 3 vt qvi mihi c. consvltvm o. optime v. velit e. esse ph. phaedria mira sententia, qua ostendit adulescentulos in peccatis neminem magis metuere quam eos, a quibus maxime diliguntur. simulque inducitur rerum imminentium praestructio, in qua sic audax loquitur123 Phaedria, ut124 defensor futurus sit.
1 adeon rem redisse vt qvi mihi consvltvm optime velit esse dans cette scène, le style de vie représenté803 est celui de ceux qui méprisent tout ce qu'ils ont, parce qu'ils l'ont désiré au-delà de toute raison, une fois qu'ils l'ont obtenu. Le poète montre cela assez explicitement dans une sentence, lorsqu'il dit : «  nostri nosmet paenitet  ». 2 adeon rem redisse vt qvi mihi ce qui caractérise cette scène c'est la comparaison804 entre la vie d'Antiphon et celle de Phédria ; quant au genre de la cause, il est démonstratif805. Ils rivalisent d'autre part pour savoir qui des deux est plus malheureux que l'autre. 3 vt qvi mihi consvltvm optime velit esse phaedria phrase étonnante ; grâce à elle, le poète montre que les jeunes gens, quand ils commettent une faute, craignent plus que tout ceux dont ils sont le plus aimés. Et en même temps il introduit la préparation des événements qui sont imminents, de telle sorte que, dans cette préparation, celui qui parle avec audace est Phédria, car il sera le défenseur.

154
Phaedria, patrem ut extimescam ubi in mentem eius aduenti ueniat !
Phédria, mon père, soit pour moi un objet de terreur, quand je songe à son retour !

1 patrem vt extimescam ferienda pronuntiatio in eo quod ait patrem timidus Antipho, ut qui fugiturus sit125 . hoc enim magis mirum est ideo patrem timeri, quia consultum optime uelit 101. 2 vbi in mentem eivs adventi nota in mentem uenire ueteres non recordationis causa tantum sed etiam recogitationis considerationisque posuisse. 3 vbi in mentem eivs adventi veniat sic ueteres genitiuo casu proferebant. 4 in mentem veniat Cicero «  fac tibi paternae legis Aciliae ueniat in mentem 102 ». 5 veniat adventi multipliciter declinatur : et126 aduentus. sic et in Andria «  nihil ornati, nihil tumulti 103 ». 6 veniat legitur et uenit.
1 patrem vt extimescam la prononciation du mot patrem par un Antiphon craintif et qui va fuir806 doit être percutante. De fait, ce qu'il y a de plus étonnant, c'est qu'il craigne son père, parce que précisément "il lui veut plus de bien". 2 vbi in mentem eivs adventi venit remarquez que les Anciens mettaient in mentem uenire non pas seulement pour le fait de se souvenir, mais aussi de repenser ou de considérer807. 3 vbi in mentem eivs adventi venit les Anciens utilisaient cette forme du génitif808. 4 in mentem veniat Cicéron : « fac tibi paternae legis Aciliae ueniat in mentem » (tâche qu'elle te revienne à la mémoire, la loi Acilia, la loi de ton père). 5 veniat adventi aduentus se décline au génitif de plusieurs façons : on trouve à la fois aduenti et aduentus. Ainsi dans L'Andrienne aussi : « nihil ornati, nihil tumulti »809. 6 veniat on lit aussi uenit.

155
quod ni fuissem incogitans, ita eum exspectarem ut par fuit
Si je n'avais pas été si irréfléchi, je l'attendrais avec les sentiments qu'il faut.

1 incogitans temerarius. Probus «  nomen incogitans » inquit « in usu est, at non eodem modo cogitans 104 ». 2 ita exspectarem vt par fvit nota exspectarem nunc opperirer, alias sperarem.
1 incogitans temerarius (téméraire). Probus dit : « nomen incogitans in usu est, at non eodem modo cogitans » (le nom incogitans est en usage, mais non pas, analogiquement, le nom cogitans)810. 2 ita exspectarem vt par fvit remarquez qu'exspectarem signifie ici opperirer (j'attendrais), mais ailleurs, sperarem (j'espérerais).

156
Pha.-quid istuc est ? An.-rogitas, qui tam audacis facinoris mihi conscius sis ?
Phé.-De quoi s'agit-il ? An.-Tu le demandes, toi qui, dans un forfait si hardi, es mon complice  ?

1 qvid istvc est haec interrogatio est stomachosa extenuare uolentis metum fratris ; diuersa enim sentit ob diuersum amoris euentum. 2 qvi tam avdacis facinoris mihi conscivs sis proprie ad terrorem, qui de facinore loquitur, conscium dixit. 3 rogitas qvi tam avdacis f. facinoris bene timens inducitur Antipho, ut sit causa fugiendi ; ad hoc enim fugiet, ne ad amittendam coniugem cogatur a patre ante errorem fabulae patefactum.
1 qvid istvc est cette interrogation trahit l'irritation de quelqu'un qui veut atténuer la crainte de son frère ; en effet, il est dans un autre état d'esprit parce que ses affaires de cœur connaissent une issue différente811. 2 qvi tam avdacis facinoris mihi conscivs sis lui qui parle d'un forfait, il dit conscius au sens propre812 pour susciter sa terreur. 3 rogitas qvi tam avdacis facinoris le poète fait bien de mettre en scène un Antiphon effrayé, pour qu'il ait une raison de fuir ; car il fuira pour ne pas être forcé par son père d'abandonner son épouse, avant que la méprise sur laquelle repose la pièce ne soit révélée.

157
quod utinam ne Phormioni id suadere in mentem incidisset
Ah, si seulement Phormion ne s'était pas mis en tête de me donner ce conseil

1 qvod vtinam ne phormioni gratissime non Phormioni succenset sed Phormionis inuento. 2 Et uide, ut et ipse se culpae subtrahat. 3 Et familiare est initia accusare rerum, quos alicuius negotii paenitet. 4 vtinam ne ph. phormioni uetus elocutio utinam ne 127, ut Ennius in Medea «  utinam ne in nemore Pelio unquam sectae cecidissent ad terram trabes 105 ». 5 Et ne non accipiendum.
1 qvod vtinam ne phormioni avec beaucoup de reconnaissance, il n'en veut pas à Phormion mais à son stratagème. 2 Et voyez comme il se dérobe lui-même à la responsabilité de cette faute. 3 Et il est courant que ceux qui regrettent une affaire accusent les débuts de celle-ci. 4 vtinam ne phormioni utinam ne est une expression ancienne, comme Ennius dans la Médée : « utinam ne in nemore Pelio unquam sectae cecidissent ad terram trabes » (si seulement, il n'y avait jamais eu dans le bois du Pélion, de grosses branches coupées et tombées à terre). 5 Et il faut comprendre ne au sens de non 813

158
neu me cupidum eo impulisset, quod mihi principium est mali !
et ne m'avait pas poussé dans mon désir, qui est l'origine de mon malheur !

1 nev me cvpidvm eo impvlisset bene hoc addidit ad excusationem : potuit enim dici non consentires. 2 eo impvlisset eo scilicet ad uxorem ducendam. 3 An eo in tantum ? 4 qvod mihi principivm est mali bene, quasi caput mali non in amore sed in nuptiis sit.
1 nev me cvpidvm eo impvlisset il fait bien d'ajouter cela à titre d'excuse814 ; car on aurait pu lui dire non consentires (tu n'aurais pas été d'accord). 2 eo impvlisset eo signifie "à me marier", évidemment. 3 Ou bien eo in tantum (à un si haut degré) ? 4 qvod mihi principivm est mali bien dit, comme si la source du mal n'était pas dans l'affaire amoureuse, mais dans le mariage.

159
non potitus essem : fuisset tum illos mihi aegre aliquot dies,
Je ne l'aurais pas possédée ; ça m'aurait été douloureux ces quelques jours,

1 non potitvs essem more hominum loquitur : credit enim ex consequenti satietate, quod potuerit abstinere amoribus suis. 2 non potitvs essem ἀνθυποφορὰ ut «  uerum anceps pugnae fuerat fortuna. fuisset 106 ». hic enim utraque pars ponitur. non potitus essem μονομερής non ut si illa sed potiri uoluisti posuisset128. 3 fvisset tvm illos mihi aegre aliqvot dies interrogatiue quidam pronuntiant totum, nempe fuisset t. tum i. illos m. mihi ae. aegre a. aliquot d. dies  ?
1 non potitvs essem il parle comme on le fait toujours : en effet il croit, maintenant qu'il a obtenu ce qu'il voulait, qu'il aurait pu se passer de cet amour. 2 non potitvs essem est une réplique à une objection possible (ἀνθυποφορὰ), comme « uerum anceps pugnae fuerat fortuna fuisset » (mais la fortune d'un combat risquait d'être douteuse. Elle l'aurait été), Ici en effet Virgile met les deux alternatives. Dans non potitus essem, elle est simple (μονομερής) à la différence de ce qui se passerait s'il avait mis ces mots : sed potiri uoluisti (mais tu as voulu prendre possession). 3 fvisset tvm illos mihi aegre aliqvot dies certains prononcent tout de façon interrogative, "n'est-ce pas que "fuisset tum illos mihi aegre aliquot dies ?

160
at non cotidiana cura haec angeret animum. Pha.-audio.
mais ce souci quotidien n'angoisserait pas mon cœur... Phé.-J'entends.

1 at non cotidiana cvra haec angeret animvm amatorie loquitur Antipho. errant129 qui putant eum paenitere sui desiderii — nam si hoc est, nec maritus firmus uidebitur fore — ; sed hoc dicit : facilius fuisse abstinere uirgine intacta quam ea cum qua iam consuerit, et ideo subiungit « dum exspecto quam mox ueniat qui adimat hanc mihi consuetudinem ». 2 avdio per εἰρωνείαν dicitur modo a contemnente130 dictum Antiphonis. 3 avdio omnia deridet Phaedria cupiens fructum amoris uel periculis adipisci. est ergo audio εἰρωνεία pro non audio, hoc est : nihil dicis.
1 at non cotidiana cvra haec angeret animvm Antiphon parle en amoureux. Donc, les gens qui pensent qu'il se repent de son désir se trompent – car, si c'est cela, il ne paraîtra pas être un mari sans faille ; mais il dit ceci : il aurait été plus facile de rester à l'écart de la jeune fille sans l'avoir connue, que de rester à l'écart d'elle à présent qu'il l'a connue ; et c'est pourquoi il ajoute « dum exspecto quam mox ueniat qui adimat hanc mihi consuetudinem ». 2 avdio c'est ici dit par ironie (εἰρωνεία) de la part de quelqu'un qui méprise815 le propos d'Antiphon. 3 avdio Phédria tourne tout en dérision, parce qu'il désire obtenir le bénéfice de son affaire amoureuse ou du danger dans lequel il s'est mis. Et audio est donc de l'ironie (εἰρωνεία) pour non audio (je n'entends pas), c'est-à-dire nihil dicis (ce que tu dis ne vaut rien).

161
An.-dum exspecto quam mox ueniat qui adimat hanc mihi consuetudinem.
An.-...en attendant l'arrivée imminente de celui qui doit m'arracher cette vie commune.

1 dvm exspecto qvam mox veniat non quando, sed quam cito, quia timet. 2 qvi adimat hanc mihi consvetvdinem mire non amorem, tamquam amore carere potuerit, consuetudine non possit. 3 Et nota proprietatem dicti, nam consuetudo specialiter de coitu dicitur.
1 dvm exspecto qvam mox veniat quam mox signifie non pas quando (quand) mais quam cito (sous quel délai), parce qu'il a peur816. 2 qvi adimat hanc mihi consvetvdinem de façon étonnante il ne dit pas amorem (amour), comme s'il pouvait se passer d'amour, mais pas de consuetudo. 3 Et remarquez la propriété de ce mot, car on parle de consuetudo en particulier pour les relations intimes.

162
Pha.-aliis quia defit quod ament1409 aegre est ; tibi quia superest dolet :
Phé.-Les autres, c'est parce qu'il leur manque celle qu'ils aiment que c'est douloureux , toi, c'est parce que tu l'as trop que tu souffres.

1 aliis qvia defit qvod ament magnificentius aliis quam si diceret mihi. 2 tibi qvia svperest dolet laborauit, ut ostenderet plus esse dolet quam aegre est ; et ideo insanum ait Antiphonem, qui in ea fortuna positus quae aduersae131 contraria est, idem patiatur quod miser. et est figura ὑπόζευξις, nam ad utrumque aegre est sufficere potuit. scire autem debemus132 enuntiatiue et per interrogationem hoc ipsum posse pronuntiari. 3 tibi qvia svperest d. dolet id est : "eo quod desideras abundas". 4 Ordo est : tibi dolet.
1 aliis qvia defit qvod ament aliis a plus d'éclat817 que s'il disait mihi (à moi). 2 tibi qvia svperest dolet il s'efforce de montrer que dolet est plus fort que aegre est ; et par là il dit qu'Antiphon est fou parce que, alors qu'il se trouve dans une situation qui est tout l'opposé d'une situation défavorable, il éprouve la même chose que quelqu'un de malheureux. Et c'est la figure de la subordination (ὑπόζευξις)818 : en effet, aegre est aurait pu suffire pour l'un et l'autre points819. Par ailleurs, nous devons savoir que cela peut être prononcé à la fois sur le mode déclaratif et sur le mode interrogatif820. 3 tibi qvia svperest dolet c'est-à-dire : "ce que tu désires, tu l'as en abondance"821. 4 L'ordre est : tibi dolet 822.

163
amore abundas, Antipho.
Tu es comblé d'amour, Antiphon.

1 amore abvndas antipho hoc sic pronuntiandum, quemadmodum solet cum stomacho dici uituperanti cibum « non esuris » aut « pleno uentre es ». uult enim ostendere satietatis hoc esse, non ratiocinationis, quod nunc queritur Antipho. 2 amore abvndas antipho abundare dicitur, qui successu prospero affluit. Lucilius libro tertio «  ille alter abundans cum septem incolumis pinnis r. redit a. ac r. recipit s. se 107 ». 3 amore abvndas antipho hoc cum pronuntiatione infert.
1 amore abvndas antipho il faut prononcer cela comme on a l'habitude de dire avec irritation à quelqu'un qui réclame de la nourriture, "tu n'as pas faim", ou bien "ton estomac est plein" ; car il veut montrer que ce qui fait qu'Antiphon se plaint à présent, c'est la satiété et non la raison. 2 amore abvndas antipho on dit abundare pour quelqu'un qui dispose de beaucoup de moyens grâce à une affaire couronnée de succès et prospère. Lucilius au livre III : « ille alter abundans cum septem incolumis pinnis redit ac recipit se » (et l'autre, plein aux as, revient et se ramène sain et sauf avec sept bateaux). 3 amore abvndas antipho il prononce cela en insistant.

164
nam tua quidem hercle certe uita haec expetenda optandaque est.
Ta vie est du moins, ma foi, vraiment souhaitable et digne d'envie.

1 nam tva qvidem hercle certe vita haec bene certe, quia supra omnia cum εἰρωνείᾳ dixit. 2 vita haec expetenda uita dixit, ut ostenderet, etiamsi non felicitas sed uita dicatur optanda133 esse. 3 uita autem et mores significat et animum et alimentum et spatium uiuendi et fortunam accidentem uiuentibus134, ut modo. 4 expetenda optandaqve proprie dixit expetenda optandaque : omnia enim quae habemus135 , aut industria aut uoto proueniunt, hoc est : aut in nobis sunt aut in fortuna posita.
1 nam tva qvidem hercle certe vita haec certe est bien dit823, car plus haut il dit tout avec ironie (εἰρωνεία). 2 vita haec expetenda il dit uita pour montrer que, même s'il ne dit pas felicitas (bonheur) mais uita, c'est elle qu'il faut choisir. 3 Par ailleurs, uita signifie à la fois mores (les habitudes), animus (le cœur)824, alimentum (la nourriture), spatium uiuendi (la durée de la vie), et le destin qui échoit à ceux qui sont en vie, comme ici825. 4 expetenda optandaqve il dit expetenda optandaque au sens propre ; en effet, tout ce que nous avons, nous vient par notre adresse ou par la prière, c'est-à-dire que, ou bien c'est en notre pouvoir, ou bien cela relève de la fortune.

165
ita me di bene ament ut mihi liceat tam diu quod amo frui,
Fasse le Ciel qu'il me soit donné de jouir aussi longtemps de celle que j'aime,

1 ita me di bene ament vt mihi liceat necessario iurat, quia quod dicturus est solis amatoribus uidetur esse credibile. 2 ita me di bene ament vt mihi liceat tam div qvod amo frvi opportunus locus, in quo ostenditur, quam magno amore sit possessus Phaedria, cui par impenditur argumentum. 3 tam div qvod amo frvi quam diu uxore fruitur Antipho. 4 An tamdiu δεικτικόν, quasi dicat136 : tantum diu et tantisper, hoc est : uel tantillo tempore ? 5 qvod amo frvi deest eo, ut sit : eo quod amo frui.
1 ita me di bene ament vt mihi liceat il jure forcément, puisque ce qu'il s'apprête à dire paraît n'être crédible que pour les amoureux826. 2 ita me di bene ament vt mihi liceat tam div qvod amo frvi passage opportun, dans lequel il montre la grandeur de l'amour qui a pris possession de Phédria, et dont la mesure est aussi celle de l'argument827. 3 tam div qvod amo frvi aussi longtemps (quam diu)828 qu'Antiphon jouit de la présence de sa femme. 4 Ou bien tamdiu est-il un démonstratif (δεικτικόν), comme s'il disait tantum diu (tellement longtemps) et tantisper (pendant tout ce temps), c'est-à-dire "pendant un temps tellement minuscule"829 ? 5 qvod amo frvi il manque eo, pour qu'on ait : eo quod amo frui (je jouis de ce que j'aime)830.

166
iam depacisci morte cupio : tu conicito cetera,
et je consens à payer ce bonheur de ma mort. Juge par là du reste,

1 iam depacisci morte pactione transigere. 2 tv conicito cetera aut cetera abundat aut deest per, ut sit : per cetera.
1 iam depacisci morte pactione transigere (mourir de l'engagement pris). 2 tv conicito cetera cetera est en trop831, ou bien il manque per (par), pour qu'on ait : per cetera (par le reste).

167
quid ego ex hac inopia nunc capiam et quid tu ex ista copia,
de ce, moi, que je retire de mon indigence, et , toi, de ton abondance,

1 qvid ego ex hac inopia nvnc capiam infortunium scilicet. 2 et qvid tv ex ista copia fructum ac felicitatem.
1 qvid ego ex hac inopia nvnc capiam l'infortune, évidemment. 2 et qvid tv ex ista copia du profit et du bonheur.

168
ut ne addam quod sine sumptu ingenuam, liberalem nactus es,
pour ne rien dire du fait que, sans bourse délier, c'est un fille libre et bien élevée que tu as trouvée ;

1 vt ne addam παράλειψις 137 figura, in qua uelut ex abundanti enumerantur adiecta. 2 ingenvam liberalem hoc natalium, illud morum est. 3 vt ne addam σχῆμα τῆς παραλείψεως. 4 vt ne quod Graeci ἵνα μή . 5 sine svmptv ingenvam liberalem contra ea quae patitur ista posuit omnia : huius in amore copiam138, suam inopiam ; huius desiderium nullo constitisse sumptu, sibi a lenone emendam puellam ; huius ingenuam, suam seruam ; huius liberalem, suam citharistriam ; hunc nactum esse, se sectari tantum ; huius uxorem, amicam suam ; huius amorem maritalem esse, suum uelut prodigi, uelut scortatoris.
1 vt ne addam figure de paralipse (παράλειψις), dans laquelle on énumère des éléments redondants832. 2 ingenvam liberalem le dernier mot relève de la naissance, le premier, du caractère833. 3 vt ne addam figure de la paralipse (σχῆμα τῆς παραλείψεως). 4 vt ne ce qui, en Grec, se dit ἵνα μή (afin que ne pas). 5 sine svmptv ingenvam liberalem à tout ce que souffre Phédria, il oppose tout cela : l'autre a accès à l'amour, lui-même ne l'a pas ; l'autre n'a pas dû dépenser pour combler son désir, lui a dû acheter sa jeune fille à un entremetteur ; la fiancée de l'autre est de naissance libre, la sienne est une esclave ; la fiancée de l'autre est de bonne condition, la sienne est une joueuse de cithare ; l'autre a obtenu, lui-même recherche encore834 ; pour l'autre, c'est sa femme, pour lui-même, c'est une amie ; son amour est conjugal, le sien est comme celui d'un homme prodigue et qui court la gueuse.

169
quod habes, ita ut uoluisti, uxorem sine mala fama palam :
que tu as, comme tu le voulais, une épouse de bonne réputation, aux yeux de tous,

1 qvod habes ita vt volvisti uoluisti subdistinguendum est et sic legendum uxorem ἐμφατικώτερον. 2 vt volvisti vxorem bona praeparatio uxoris futurae. 3 sine mala fama palam multi superius139 iungunt palam.
1 qvod habes ita vt volvisti il faut mettre une virgule après uoluisti, et lire ainsi uxorem de façon plus emphatique (ἐμφατικώτερον)835. 2 vt volvisti vxorem bonne préparation pour l'épouse future836. 3 sine mala fama palam beaucoup relient palam à ce qui précède837.

170
beatus, ni unum desit, animus qui modeste istaec ferat.
heureux, s'il ne te manquait une chose, un esprit capable de supporter avec mesure tes ennuis.

1 ni vnvm hoc desit animvs qvi modeste istaec ferat modeste moderate. Sallustius libro secundo «  modestus ad alia omnia nisi ad dominationem 108 ». 2 modeste cum modo.
1 ni vnvm hoc desit animvs qvi modeste istaec ferat modeste signifie moderate (avec modération). Salluste au livre II : « modestus ad alia omnia nisi ad dominationem » (modéré pour toute chose si ce n'est pour la souveraineté). 2 modeste cum modo (avec mesure).

171
quod si tibi res sit cum eo lenone quo mihi est tum sentias.
Ah ! si tu avais affaire au maquereau auquel j'ai affaire, alors, tu le sentirais passer !

1 qvod si tibi res sit cvm eo lenone et modo non conexiua, sed inceptiua coniunctio est. Sallustius libro secundo «  et Poeni fere aduersus a. a? n. n? e. e? m. m? 109 ». 2 sentias sic alibi «  sit rogas ? sensi 110 ».
1 qvod si tibi res sit cvm eo lenone et ici n'est pas une conjonction de liaison, mais initiale838. Salluste au livre II : « et Poeni fere aduersus a. n. e. m. »839. 2 sentias ainsi ailleurs : « sit rogas ? sensi » (si elle y est ? tu le demandes ? je m'en suis aperçu).

172
ita plerique ingenio sumus omnes : nostri nosmet paenitet.
Voilà bien notre caractère pour la plupart d'entre nous tous : nous ne sommes jamais contents de ce que nous avons.

1 ita pleriqve ingenio svmvs omnes nostri nosmet paenitet παρέλκον tertium. in Andria «  quod plerique faciunt omnes adulescentuli 111 ». 2 Et est ἀρχαϊσμός ut «  accede ad ignem hunc : iam calesces plus satis 112 ». 3 nostri nosmet paenitet paenitet eum, qui parum putat. ergo ipsi nos inquit nostra contemnimus . sic et in Heautontimorumeno «  at enim, dices, me quantum hic operis fiat paenitet 113 ».
1 ita pleriqve ingenio svmvs omnes nostri nosmet paenitet pléonasme (παρέλκον) de la troisième catégorie840. Dans L'Andrienne : « quod plerique faciunt omnes adulescentuli ». 2 Et c'est un archaïsme (ἀρχαϊσμός), comme « accede ad ignem hunc : iam calesces plus satis »841. 3 nostri nosmet paenitet on dit paenitet pour quelqu'un qui fait peu de cas de quelque chose. Il dit donc ipsi nos nostra contemnimus (nous, nous méprisons nous-mêmes ce qui nous concerne). Ainsi dans L'Héautontimorouménos aussi : « at enim, dices, me quantum hic operis fiat paenitet » (c'est que, diras-tu, cela me fait mal de voir le peu d'ouvrage qui se fait ici).

173
An.-at tu mihi contra nunc uidere fortunatus, Phaedria,
An.-mais, pour moi, au contraire, c'est toi que, en ce moment, je trouve heureux, Phédria,

174
cui de integro est potestas etiam consulendi quid uelis :
toi qui es encore complètement libre de décider ce que tu voudras,

1 cvi de integro est potestas deinceps. 2 An de integro id est integris rebus ?
1 cvi de integro est potestas de integro signifie deinceps (ensuite). 2 Ou bien de integro, c'est-à-dire integris rebus (alors que tout va bien) ?

175
retinere amare amittere ; ego in eum incidi infelix locum
garder, aimer, quitter, tandis que moi, je suis tombé, infortuné, dans une situation

retinere amare amittere coniuncte legendum est quid uelis retinere, ut duo sint amare amittere, quia et infra duo reddit «  ut neque mihi sit amittendi neque retinendi copia 114 ».
retinere amare amittere il faut lire ensemble842 quid uelis retinere, pour qu'il y ait les deux éléments amare amittere, parce que les deux reviennent plus bas également : « ut neque mihi sit amittendi neque retinendi copia ».

176
ut neque mihi sit amittendi nec retinendi copia.
telle que je n'ai plus la faculté ni de quitter ni de garder.

amittendi propter amorem, retinendi propter patrem.
amittendi à cause de son amour, retinendi à cause de son père.

177
sed quid hoc est ? uideon ego Getam currentem huc aduenire ?
Mais qu'est-ce que c'est ? N'est-ce pas Géta que je vois accourir ici ?

178
is est ipsus. ei, timeo miser quam hic mihi nunc nuntiet rem.
C'est bien lui. Hélas ! j'ai peur, pauvre de moi, de la chose qu'il va m'annoncer.

1 ei ei interiectio ingemiscentis, ut «  ei mihi, quantum praesidium Ausonia et quantum tu perdis, Iule ! 115 » 2 ei timeo miser qvam recte iam timet, quia in metu semper est «  praesaga mali mens 116 ».
1 ei ei, interjection de quelqu'un qui se lamente, comme dans « ei mihi, quantum praesidium Ausonia et quantum tu perdis, Iule ! » (hélas ! Ausonie, quel appui tu perds, quelle perte pour toi, Iule !). 2 ei timeo miser qvam c'est à bon droit que désormais il a peur (timet), car il y a toujours dans la crainte de la « praesaga mali mens » (pressentiment du malheur)843.

scaena quarta

Antipho Phaedria Geta

179 | 180 | 181 | 182 | 183 | 184 | 185 | 186 | 187 | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199 | 200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215 | 216 | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230

179
Ge.-Nullus es, Geta, nisi iam tibi aliquod1410 consilium celere reperis,
Gé.-Tu es anéanti, Géta, sauf si tu te trouves une idée rapide,

1 nvllvs es geta nisi iam tibi aliqvod consilivm in hac scaena serui currentis officium est tendens ad perturbationem Antiphonis, quem oportet abesse conspectui patris usque ad cognitionem rerum et καταστροφήν fabulae. 2 consilivm celere hoc celere neutraliter dicitur.
1 nvllvs es geta nisi iam tibi aliqvod consilivm dans cette scène, la fonction de l'esclave qui court844 est de viser à bouleverser Antiphon, qui doit être loin des yeux de son père jusqu'à ce que les faits soient reconnus et que le dénouement (καταστροφή) de la pièce ait eu lieu. 2 consilivm celere on dit celere au neutre845.

180
ita nunc inparatum subito tanta te impendent mala ;
ça te prend tellement de court d'un coup, ces grands maux qui te menacent !

1 svbito tanta te impendent mala accusatiuo casu impendent, ut Lucretius «  mare quae impendent uesco sale saxa peresa140 117 ». 2 Pro in te pendent mala.
1 svbito tanta te impendent mala impendent se construit avec l'accusatif, comme chez Lucrèce : « mare quae impendent uesco sale saxa peresa » (les roches qui baignent dans la mer, et que ronge le flot salé)846. 2 Pour in te pendent mala (des malheurs te menacent).

181
quae neque uti deuitem scio neque quo modo me inde extraham,1411
Comment les éviter, je ne sais pas, ni comment m'en tirer.

1 qvae neqve vti devitem scio cum supra « nullus es, Geta » dixerit, hic transitum fecit ad primam personam. 2 qvae neqve vti devitem ruina aut uitanda est aut extrahenda ex ea sunt corpora, quae oppresserit. 3 devitem antequam141 irruant, inde extraham cum irruerint.
1 qvae neqve vti devitem scio bien qu'il ait dit plus haut « nullus es, Geta », il passe ici à la première personne. 2 qvae neqve vti devitem le désastre doit être évité ou bien on doit en tirer ceux qu'il accable. 3 devitem avant qu'ils ne se précipitent dedans, inde extraham quand ils se seront précipités dedans.

182
nam non potest celari nostra diutius iam audacia.
Car il est mpossible de cacher plus longtemps notre audace.

1 nam non potest celari nostra divtivs avdacia bene nostra, quia et ipse partem maximam culpae eius tenet142 ut magister. 2 celari Nigidius celari 118 quaerit utrum plenum sit an pressum.
1 nam non potest celari nostra divtivs avdacia nostra est bien dit, parce que lui aussi porte sur lui la plus grande partie de la faute, en tant que professeur847. 2 celari Nigidius se demande si celari est la forme complète ou condensée848.

183
An.-quidnam ille1412 commotus uenit ?
An.-Pourquoi donc accourt-il tout bouleversé ?

1 qvidnam ille commotvs venit hic ostendit poeta idcirco confusum induci Getam, ut de eius metu Antipho terreatur. 2 commotvs venit modo commotus perturbatus atque conterritus.
1 qvidnam ille commotvs venit ici le poète montre que Géta est présenté849 en proie à la confusion, précisément afin qu'Antiphon soit effrayé à cause de sa peur. 2 commotvs venit commotus signifie ici perturbatus (troublé) et conterritus (effrayé).

184
Ge.-tum temporis mihi punctum ad hanc rem est : erus adest. An.-quid illud1413 mali est ?
Gé.-Et puis je n'ai qu'un rien de temps pour mon affaire : le patron est là. An.-De quel malheur s'agit-il ?

1 tvm temporis mihi pvnctvm punctum pro momento, ut Lucilius in ΧIIΙI143 «  puncto uno horae144 qui quoque inuasit 119 »145. 2 pvnctvm angustissimum spatium. 3 ad hanc rem ad deliberandum quod ago. 4 ervs adest uultu tristi ac superciliis arduis hoc dicendum est. 5 qvid illvd mali est mire πρὸς τὸ 146 « erus adest » quid illud mali est posuit ex persona Antiphonis, cui pro calamitate est patris aduentus.
1 tvm temporis mihi pvnctvm punctum pour momentum (moment), comme Lucilius au livre ΧIV « puncto uno horae qui quoque inuasit » (lui qui a attaqué à chaque instant). 2 pvnctvm très petit laps de temps. 3 ad hanc rem pour réfléchir à ce que je vais faire. 4 ervs adest il faut dire cela avec un visage sombre et en fronçant les sourcils. 5 qvid illvd mali est il est étonnant qu'en réponse au (πρὸς τὸ) « erus adest » il ait mis quid illud mali est dans la bouche d'Antiphon, pour qui l'arrivée de son père est un désastre850.

185
Ge.-quod cum audierit, quod eius remedium inueniam iracundiae ?
Gé.-Quand il saura la chose, quel remède trouverai-je à sa colère ?

1 qvod cvm avdierit scilicet quod uxorem duxit Antipho. 2 qvod eivs remedivm plus est quam si diceret nullum. 3 qvod cvm avdierit qvod eivs remedivm i. inveniam ir. iracvndiae bene non addit quod : secum enim loquitur. 4 qvod eivs re. i. inveniam ir. iracvndiae proprie remedium, quasi iracundia sit morbus.
1 qvod cvm avdierit le fait qu'Antiphon s'est marié, évidemment. 2 qvod eivs remedivm c'est plus fort851 que s'il disait nullum (aucun). 3 qvod cvm avdierit qvod eivs remedivm inveniam iracvndiae il fait bien de ne pas préciser lequel, car il monologue. 4 qvod eivs remedivm inveniam iracvndiae remedium au sens propre, comme si la colère était une maladie.

186
loquarne ? incendam ; taceam ? instigem ; purgem me ? laterem lauem.
Parler ? Je l'enflammerais. Me taire ? Je l'énerverais. Me justifier ? Je laverais une brique.

1 loqvarne incendam quia iracundia ignis est. 2 taceam instigem instigari proprie fera dicitur. 3 pvrgem me laterem lavem παροιμία : πλίνθον πλύνεις 147. 4 loqvarne incendam taceam, instigem σχῆμα διαπόρησις. 5 loqvarne incendam duo sunt quae fieri in peccando148 solent : aut loqui aut tacere. sed quid sibi uult purgem me, cum idem sit loquarne ? an quia potest purgatio et per defensorem aut patronum induci ? 6 Hoc quidam putant, sed melius est haec et perturbatae et seruilis imperitaeque personae uerba sine arte esse etsi uim significatus habent149 .
1 loqvarne incendam parce que la colère est un feu852. 2 taceam instigem on dit instigari au sens propre pour une bête sauvage. 3 pvrgem me laterem lavem proverbe (παροιμία) : « πλίνθον πλύνεις » (tu laves une brique)853. 4 loqvarne incendam taceam instigem figure (σχῆμα) de l'embarras (διαπόρησις)854. 5 loqvarne incendam il y a deux choses que l'on fait d'habitude quand on est en faute : parler (loqui) ou bien se taire. Mais que vient faire là purgem me, puisque c'est la même chose que loquarne ? Est-il là parce que la purgatio(justification) peut être faite par un défenseur ou un patron ? 6 Certains le pensent, mais il est meilleur de penser que ce sont des propos sans art tenus par une personne en proie à la confusion, par un esclave sans expérience, même si ces mots ont du sens855.

187
heu me miserum ! cum mihi paueo, tum Antipho me excruciat animi :
Ah ! pauvre de moi ! D'un côté, j'ai peur pour moi ; de l'autre, Antiphon me met le cœur à la torture.

1 cvm mihi paveo cum praeterquam quod significat modo. 2 tvm antipho me excrvciat animi τῷ ἀττικισμῷ 150 pro eo quod est propter Antiphonem me excrucio animo. sic et in Hecyra «  fecit animi ut incertus foret 120 ». genetiuo enim casu ueteres figurabant hanc locutionem.
1 cvm mihi paveo cum signifie ici praeterquam quod (outre que). 2 tvm antipho me excrvciat animi par atticisme (τῷ ἀττικισμῷ) pour propter Antiphonem me excrucio animo 856 (je me tourmente à cause d'Antiphon). Ainsi dans L'Hécyre aussi : « fecit animi ut incertus foret ». Car les Anciens construisaient cette expression avec le génitif.

188
eius me miseret, ei nunc timeo, is nunc me retinet : nam absque eo esset,
C'est lui qui me fait pitié ; c'est pour lui que je crains à présent, c'est lui qui me retient présent ; car si ce n'était pas de lui qu'il s'agit,

1 eivs me miseret ei nvnc timeo miseret praeteritorum, timeo de futuris. 2 eivs me miseret ei nvnc timeo is nvnc me retinet nam absqve eo esset figura πολύπτωτον : eius ei151 . 3 is nvnc me retinet is152 retinet, quomodo excruciat. 4 nam absqve eo esset recte si ad eum res non pertineret, id est si meum tantummodo peccatum esset hoc ipsum.
1 eivs me miseret ei nvnc timeo miseret s'emploie pour des choses passées, timeo pour des choses futures. 2 eivs me miseret ei nvnc timeo is nvnc me retinet nam absqve eo esset figure du polyptote (πολύπτωτον) : eius ei. 3 is nvnc me retinet retinet est comme excruciat 857. 4 nam absqve eo esset recte signifie si ad eum res non pertineret (s'il ne s'agissait pas de lui), c'est-à-dire si cela n'était que ma faute.

189
recte ego mihi uidissem et senis essem ultus iracundiam :
j'aurais vite fait de voir ce qui me concerne et puni la mauvaise humeur du vieux ;

1 recte ego mihi vidissem et senis essem vltvs iracvndiam facete seruus occasionem melioris condicionis esse existimat fugae causam ; tamquam sibi peccanti153 et libertatis genus praestare posset et praedam. 2 recte ego mihi vidissem et154 dicimus uide tibi et uidete uobis. 3 Et recte uidissem pro155 prouidissem. 4 et senis essem vltvs iracvndiam senis maluit dicere quam domini, ut in ipso nomine et hortamentum impune fugiendi appareat. 5 Et simul quia non iram sed iracundiam dicturus erat ; nam ira de causa156 , iracundia de moribus. 6 et senis essem vltvs iracvn. iracvndiam non dixit euasissem sed ultus essem ; faciunt enim serui fugiendo, ut dominos paeniteat iratos fuisse. 7 vltvs essem sic Vergilius «  ulta uirum 121 ».
1 recte ego mihi vidissem et senis essem vltvs iracvndiam de façon plaisante, l'esclave considère que l'occasion d'obtenir une meilleure condition constitue une raison de fuir858 ; comme s'il pouvait s'offrir dans sa faute un genre de liberté et une récompense. 2 recte ego mihi vidissem et nous disons uide tibi (vois en ce qui te concerne) et uidete uobis (voyez en ce qui vous concerne)859. 3 Et recte uidissem est mis pour prouidissem (j'aurais prévu). 4 et senis essem vltvs iracvndiam il préfère dire senis plutôt que domini (maître), pour que cela paraisse dit en son nom propre, et que cela semble une exhortation à s'enfuir impunément860. 5 Et, en même temps, il dit senis parce qu'il va dire, non pas iram (colère), mais iracundiam ; en effet l'ira est suscitée par une raison, l'iracundia est due au caractère861. 6 et senis essem vltvs iracvndiam il ne dit pas euasissem (je me serais échappé) mais ultus essem ; car c'est par la fuite que les esclaves font regretter à leur maître de s'être montrés colériques862. 7 vltvs essem ainsi Virgile : « ulta uirum » (j'ai vengé mon époux).

190
aliquid conuasassem atque hinc me conicerem protinus1414 in pedes.
je me serais fait la malle et je me serais immédiatement tiré de là sur mes pieds.

1 aliqvid convasassem157 figuratum est a colligendis158 uasis. 2 hinc me conicerem πρὸς τὸ 159 «  recte ego mihi uidissem 122 ». 3 protinvs in pedes protinam 123 fuit, et sic Nigidius legit.
1 aliqvid convasassem image tirée des bagages qu'on rassemble. 2 hinc me conicerem renvoie à (πρὸς τὸ) « recte ego mihi uidissem ». 3 protinvs in pedes il y a eu protinam, et Nigidius lit ainsi863.

191
An.-quam hic fugam aut furtum parat ?
An.-Celui-là, quelle fuite ou quel larcin prépare-t-il ?

1 qvam hic fvgam πρὸς τὸ 160 «  conicerem in pedes 124 ». 2 avt fvrtvm parat πρὸς τὸ 161 «  aliquid conuasassem 125 ». 3 qvam hic fvgam avt fvrtvm parat secunda ἀπόδοσις : prius enim furtum quam fugam occurrere debuit.
1 qvam hic fvgam renvoie à (πρὸς τὸ) « conicerem in pedes »864. 2 avt fvrtvm parat renvoie à (πρὸς τὸ) « aliquid conuasassem ». 3 qvam hic fvgam avt fvrtvm parat apodose (ἀπόδοσις) de la deuxième catégorie, car le furtum aurait dû avoir lieu avant la fuga 865.

192
Ge.-sed ubi Antiphonem reperiam, aut qua quaerere insistam uia ?
Gé.-Mais où trouverais-je Antiphon ? dans quelle rue irais-je le chercher ?

1 sed vbi antiphonem reperiam sed pro ergo, ut sit : ergo ubi Antiphonem reperiam ? 2 An hic pro fine superioris sententiae est, ut Sallustius «  sed Metellus in ulteriorem prouinciam 126 » ? 3 reperiam si alicubi cesset ; avt qva qvaerere insistam via si alicubi ambulet. omnis enim, qui quaeritur, aut cessat aut ambulat.
1 sed vbi antiphonem reperiam sed pour ergo (donc), de sorte qu'on ait : ergo ubi Antiphonem reperiam (donc où pourrais-je bien trouver Antiphon)866 ? 2 Ou bien sed est-il ici mis en guise de conclusion à la phrase précédente, comme Salluste : « sed Metellus in ulteriorem prouinciam » (mais Métellus, dans une province plus lointaine...) ? 3 reperiam s'il se tient quelque part ; avt qva qvaerere insistam via s'il se promène quelque part. Car toute personne que l'on recherche soit se tient quelque part, soit se promène867.

193
Pha.-te nominat. An.-nescio quod magnum hoc nuntio exspecto malum. Pha.-ah
Phé.-Il dit ton nom. An.-Je ne sais quel grand malheur attendre de ce messager. Phé.-Oh !

1 te nominat ad hoc dudum auditur Geta et ipse non uidet adulescentes, ut plus illis terroris incutiat, dum secum loquitur. 2 nescio qvod magnvm hoc nvntio exp. exspecto m. malvm diserte locutus est nescio quod magnum hoc nuntio exspecto malum pro eo quod est nescio quod magnum malum hunc mihi nuntiaturum arbitror.
1 te nominat les jeunes gens entendent Géta, mais celui-ci ne les voit pas : le but est précisément qu'il leur inspire plus de terreur au fur et à mesure de son monologue. 2 nescio qvod magnvm hoc nvntio exspecto malvm il dit avec éloquence nescio quod magnum hoc nuntio exspecto malum au lieu de nescio quod magnum malum hunc mihi nuntiaturum arbitror (je pense que cet homme va m'annoncer je ne sais quel grand malheur)868.

194
sanun es ? Ge.-domum ire pergam : ibi plurimum est.
es-tu sain d'esprit ? Gé.-Je m'en vais rentrer à la maison : c'est là qu'il est le plus souvent.

1 domvm ire pergam hoc nos ἐλλειπτικῶς domum pergam. 2 ibi plvrimvm est ostendit ab initio se domum pergere et sic162 uidetur deliberasse quare. 3 ibi plvrimvm est scilicet propter amorem uxoris suae. 4 sanvn es τὸ πλῆρες sanusne es. 5 revocemvs hominem comice et moraliter addidit hominem. 6 sta illico ille reuocemus dixit, hic non progredi iussit.
1 domvm ire pergam nous, nous disons de façon elliptique (ἐλλειπτικῶς), domum pergam (je vais rentrer)869. 2 ibi plvrimvm est il montre au début qu'il va rentrer chez lui, et il semble ainsi avoir réfléchi pourquoi. 3 ibi plvrimvm est à cause de l'amour qu'il éprouve pour sa femme, évidemment. 4 sanvn es la forme complète (τὸ πλῆρες) est sanusne es (as-tu toute ta raison ?). 5 revocemvs hominem il ajoute hominem conformément au genre comique et au caractère du personnage870. 6 sta illico l'un dit reuocemus, l'autre lui ordonne de rester sur place.

195
Pha.-reuocemus hominem. An.-sta illico. Ge.-hem
Phé.-Rappelons le bonhomme. An.-Arrête tout de suite. Gé.-Hein !

196
satis pro imperio, quisquis es. An.-Geta. Ge.-ipse est quem uolui obuiam.
ça sent bien son ordre, qui que tu sois. An.-Géta ! Gé.-Le voilà, celui que je cherchais, devant moi.

1 satis pro imperio qvisqvis es hic ostendit culpae conscientia nullam auctoritatem reliquam in magistro Geta. 2 satis pro imperio id est imperiose.
1 satis pro imperio qvisqvis es ici, Géta montre, par la conscience de sa faute, qu'il ne lui reste aucune autorité comme professeur. 2 satis pro imperio c'est-à-dire imperiose (autoritairement).

197
An.-cedo quid portas, obsecro ? atque id, si potes, uerbo expedi.
An.-Allons ; quelle nouvelle apportes-tu, je t'en prie ? Et si tu peux, débarrasse-t'en en un seul mot.

1 cedo qvid portas obsecro ut «  si uera feram, si magna rependam 127 ». nam ferre et portare de negotiis maioribus dicitur. 2 cedo qvid portas obsecro atqve id si potes verbo exp. expedi mire expressit affectum de timore properantis. 3 verbo expedi deest uno.
1 cedo qvid portas obsecro comme « si uera feram, si magna rependam » (pour autant que je vais te dire la vérité et m'acquitter largement envers toi). En effet, on dit ferre (apporter) et portare pour des affaires qui ont une certaine importance871. 2 cedo qvid portas obsecro atqve id si potes verbo expedi il rend de façon étonnante le sentiment de quelqu'un que la peur fait se hâter. 3 verbo expedi il manque uno (un seul).

198
Ge.-faciam. An.-eloquere. Ge.-modo apud portum... An.-meumne ? Ge.-intellexti. An.-occidi. Pha.-hem...
Gé.-Je vais le faire. An.-Parle. Gé.-Tout à l'heure, au port... An.-C'est de mon... Gé.-Tu as compris. An.-Je suis mort. Phé.-Hein ?

1 eloqvere aliter ostendit quid est uerbo exp. expedi dicendo eloquere. 2 modo apvd portvm patrem uidi dicturus Geta praeuentus est ab eo, quem timor intellegentem fecerat. 3 hem proprie uim163 suam cuique personae exhibuit : celeritatem ex praesagio metuenti Antiphoni et tarditatem intellectus ex164 quiete pectoris Phaedriae securo.
1 eloqvere il montre ailleurs ce que veut dire uerbo expedi, en disant eloquere. 2 modo apvd portvm Géta, qui est sur le point de dire patrem uidi, est devancé par Antiphon, que la peur rend perspicace. 3 hem il met en scène, pour chaque personnage en particulier, son caractère personnel872 : la rapidité pour Antiphon qui se montre craintif en raison d'un pressentiment, et la lenteur d'esprit pour Phédria, en raison de son sentiment de sécurité.

199
An.-quid agam ? Pha.-quid ais ? Ge.-huius patrem me uidisse1415 patruum tuum.
An.-Que faire ? Phé.-Que dis-tu ? Gé.-Que j'ai vu son père, ton oncle.

1 qvid agam iam flet Antipho et adhuc non intellegit Phaedria. 2 hvivs patrem me vidisse patrvvm tvvm mire poeta et Antiphoni minus quam oportet et Phaedriae plus quam oportet fecit loqui nuntium. ille enim paene diuinat ex metu, hunc tardum securitas facit. 3 hvivs patrem m. me v. vidisse p. patrvvm t. tvvm reddit utrique proprium, ut ille qui timebat paucis intellegeret et ille qui erat securus pluribus edoceretur.
1 qvid agam à présent, Antiphon pleure, et Phédria ne comprend toujours pas. 2 hvivs patrem me vidisse patrvvm tvvm de façon étonnante, le poète fait s'adresser le messager à Antiphon moins qu'il ne le faudrait, et à Phédria davantage qu'il ne le faudrait873. De fait, celui-là devine presque le message en raison de la crainte qu'il éprouve, tandis que sa tranquillité d'esprit rend celui-ci plus lent à comprendre. 3 hvivs patrem me vidisse patrvvm tvvm il rend à chacun des deux ce qui lui est propre, de sorte que celui qui avait peur comprenne en peu de mots, mais que celui qui se sent en sécurité soit informé plus longuement.

200
An.-nam quod ego huic nunc subito exitio remedium inueniam miser ?
An.-Mais, moi, quel remède trouver à ce malheur inattendu, pauvre de moi ?

1 nam qvod ego hvic nvnc svbito nam aut subiunctiua coniunctio est superiori dicto quod ait «  quid agam 128 » aut ἀναστροφή est nam quod pro quodnam. 2 nvnc svbito exitio remedivm subito et aduerbium et nomen est. «  cum subito assurgens fluctu nimbosus Orion 129 ». 3 inveniam miser cum ego supra dixerit, ἐμφατικῶς addidit miser.
1 nam qvod ego hvic nvnc svbito ou bien nam est une conjonction de coordination qui fait le lien avec le quid agam qui a été dit plus haut, ou bien nam quod est une anastrophe (ἀναστροφή) pour quodnam (quel... donc)874. 2 nvnc svbito exitio remedivm subito est à la fois un adverbe et un nom : « cum subito assurgens fluctu nimbosus Orion » (quand soudain, surgissant avec les flots, l'orageux Orion...)875. 3 inveniam miser après avoir dit « ego » plus haut, il ajoute miser avec emphase (ἐμφατικῶς).

201
quod si eo meae fortunae redeunt, Phanium, abs te ut distrahar,
si mon destin en est arrivé,Phanium, à ce qu'on m'arrache à toi

1 qvod si eo meae fortvnae redevnt tragice amator hoc negotium fortunas omnes dixit esse. 2 fortvnae redevnt bene redeunt quasi in peius et a processu retro et in deterius. 3 phanivm abs te vt distrahar amatoria προσφώνησις per ἀποστροφήν. 4 abs te vt distrahar non dixit ut a me distraharis. 5 Et uide uerbum uim cohaerentis ostendere.
1 qvod si eo meae fortvnae redevnt de façon tragique, l'amoureux dit que cette affaire engage omnes fortunas (tout ce qu'il possède)876. 2 fortvnae redevnt redeunt est bien dit, comme si cela devenait moins bien, comme si c'était le résultat d'une régression, comme si cela devenait pire877. 3 phanivm abs te vt distrahar exclamation (προσφώνησις) amoureuse par apostrophe (ἀποστροφή). 4 abs te vt distrahar il ne dit pas ut a me distraharis (que tu sois arrachée à moi)878. 5 Et voyez que ce mot manifeste la force de leur lien.

202
nulla est mihi uita expetenda. Ge.-ergo istaec cum ita sunt, Antipho,
plus aucune vie ne m'attire. Gé.-Donc, les choses étant ce qu'elles sont, Antiphon,

1 nvlla est mihi vita expetenda nulla pro non. 2 An nullius condicionis, quasi dicat : ne deorum uita quidem mihi dulcis est sine te ? 3 nvlla est mihi vita expetenda scilicet165 ut nulla sibi uita sit expetenda sine Phanio.
1 nvlla est mihi vita expetenda nulla pour non 879. 2 Ou bien nulla uita signifie uita nullius condicionis (la vie dans aucune condition), comme s'il disait "sans toi, même la vie des dieux ne m'est pas douce". 3 nvlla est mihi vita expetenda comprendre qu'aucune vie n'est souhaitable (nulla est uita expetenda) pour lui sans Phanium, évidemment880.

203
tanto magis te aduigilare aequomst : fortis fortuna adiuuat.
rester sur tes gardes s'impose d'autant plus : la fortune aide les forts.

1 tanto magis te advigilare ad uim auctiuam nunc habet, ut adlaudabile, admirabile. 2 fortis fortvna adivvat παροιμία 166. 3 Et fortis accusatiuus pluralis est casus.
1 tanto magis te advigilare ad a ici un sens augmentatif, comme dans adlaudabile (louable), admirabile (admirable)881. 2 fortis fortvna adivvat proverbe (παροιμία). 3 Et fortis est à l'accusatif pluriel882.

204
An.-non sum apud me. Ge.-atqui opus est nunc quam maxime ut sis, Antipho ;
An.-Je ne sais plus où j'habite. Gé.-Pourtant c'est le moment ou jamais de le savoir, Antiphon ;

1 non svm apvd me id agitur, ut supra diximus, quemadmodum Antipho praesens non sit, quem neque conuenit contra patrem aliquid dicere neque rursum praesentem opprimi a patre ex argumento est. 2 atqvi opvs est nvnc qvam maxime vt sis antipho apud te subauditur.
1 non svm apvd me ce dont il s'agit, comme nous l'avons dit plus haut, c'est de justifier qu'Antiphon cesse d'être présent, dans la mesure où l'argument de la pièce fait ressortir qu'il ne convient pas, d'un côté, qu'il dise quoi que ce soit contre son père ni que, d'un autre côté, quand il réapparaîtra, son père l'accable. 2 atqvi opvs est nvnc qvam maxime vt sis antipho on sous-entend apud te (auprès de toi).

205
nam si senserit te timidum pater esse, arbitrabitur
car, s'il s'aperçoit que tu es craintif, ton père, il croira

1 nam si senserit te timidvm pater e. esse a. arbitrabitvr c. commervisse c. cvlpam sic Sallustius in historia «  ita fiducia quam argumentis purgatiores dimittuntur 130 ». 2 nam si senserit te t. timidvm timidum pro timentem, ut «  addit se sociam timidisque superuenit Aegle 131 » Vergilius.
1 nam si senserit te timidvm pater esse arbitrabatvr commervisse cvlpam ainsi Salluste dans son Histoire : « ita fiducia quam argumentis purgatiores dimittuntur » (ainsi c'est davantage de confiance qu'en raison de leurs arguments qu'ils sont renvoyés disculpés)883. 2 nam si senserit te timidvm timidum pour timentem (craignant), comme Virgile : « addit se sociam timidisque superuenit Aegle » (à leur aide et au secours de leur timidité vient Eglé)884.

206
commeruisse culpam. Pha.-hoc uerum est. An.-non possum immutarier.
que tu as fauté. Phé.-C'est vrai. An.-Je ne peux pas me changer.

1 commervisse cvlpam nunc commeruisse pro commisisse. 2 hoc vervm est congrue fit, ut et Geta et Phaedria audaciores sint, qui et absque amore sunt. et hos167 oportet obici pro Antiphone irato seni. 3 non possvm immvtarier uim negantis hoc habet quod ait immutarier. ostendit enim naturae suae timiditatem nullis adhortationibus eici posse.
1 commervisse cvlpam il dit ici commeruisse pour commisisse (avoir commis). 2 hoc vervm est cela tombe bien que Géta et Phédria soient tous les deux fort audacieux, eux qui sont aussi étrangers à l'affaire amoureuse. Et il convient qu'ils se jettent au devant du vieillard en colère à la place d'Antiphon. 3 non possvm immvtarier il y a une valeur négative dans son immutarier 885. Il montre en effet que son naturel craintif ne saurait être chassé par aucune exhortation886.

207
Ge.-quid faceres si aliud grauius1416 tibi nunc faciundum foret ?
Gé.-Que ferais-tu si tu avais quelque chose de plus grave à faire ?

qvid faceres si alivd gravivs tibi nvnc facivndvm foret bene grauius, quia hoc graue, ut uideas ipsam hortationem uim habere concedentis : graue esse quod geritur.
qvid faceres si alivd gravivs tibi nvnc facivndvm foret grauius est bien dit, parce que c'est graue (grave), afin que l'on voie que son exhortation même a la valeur d'une concession : ce qui se passe est graue (grave)887.

208
An.-qui1417 hoc non possum, illud minus possem. Ge.-hoc nihil est, Phaedria : ilicet.
An.-Je ne peux déjà pas faire cela, l'autre je le pourrais encore moins. Gé.-Ça ne sert à rien, Phédria, la séance est levée.

1 qvi hoc non possvm illvd minvs possem hoc intulit παρὰ προσδοκίαν, nam uidebatur hac interrogatione adduci posse ad sententiam percunctantis. et haec est dialectica contra ἐπαγωγήν, cum male respondendo callidae interrogationis interrumpimus argumentum. 2 hoc nihil est phaedria ilicet hoc relatiuum. 3 An hoc cum contemptu pro hic Antipho nihil est ? sic Cicero in Verrinis «  etsi hoc nescio quid nugatorem sciebam 132 » pro hunc. 4 ilicet semper ilicet finem rei significat, ut «  actum est 133 ». 5 ilicet per syncopam. sic iudices de consilio dimittebantur, suprema dicta cum praeco pronuntiasset ilicet, quod significat ire licet.
1 qvi hoc non possvm illvd minvs possem il prononce cela contre toute attente (παρὰ προσδοκίαν), car il semblait que cette question pouvait l'induire à une phrase interrogative888. Et c'est la dialectique qui vise à contrer l'induction (ἐπαγωγή)889, lorsque, en répondant mal à une question perfide, on coupe court à un propos. 2 hoc nihil est phaedria ilicet hoc est un anaphorique. 3 Ou bien hoc est-il mis, avec mépris, pour hic Antipho nihil est (cet Antiphon n'est rien)890 ? Ainsi Cicéron dans les Verrines : « etsi hoc nescio quid nugatorem sciebam » (même si je savais pas que c'était je ne sais quel diseur de balivernes) au lieu de hunc (celui-ci). 4 ilicet ilicet signifie toujours la fin d'une affaire, comme « actum est » (c'en est fait)891. 5 ilicet par syncope. Après avoir délibéré, les juges prenaient congé, lorsque le crieur public avait annoncé, en guise de derniers mots, ilicet, ce qui signifie ire licet (vous pouvez disposer).

209
quid hic conterimus operam frustra ? quin abeam1418 ? Pha.-et quidem ego. An.-obsecro,
Pourquoi gaspiller notre énergie ici ? Eh bien, je m'en vais. Phé.-Et moi aussi. An.-Je vous en prie !

1 qvin abeam hunc168 terrorem commouet Antiphoni. 2 Et quin pro cur non. 3 et qvidem ego ordo : et ego quidem. et deest abeo. 4 obsecro qvid si assimvlo satin est adeo morale uitium est. ex conscientia enim169 pauor, ut ipse quoque Antipho nitatur contra neque quicquam promoueat.
1 qvin abeam telle est la peur qu'il suscite chez Antiphon. 2 Et quin est mis pour cur non (pourquoi ne pas...). 3 et qvidem ego l'ordre est : et ego quidem. Et il manque abeo (je m'en vais). 4 obsecro qvid si assimvlo satin est tant son caractère a de défauts. En effet, c'est la conscience qui inspire la peur, en sorte qu'Antiphon aussi s'efforce lui-même de lutter contre elle sans pouvoir la faire reculer.

210
quid si assimulo ? satin est ? Ge.-garris. An.-uoltum contemplamini : em
Et si j'essayais de faire semblant ? Ça va comme ça ? Gé.-Tu veux rire. An.-Regardez cette mimique, hein !

qvid si assimvlo audacem scilicet.
qvid si assimvlo l'audacieux, évidemment.

211
satin sic est ? Ge.-non. An.-quid si sic ? Ge.-propemodum. An.-quid sic ? Ge.-sat est :
Ça va ainsi ? Gé.-Non. An.-Et si je le fais comme ça ? Gé.-Presque. An.-Et ainsi ? Gé.-Pas mal.

1 satin sic est hic locus actoris magis quam lectoris est : ostenditur enim conari ad simulandam audaciam, quo magis ridicule formidulosa persona est. 2 propemodvm et hoc non plenae consensionis est quod ait propemodum. 3 sat est non dixit bene est sed sat est. 4 Et uide uix ad hoc ipsum esse peruentum.
1 satin sic est ce passage relève davantage du théâtre joué que du théâtre lu : Antiphon est présenté en train d'essayer de feindre l'audace, ce qui rend le personnage encore plus ridiculement peureux. 2 propemodvm et ce propemodum ne relève pas d'un accord total. 3 sat est il ne dit pas bene est (c'est bien), mais sat est. 4 Et voyez qu'il y est difficilement parvenu.

212
em istuc serua : et uerbum uerbo, par pari ut respondeas,
Allons, garde celui-là et, mot pour mot, du tac au tac, tâche de répondre,

1 em istvc serva et verbvm verbo par pari ut " par pari referto 134"170. dicendo serua ostendit iam incipere deperire quod finxit atque assimulauit audaciae. 2 em istvc serva et verbvm verbo par pari et171 animaduerte quid doceat et uide satin artifex poeta debitum reddat rebus atque personis. 3 verbvm verbo par pari duo dixit : non tantum uerbum uerbo sed par pari.
1 em istvc serva et verbvm verbo par pari c'est comme « par pari referto »  ; en disant serua, il montre qu'en fait d'audace ce qu'il a forgé et simulé commence à se défaire. 2 em istvc serva et verbvm verbo par pari et considérez ce qu'il enseigne et voyez si l'habileté du poète ne rend pas assez bien justice aux faits et aux personnes892. 3 verbvm verbo par pari il dit deux choses : pas seulement uerbum uerbo, mais par pari 893.

213
ne te iratus suis saeuidicis dictis protelet. An.-scio.
pour éviter que, dans sa colère, avec ses injures insultantes, il te démolisse... An.-Je sais.

1 ne te iratvs svis saevidicis causalem uim habet quod ait iratus, hoc est : qui ob praesentem iram uehementius tecum agat. 2 protelet et172 protelum a pro et tendendo dictum est, quod est ante et trahere . alii ab assiduo telorum iactu existimant dici, ut Lucretius «  undique protelo plagarum continuato 135 », hoc est tenore. 3 protelet protrahat, percutiat 173, exagitet. 4 scio apparet hoc uerbum eo uultu dici, ut manifestum sit absenti animo esse, quocum174 loquitur.
1 ne te iratvs svis saevidicis ce mot iratus a un sens causal, c'est-à-dire : "lui qui, à cause de sa présente colère (ira), manifeste plus d'emportement à ton égard". 2 protelet protelo et protelum (attelage) viennent tous deux de pro (en avant) et de tendo (tendre), qui signifient respectivement ante (devant) et trahere. D'autres pensent ce mot vient de tela (traits) et désigne un jet continu de traits, comme chez Lucrèce : « undique protelo plagarum continuato » (par les chocs que, sans discontinuer, ils provoquent de toutes parts), au sens de suite continue. 3 protelet est synonyme de protrahat (qu'il entraîne), percutiat (qu'il frappe), exagitet (qu'il pourchasse). 4 scio visiblement, il dit ce mot avec un visage qui manifeste que celui avec qui il parle a la tête ailleurs894.

214
Ge.-ui coactum esse te1419 inuitum. Pha.-lege, iudicio. Ge.-tenes ?
Gé.-...que tu as été contraint par la force, malgré toi. Phé.-Par la loi, par le jugement. Gé.-Tu y es ?

1 vi coactvm esse te mira breuitas, qua tota defensio continetur. et subauditur fac respondeas aut quid tale. 2 invitvm bene idem repetit ad confirmandam memoriam trepidantis. etenim non diuersa sunt, sed saepe repetuntur, ut teneri possit id quod causae opus est. nam ui coactum esse idem significat quod inuitum . 3 An ideo ui coactum inuitum iungendum est, quod interdum etiam ipsi nos cogimur propria uoluntate ? ut ipse in Andria «  tu coactus tua uoluntate es 136 ». 4 tenes exquisite addidit tenes : apparet Antiphonem uultu ostendere, quod nihil horum perturbatus aduertat.
1 vi coactvm esse te étonnante brièveté qui rassemble la totalité de la défense895. Et on sous-entend fac respondeas (fais en sorte de répondre que) ou quelque équivalent. 2 invitvm il fait bien de répéter la même chose afin de rendre plus assurée la mémoire du jeune homme qui tremble. Et de fait, ce ne sont pas des arguments différents, mais ils sont répétés plusieurs fois, afin qu'Antiphon puisse retenir ce qui va lui servir d'excuse896. En effet, ui coactum esse a le même sens que inuitum. 3 Ou bien faut-il construire ui coactum avec inuitum 897 pour cette raison que nous nous forçons parfois par notre propre volonté ? Comme notre auteur dans L'Andrienne : « tu coactus tua uoluntate es ». 4 tenes il ajoute tenes avec goût : il est clair que la mimique d'Antiphon montre que, troublé comme il est, il n'a prêté aucune attention à tout cela.

215
sed quis hic1420 est senex quem uideo in ultima platea ? ipsus est.
Mais qui est ce vieux que j'aperçois au bout de la rue ? C'est lui !

1 sed qvis hic est senex sed, ut diximus, transitum significat ad alteram rem ab ea quae agebatur. 2 qvem video in vltima platea sic dixit ultima platea, quemadmodum Vergilius «  imas obsedere fores 137 ». 3 ipsvs est et quia timidior est et postea de proximo ipse dignoscit magis.
1 sed qvis hic est senex sed, comme nous l'avons dit, signifie que l'on passe du sujet dont il s'agissait à un autre sujet898. 2 qvem video in vltima platea il dit ultima platea, comme Virgile dit « imas obsedere fores » (ils ont pris position au pied de la porte)899. 3 ipsvs est et parce qu'il est assez apeuré et qu'ensuite, de plus près, il le reconnaît mieux.

216
An.-non possum adesse. Ge.-ah quid agis ? quo abis Antipho ?
An.-Je ne peux pas rester là. Gé.-Eh, que fais-tu ? Où vas-tu, Antiphon ?

1 non possvm adesse apparet ex conspectu patris magis confundi quam ex nuntio aduentus eius filium. 2 qvo abis antipho sic Vergilius «  quo fugis, Aenea ? 138 » et «  quo fugitis, socii ? 139 » sic enim loquitur qui uult ostendere condicionem locorum, in qua peruerso modo alius petitur, alius linquitur. 3175 ah qvid agis ut perturbati intercessoris est dicere quid agis ?, ut in Andria 176 «  mea Glycerium, quid agis ? cur te is perditum ? 140 »
1 non possvm adesse manifestement, apercevoir son père remplit davantage le fils de confusion qu'apprendre son arrivée900. 2 qvo abis antipho ainsi Virgile : « quo fugis, Aenea ? » (où fuis-tu, Enée ?) et « quo fugitis, socii ? » (où fuyez-vous, compagnons ?). C'est ainsi qu'on s'exprime quand on veut signaler une disposition topographique qui permet que, de manière éhontée, on file vers un lieu en en abandonnant un autre901. 3 ah qvid agis c'est pour ainsi dire le propre d'un médiateur que de dire, quand il est troublé, quid agis ?, comme dans L'Andrienne : « mea Glycerium, quid agis ? cur te is perditum ? »902.

217
mane, mane, inquam1421. An.-egomet me noui et peccatum meum :
Reste, reste, te dis-je. An.-Je me connais ainsi que ma faute.

1 mane mane inqvam omnia haec habent singularem uim in se reuocantis. 2 egomet me novi et peccatvm m. mevm duo dixit, et hominem pauidum et peccatum graue.
1 mane mane inqvam tous ces mots ne servent qu'à rappeler vers soi. 2 egomet me novi et peccatvm mevm il dit deux choses, à la fois que l'homme est effrayé, et que la faute est grave.

218
uobis commendo Phanium et uitam meam.
Je vous recommande Phanium et ma vie.

1 vobis commendo phanivm et vitam meam comice duo duobus rettulit : « me » et « peccatum meum », Phanium et uitam meam. 2 Et animaduerte, quod amator prius ponat Phanium quam uitam suam.
1 vobis commendo phanivm et vitam meam en conformité avec le genre comique, il rapporte deux éléments à deux autres : me et peccatum meum, Phanium et uitam meam. 2 Et remarquez que l'amoureux place Phanium avant sa propre vie903.

219
Pha.-Geta, quid nunc fiet ? Ge.-tu iam lites audies ;
Phé.-Géta, qu'est-ce qui va se passer maintenant ? Gé.-Toi, tu vas entendre une sentence,

1 geta qvid nvnc fiet apparet haec sic pronuntianda, quasi ea de destituto177 dicantur. 2 tv iam lites avdies non intulit quod quaerebatur, sed uerba sunt hominis omnia desperantis. 3 tv iam lites avdies ego plectar pendens tu audies, ego uerberabor, ut alibi «  tibi erunt parata uerba, huic homini uerbera 141 ». quod ipsum mire : tu non facies lites, sed audies.
1 geta qvid nvnc fiet il faut manifestement prononcer ces mots comme s'ils étaient dits de quelqu'un qui est complètement brisé. 2 tv iam lites avdies il ne répond pas à ce qu'on lui a demandé, mais ce sont les propos d'un homme en tout point désespéré. 3 tv iam lites avdies ego plectar pendens toi tu vas entendre (tu audies), mais moi, je vais être frappé, comme ailleurs : « tibi erunt parata uerba, huic homini uerbera » (on réservera, à toi, des sermons, à l'homme que je suis, du bâton). C'est en soi étonnant : toi tu ne vas pas faire de procès, mais tu vas l'entendre (audies)904.

220
ego plectar pendens nisi quid me fefellerit.
et moi, suspendu en l'air, je me ferai rouer de coups, sauf erreur de ma part.

ego plectar pendens plectar feriar, unde et plectrum et plagae dictae.
ego plectar pendens plectar signifie feriar (je serai frappé) ; de ce mot viennent plectrum (plectre) et plagae (coup).

221
sed quod modo hic nos Antiphonem monuimus,
Mais ce que nous recommandions ici tout à l'heure à Antiphon,

sed qvod modo hic nos deest tamen, ut sit : sed tamen.
sed qvod modo hic nos il manque tamen (cependant), pour qu'on ait : sed tamen(et pourtant).

222
id nosmet ipsos facere oportet, Phaedria.
c'est nous-mêmes qui devrions le faire, Phédria.

id nosmet ipsos facere oportet quia « nos » supra dixit, in significatione actus proprii ipsos addit.
id nosmet ipsos facere oportet puisqu'il a dit « nos » plus haut, il ajoute ipsos pour signifier qu'il s'agit de son acte personnel905.

223
Pha.-aufer mihi "oportet" : quin tu quid faciam impera.
Phé.-Ote-moi ce « nous devrions » et, plutôt, ce que tu veux que je fasse, ordonne-le.

1 avfer mihi oportet mero 178 ἀττικισμῷ addidit : et sine hoc mihi 179 sententia plena180 est. 2 qvid tv qvid faciam impera mire ad omnia paratum se indicat, qui impera dixit seruo.
1 avfer mihi oportet il ajoute mihi par pur atticisme (ἀττικισμῷ)906 : car même sans cela, la phrase est complète. 2 qvid tv qvid faciam impera de façon étonnante, il montre qu'il est prêt à tout, lui qui dit impera à l'esclave907.

224
Ge.-meministi1422 olim ut fuerit uestra oratio
Gé.-Te rappelles-tu votre conversation de tout à l'heure,

1 meministi olim vt fverit vestra oratio mire et consilio et oratione compendiosus est, quo magis Phaedriam propriis consiliis ac domesticis permoueret181. 2 vt fverit vestra oratio ut magis excitaret, non nostra dixit sed uestra.
1 meministi olim vt fverit vestra oratio de façon étonnante, il fait court dans ses conseils et dans son discours, afin de pousser totalement Phédria à ses propres résolutions personnelles908. 2 vt fverit vestra oratio afin de le pousser davantage à agir, il ne dit pas nostra (notre) mais uestra 909.

225
in re incipienda ad defendendam noxiam,
au moment d'engager l'affaire pour excuser votre faute,

1 in re incipienda proprie, quasi diceret182 magna, dixit et alibi «  uide quod inceptet facinus 142 ». 2 ad defendendam noxiam noxiam183 nunc culpam, alias rem. et est ἐπένθεσις ab eo quod est noxam. et hoc factum est propter iambica.
1 in re incipiendaau sens propre, comme s'il disait magna (grande affaire). Il dit aussi ailleurs : « uide quod inceptet facinus » (regarde le méfait qu'elle prépare). 2 ad defendendam noxiam noxia signifie ici culpa (faute), ailleurs qualifie res (affaire)910. Et il y a épenthèse (ἐπένθεσις) à partir du mot noxa. Et cela se produit à cause du mètre iambique911.

226
iustam illam causam facilem uincibilem optimam ?
que la cause était juste, facile, gagnée d'avance, excellente ?

1 ivstam illam cavsam facilem vincibilem optimam considera singula et inuenies et naturali ordine184 et per αὔξησιν dicta. 2 cavsam pro defensione posuit. 3 Et vincibilem quae facile uincat.
1 ivstam illam cavsam facilem vincibilem optimam considérez chacun de ces mots, et vous verrez qu'ils sont dits à la fois dans un ordre naturel et par amplification (αὔξησις)912. 2 cavsam il met causa pour defensio (défense). 3 Et vincibilem signifie quae facile uincat (qui triomphe facilement)913.

227
Pha.-memini. Ge.-em nunc ipsa est opus ea aut, si quid potest,
Phé.-Je me rappelle. Gé.-Eh bien, c'est maintenant qu'on en a besoin, ou même, si possible,

nvnc ipsa est opvs causa scilicet.
nvnc ipsa est opvs ipsa renvoie à causa, évidemment.

228
meliore et callidiore. Pha.-fiet sedulo.
d'une cause meilleure encore et plus habile. Phé.-Ça va se faire,i de mon mieux.

1 meliore et callidiore bene meliore et callidiore, quia tunc prolusio fuit, nunc ipsum proelium. 2 fiet sedvlo παρέλκον sedulo, nam suffecerat fiet.
1 meliore et callidiore meliore et callidiore est bien dit, parce qu'alors c'était l'exercice, mais qu'à présent c'est le combat proprement dit914. 2 fiet sedvlo sedulo fait pléonasme (παρέλκον), car fiet aurait suffi915.

229
Ge.-nunc prior adito tu, ego in insidiis hic ero
Gé.-Maintenant attaque le premier, toi ; moi, je serai ici en embuscade

1 nvnc prior adito tv adito quasi ad proelium. Vergilius «  nec quisquam ex agmine tanto audet adire uirum 143 ». 2 ego in insidiis hic ero tota μεταφορά de re militari est.
1 nvnc prior adito tv adito comme à la bataille. Virgile : « nec quisquam ex agmine tanto audet adire uirum » (et personne, dans une armée si nombreuse, n'ose affronter l'homme). 2 ego in insidiis hic ero toute la métaphore (μεταφορά) est tirée du domaine militaire.

230
succenturiatus, si quid deficias. Pha.-age.
et en supplétif, si tu viens à défaillir. Phé.-Vas-y.

1 svccentvriatvs succenturiari dicitur, qui explendae centuriae gratia subicit se ad supplementum ordinum. et est translatio a re militari. 2 age potuit dicere uero aut ita, sed age dixit, quod uerbum uim hortantis185 maximam praebet.
1 svccentvriatvs on dit succenturio pour quelqu'un qui, pour compléter une centurie, s'engage comme supplétif. Et c'est une métaphore tirée du registre militaire. 2 age il aurait pu dire uero (mais) ou ita (ainsi), mais il dit age, parce que ce mot offre une très grande force d'exhortation.

Actus secundus

scaena prima

Phaedria Geta Demipho

231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299 | 300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314

231
De.-Itane tandem uxorem duxit Antipho iniussu meo ?
Dé.-Ainsi donc Antiphon s'est marié sans mon aveu !

1 itane tandem vxorem dvxit antipho inivssv meo in hac scaena accusatio est et contradictio per remotiuam qualitatem. ergo controuersia. 2 itane tandem vxorem dvxit antipho hic exemplum uitae est, in quo spectatur nullam esse tam iustam et gratam186 iracundiam patris, quin uero187 et fiducia defensoris et interuallo temporis euanescat. 3 itane tandem vxorem dvxit non potuit uehementius incipere quam ut ipse crimen quod obicit miraretur. 4 itane tandem v. vxorem d. dvxit tandem hic expletiua coniunctio est, ut Cicero «  quousque tandem abutere, Catilina 144 ». 5 itane tandem hic totus uersus est in hoc : an factum sit, quod188 factum sit, a quo factum sit, in cuius iniuriam factum sit189.
1 itane tandem vxorem dvxit antipho inivssv meo il y a, dans cette scène, une accusation et une objection qui repose sur le fait de faire retomber l'accusation sur quelqu'un d'autre916. C'est donc une controverse. 2 itane tandem vxorem dvxit antipho on a ici un exemple tiré de la vie, dans lequel on voit qu'il n'y a pas de colère paternelle assez justifiée et bien venue qui en vérité ne s'évanouisse grâce à la garantie qu'apporte le défenseur de son fils et au fil du temps. 3 itane tandem vxorem dvxit il n'aurait pas pu commencer avec plus de véhémence qu'il ne le fait en s'étonnant personnellement du chef d'accusation qu'il expose917. 4 itane tandem vxorem dvxit tandem est ici une conjonction explétive, comme chez Cicéron : « quousque tandem abutere, Catilina » (jusques à quand, enfin, abuseras-tu, Catilina). 5 itane tandem ici, il est tout entier concentré sur les questions suivantes : est-ce que cela a été fait, qu'est-ce qui a été fait, par qui cela a-t-il été fait, à l'encontre de qui le tort a-t-il été fait918.

232
nec meum imperium – age1423 omitte1424 imperium – non simultatem meam
Ni mon autorité - mais bon, oublions mon autorité -, ni mon ressentiment,

1 nec mevm imperivm κατ᾽ ἀποσιώπησιν 190, quia191 non sequitur sed : intulit enim age ; subauditur autem reuereri. sic Lucretius «  nonne uidere 145 ». 2 age omitte192 imperivm non simvltatem σχῆμα : διὰ μέσου διόρθωσις 193. Vergilius «  cuius ob auspicium infaustum moresque sinistros 146 ». 3 age omitte194 legitur et ac195 . 4 simvltatem iurgium, contentionem.
1 nec mevm imperivm par aposiopèse (κατ᾽ ἀποσιώπησιν), parce que ce n'est pas sed (mais) qui vient ensuite : il dit en effet age 919 ; on sous-entend par ailleurs reuereri (craindre). Ainsi Lucrèce : « nonne uidere » (ne voyez-vous pas)920. 2 age mitto imperivm non simvltatem figure : correction par parenthèse (σχῆμα· διὰ μέσου διόρθωσις)921. Virgile : « cuius ob auspicium infaustum moresque sinistros » (de celui qui, par sa mauvaise étoile et ses funestes dispositions). 3 age mitto on lit aussi ac (et). 4 simvltatem est synonyme de iurgium (querelle), contentionem (conflit).

233
reuereri saltem ! non pudere ! o facinus audax, o Geta
au moins, il ne respecte rien ; aucune honte. Un forfait d'une audace ! Ah ! Géta

1 non pvdere hoc absolutum est et nulli adnexum. 2 non pvdere hic Nigidius annotauit neminem uideri pudere ante delictum.
1 non pvdere c'est employé absolument et cela n'est rattaché à personne en particulier922. 2 non pvdere ici, Nigidius a signalé en note que l'on ne voit personne avoir honte (pudere) avant d'avoir commis une faute923.

234
monitor ! Ge.-uix tandem. De.-quid mihi dicent aut quam causam reperient ?
le bon conseiller ! Gé.-Ah, tout de même ! Dé.-Que vont-ils me dire ? Quel prétexte trouveront-ils ?

1 vix tandem conuenit hoc dictum ei, qui iam pridem se male audire putat, et ideo sero uidetur ad hunc senex peruenisse, cum ille metuens se primum ad accusationem crederet. 2 An uix tandem ad hoc pertinet, quia ille monitor dixit ? quasi dicat : uix tandem factum est, ut me senex laudare coepisset, quia monitor quamuis in contrarium dixerit, tamen nomen est laudis. 3 vix tandem εἰρωνεία, quasi paene me oblitus est. 4 An quia tarde ad seruum196 peruenit senex, quem ille ob conscientiam a se coepturum esse197 credebat ? 5 qvid mihi dicent avt qvam cavsam r. reperient dicent si negare uoluerint, causam reperient si purgare : omne enim crimen a defensore aut negatur aut purgatur.
1 vix tandem ce propos lui est adapté : depuis quelque temps déjà, il pense qu'il va être grondé, et c'est précisément pour cela qu'il lui semble que le vieillard a mis du temps à en venir à mentionner sa personne, alors que, parce qu'il avait peur, il croyait qu'il serait le premier à être accusé. 2 Ou bien uix tandem se rapporte-t-il au fait que l'autre a dit monitor ? Comme s'il disait : "enfin (uix tandem) c'est arrivé, le vieillard s'est mis à faire mon éloge", parce que monitor – bien que le vieillard l'emploie de façon péjorative – est un nom connoté postivement924. 3 vix tandem ironie (εἰρωνεία), comme s'il disait "il m'a presque oublié". 4 Ou bien parce que le vieillard met du temps à en venir à l'esclave, alors que lui, à cause de son sentiment de culpabilité, croyait qu'il allait commencer par lui ? 5 qvid mihi dicent avt qvam cavsam reperient dicent s'ils veulent nier, causam reperient s'ils veulent se disculper : en effet, pour tout chef d'accusation, soit le défenseur nie, soit il le justifie.

235
demiror. Ge.-atqui repperi iam1425 : aliud cura. De.-an hoc dicet mihi :
Je me le demande. Gé.-J'ai trouvé, ça y est ! Change d'obsession. Dé.-Va-t-il me dire :

1 demiror pro nescio, nam admirationem ignorantia facit. 2 atqvi repperi iam alivd c. cvra eo animo hoc dicit, quo supra «  uix tandem 147 ». 3 Et cum ille pluraliter « reperient » dixerit, hic singulariter repperi respondet, quasi in se solo sit crimen.
1 demiror pour nescio (je ne sais pas), car l'ignorance est source d'étonnement. 2 atqvi repperi iam alivd cvra il dit cela avec le même état d'esprit que, plus haut, « uix tandem ». 3 Et, alors que l'autre a dit « reperient », au pluriel, il répond repperi, au singulier, comme si la faute reposait seulement sur lui925.

236
"inuitus feci. lex coegit" ? audio, fateor. Ge.-places.
je l'ai fait malgré moi ; la loi m'y a contraint ? J'entends cela, je ne dis pas non. Gé.-Là, tu me plais.

invitvs feci lex coegit bene poeta iam scire facit senem quid isti dicturi sint, ut uideatur frangi posse qui iam partem defensionum admittit.
invitvs feci lex coegit le poète, et c'est bien, fait en sorte que le vieillard sache ce que les autres vont dire, afin qu'il semble pouvoir être fléchi, lui qui reconnaît une partie de la défense926.

237
De.-uerum scientem, tacitum causam tradere aduersariis,
Dé.-Mais sciemment, sans mot dire, donner gain de cause à ses adversaires,

cavsam tradere adversariis198 hoc cum maiore exclamatione dicitur ; non enim dixit concedere aduersariis, sed quod peius199 est causam tradere200 .
cavsam tradere adversariis c'est dit avec une exclamation plus appuyée ; car il ne dit pas concedere aduersariis (s'incliner devant ses adversaires), mais causam tradere, ce qui est pire927.

238
etiamne id lex coegit ? Pha.-illud durum. Ge.-ego expediam : sine !
est-ce que la loi l'y a forcé aussi ? Phé.-Voilà le point qui résiste. Gé.-Je m'en débrouillerai ; laisse-moi faire.

1 illvd dvrvm illud durum dicit, quod supra «  atqui repperi iam : aliud201 148 ». 2 illvd dvrvm ego expediam sine uide praeparationem futurae defensionis : quam nisi hoc modo Terentius intulisset, incredibile uideretur subito sedatum senem.
1 illvd dvrvm il dit illud durum parce qu'il a dit plus haut « atqui repperi iam : aliud ». 2 illvd dvrvm ego expediam sine voyez la préparation de la défense à venir : si Térence ne l'avait pas introduite de cette façon, il semblerait incroyable que le vieillard se calme d'un coup928.

239
De.-incertum est quid agam, quia praeter spem atque incredibile hoc mihi obtigit :
Dé.-Je ne sais quoi faire, parce que ça dépasse les attentes et c'est incroyable, ce qui m'arrive !

1 incertvm est qvid agam nonnihil iam fracta indignatio est : cum his uerbis202 non iam ira sed admodum maeror est. 2 qvia praeter spem atqve incredibile hoc Vergilius «  hunc ego si potui tantum sperare dolorem 149 ». 3 atqve incredibile hoc mihi obtigit grauius est incredibile quam praeter spem et ideo posterius et in auctu est. 4 obtigit pro accidit, ob cuius respectum reciprocum est203 , si quis quid204 accidisse dicat, non obtigisse.
1 incertvm est qvid agam l'indignation est déjà quelque peu atténuée : en effet, il n'y a plus de colère dans ces mots, mais tout au plus de la tristesse. 2 qvia praeter spem atqve incredibile hoc Virgile : « hunc ego si potui tantum sperare dolorem » (si j'ai pu, moi, m'exposer à cette si grande douleur)929. 3 atqve incredibile hoc mihi obtigit incredibile a plus de poids que praeter spem, et c'est pourquoi il vient en second, dans un mouvement de gradation. 4 obtigit mis pour accidit (il s'est produit pas accident) ; à cet égard, la réciproque, c'est quand quelqu'un dit accidit et non obtigit (il est advenu opportunément)930.

240
ita sum irritatus animum ut nequeam ad cogitandum instituere.
Je suis dans une telle colère que je ne peux fixer mon esprit et réfléchir.

1 ita svm irritatvs irritatus prouocatus et in iram impulsus, hoc est commotus et perturbatus. 2 animvm vt neqveam ad cogitandvm institvere bene instituere dixit, quo uerbo quies ostenditur cogitaturae205 mentis, quae nunc non adest.
1 ita svm irritatvs irritatus signifie prouocatus (provoqué) et in iram impulsus (poussé à la colère), c'est-à-dire commotus (troublé) et perturbatus (perturbé). 2 animvm vt neqveam ad cogitandvm institvere il fait bien de dire instituere : ce verbe montre la tranquillité qu'il faudra à son esprit pour réfléchir, tranquillité dont il ne dispose pas pour l'instant931.

241
quam ob rem omnis, cum secundae res sunt maxime, tum maxime
Aussi, plus les affaires sont prospères à un moment, plus, à ce moment même,

1 cvm secvndae res svnt maxime tvm maxime ut «  nudus ara, sere nudus 150 ». 2 Et bona sententia : tum maxime sapienti metuendum, quo tempore maxime securus est stultus.
1 cvm secvndae res svnt maxime tvm maxime comme « nudus ara, sere nudus » (mets-toi nu pour labourer, mets-toi nu pour semer)932. 2 Et c'est une bonne maxime : c'est précisément lorsque le sot se sent le plus en sécurité, que le sage doit éprouver de la crainte933.

242
meditari oportet secum1426 quo pacto aduersam aerumnam ferant,
il faut envisager en son for intérieur comment supporter l'adversité,

1 meditari oportet secvm bene additum secum : insane206 enim uidebitur hoc palam agere. 2 adversam aervmnam ferant abundat aduersam.
1 meditari oportet secvm secum est bien ajouté : on verra en effet qu'il fait ouvertement cela sous un coup de folie. 2 adversam aervmnam ferant aduersam est superflu934.

243
pericula damna exilia : peregre rediens semper cogitet
des dangers, des pertes, des exils. Quand on revient de voyage, il faut toujours se représenter

1 pericvla damna exilia peregre rediens semper cogitet avt f. filii p. peccatvm a. avt v. vxoris m. mortem superiora ἀσύνδετα inferioribus intermixta sunt coniunctionibus intermixtis207. Sallustius «  nam quid a Pyrrho, Hannibale, aequore et terra 151 ». 2 peregre rediens semper cogitet mire a genere ad speciem non semel transit ; nam cum dicit peregre rediens, iam de se loquitur sed latenter. 3 semper cogitet ad singularem a plurali208 transit : supra dixit «  omnes 152 », at nunc cogitet. 4 Et est ordo : semper peregre rediens 209, quicumque peregre redit.
1 pericvla damna exilia peregre rediens semper cogitet avt filii peccatvm avt vxoris mortem les asyndètes (ἀσύνδετα) du début sont liées à ce qui suit par l'insertion de conjonctions. Salluste : « nam quid a Pyrrho, Hannibale, aequore et terra » (en effet, contre Pyrrhus et Hannibal, par terre et par mer, qu'est-ce que...)935. 2 peregre rediens semper cogitet de façon étonnante, il ne passe pas, d'un seul coup, du général au particulier936 ; en effet, quand il dit peregre rediens, il parle déjà de lui, mais à mots couverts. 3 semper cogitet il passe du pluriel au singulier : plus haut, il a dit « omnes », mais à présent il dit cogitet. 4 Et l'ordre est : semper peregre rediens, c'est-à-dire quiconque revient de l'étranger937.

244
aut filii peccatum aut uxoris mortem aut morbum filiae,
l'inconduite d'un fils, la mort d'une femme, la maladie d'une fille,

1 avt filii peccatvm avt vxoris mortem avt morbvm filiae quamuis iratus filio non potuit tamen dicere filii mortem. conuenit autem seni uxoris mortem non putare magnum incommodum. 2 avt filii peccatvm a. avt v. vxoris m. mortem avt m. morbvm f. filiae uarie post enumerationem conclusam cetera intulit. Vergilius «  sed neque Medorum siluae ditissima terra n. nec p. pulcher G. Ganges a. atque a. auro t. turbidus H. Hermus 153 ».
1 avt filii peccatvm avt vxoris mortem avt morbvm filiae bien qu'il soit en colère contre son fils, il ne peut dire filii mortem (la mort de son fils). Par ailleurs, il convient à un personnage de vieillard de ne pas considérer que la mort de l'épouse serait un grand malheur938. 2 avt filii peccatvm avt vxoris mortem avt morbvm filiae avec un souci de variation, il met encore plusieurs choses après la clôture de son énumération. Virgile : « sed neque Medorum siluae ditissima terra nec pulcher Ganges atque auro turbidus Hermus » (mais ni la terre des Mèdes, si riche en forêts, ni le beau Gange, ni l'Hermus dont l'or trouble les eaux)939.

245
communia esse haec, fieri posse, ut ne quid animo sit nouom ;
que ces accidents sont communs, qu'ils peuvent nous arriver, afin que notre esprit ne soit surpris de rien,

1 commvnia esse haec fieri posse ordo est : semper cogites communia esse, fieri posse filii peccatum, uxoris mortem, filiae morbum. 2 commvnia esse commune est, quod accidere omnibus potest.
1 commvnia esse haec fieri posse l'ordre est : semper cogites940 communia esse, fieri posse filii peccatum, uxoris mortem, filiae morbum941 . 2 commvnia esse est communis ce qui peut arriver à tout le monde.

246
quidquid praeter spem eueniat, omne id deputare esse in lucro.
et tout ce qui arrive contrairement à ces prévisions, il faut le compter pour un gain.

1 qvicqvid praeter spem eveniat omne id depvtare esse in lvcro uide iam senem fractum non culpam filii magnam dicere210 , sed ideo indignari, quod non crediderit peccaturum in quo ipse se reprehendat. 2 Quod a precatoribus211 dici solebat, hoc dicit : communia esse et fieri posse.
1 qvicqvid praeter spem eveniat omne id depvtare esse in lvcro voyez qu'à présent le vieillard, brisé, ne considère pas la faute qu'a commise son fils comme grande, mais qu'il est indigné parce qu'il ne croyait pas que son fils commettrait une faute, ce qui fait que c'est à lui-même qu'il fait des reproches. 2 Il dit communia esse et fieri posse, ce que disaient d'ordinaire les intercesseurs942.

247
Ge.-o Phaedria, incredibilest quantum erum ante eo sapientia ;
Gé.-O Phédria, c'est incroyable comme je dépasse le patron en sagesse :

ervm ante eo sapientia legitur ante eo 212, sed pronuntiatiuum213 pro coniunctiuo, ante eo pro ante eam.
ervm ante eo sapientia on lit ante eo, mais c'est l'indicatif au lieu du subjonctif, ante eo au lieu d'ante eam (je dépasse).

248
meditata sunt mihi1427 omnia mea incommoda erus si redierit.
j'ai envisagé, moi, tous les soucis qui m'attendent, au retour du maître ;

1 meditata svnt mihi omnia mea incommoda nimis comice non clades aut aerumnas posuit seruus, sed incommoda : molere in pistrino, uapulare, habere compedes et cetera, cum hoc nomen leue quiddam significet214, ut in Eunucho «  immo enim infeliciter : nam incommoda alia sunt dicenda, Parmeno 154 ». 2 ervs si redierit si autem215 pro cum seruiliter ut dubitet ex uoto suo, utrum dominus redeat an non, quod cupit.
1 meditata svnt mihi omnia mea incommoda de façon excessivement comique, l'esclave ne met pas clades (désastre) ou aerumnae (épreuves), mais incommoda : molere in pistrino, uapulare, habere compedes, etc., alors que ce nom renvoie à quelque chose de léger, comme dans L'Eunuque : « immo enim infeliciter : nam incommoda alia sunt dicenda, Parmeno ». 2 ervs si redierit quant à si, il est mis pour cum (lorsque), à la manière des esclaves, en sorte que le personnage ne sait pas bien, à l'issue de son vœu, ce qu'il désire : que son maître revienne ou non943.

249
molendum usque1428 in pistrino, uapulandum ; habendae compedes,
il faudra tourner la meule au moulin, être battu, que je porte des entraves,

1 molendvm vsqve in pistrino facete enumerat seruus uniuersa supplicia suae condicionis excepta cruce et furca, quarum poenam uerbis extenuare non potuit. 2 habendae compedes uitiosam locutionem seruili personae dedit Terentius ; nam integrum esset, si diceret habendas compedes. unde quidam non esse sed usque legunt.
1 molendvm vsqve in pistrino l'esclave passe en revue, d'une manière plaisante, la totalité des châtiments propres à sa condition, à l'exception de la croix et de la fourche, parce qu'il ne peut atténuer ces punitions par les mots944. 2 habendae compedes Térence attribue une expression incorrecte à un personnage de condition servile ; en effet l'expression correcte serait habendas compedes. C'est pourquoi certains lisent, non pas esse, mais usque (jusqu'à)945.

250
opus ruri faciendum, horum nihil quicquam accidet animo nouum.
travailler aux champs. Rien de rien de tout cela ne surprendra mon esprit.

1 opvs rvri faciendvm uarie : molendum, uapulandum, compedes, opus. 2 Et supra uerba gerundia sunt et infra participia. 3 horvm nihil qvicqvam accidet animο novvm recte addidit animo : omne enim quicquid acciderit nouum erit, sed non animo. 4 horvm qvicqvam nihil παρέλκον quartum. 5 horvm nihil accidet animo novvm tale est illud sapientis Aeneae «  non ulla laborum o uirgo, noua mi facies inopinaue surgit 155 ». et «  arma parate animis et spe praesumite bellum 156 » et «  hunc ego si potui tantum sperare dolorem 157 » idem.
1 opvs rvri faciendvm avec un souci de variation946 : « molendum », « uapulandum », « compedes », opus. 2 Et, dans un premier temps, les verbes sont au gérondif, dans un second temps, ils sont au participe947. 3 horvm nihil qvicqvam accidet animο novvm il a raison d'ajouter animo : car tout ce qui arrive (accidit) est nouveau (nouus), mais pas pour l'esprit (animus). 4 horvm qvicqvam nihil pléonasme (παρέλκον) de la quatrième catégorie948. 5 horvm nihil accidet animo novvm ce propos du sage Enée est du même genre : « non ulla laborum o uirgo, noua mi facies inopinaue surgit » (aucune de mes épreuves, jeune fille, ne surgit devant moi sous un aspect nouveau ou inattendu)949. Et de même « arma parate animis et spe praesumite bellum » (préparez vos cœurs aux combats et envisagez la guerre avec espoir) et « hunc ego si potui tantum sperare dolorem » (si j'ai pu, moi, m'exposer à cette si grande douleur) 950.

251
quicquid praeter spem eueniet, omne id deputabo esse in lucro.
Tout ce qui arrivera contrairement à mes prévisions, tout cela, je le compterai pour un gain.

1 qvicqvid praeter spem eveniet omne id depvtabo esse in lvcro totidem uerbis usus est, quot senex, ad irrisionem eius. sic et in Adelphis «  inspicere tamquam in speculum in patinas, Demea, iubeo 158 ». 2 omne id depvtabo esse in lvcro hoc idem senex fieri oportere dixit, quod hic fecit. ergo sapienter Geta.
1 qvicqvid praeter spem eveniet omne id depvtabo esse in lvcro il reprend mot pour mot951 les propos du vieillard pour se moquer de lui. Ainsi dans Les Adelphes également : « inspicere tamquam in speculum in patinas, Demea, iubeo ». 2 omne id depvtabo esse in lvcro le vieillard a dit qu'il fallait précisément que se produise ce qu'il fait. Géta se conduit donc en sage.

252
sed quid cessas hominem adire et blande in principio alloqui ?
Mais qu'attends-tu pour aller à l'abordage du bonhomme et lui parler d'abord gentiment ?

1 sed qvid cessas hominem adire bene adire quasi terribilem et pugnaturum, ut «  audet adire uirum 159 ». 2 Et hominem comice addidit. 3 et blande in principio alloqvi recte monuit qui ait216 non perpetuo blande sed in principio agendum, secundum praeceptum Isocratis.
1 sed qvid cessas hominem adire adire est bien dit, comme s'il était effrayant et sur le point de combattre, comme dans « audet adire uirum » (il ose affronter le guerrier). 2 Et il ajoute hominem en conformité avec le style comique952. 3 et blande in principio alloqvi il donne un conseil judicieux en disant qu'il faut agir blande non pas continuellement, mais in principio, conformément au précepte donné par Isocrate.

253
De.-Phaedriam mei fratris uideo filium mihi ire obuiam.
Dé.-J'aperçois Phédria, le fils de mon frère, qui vient à ma rencontre.

phaedriam mei fratris video filivm haec uerba ostendunt quam pacato ore suscipiatur Phaedria.
phaedriam mei fratris video filivm ces propos montrent combien Phédria est accueilli avec un visage apaisé953.

254
Pha.-mi patrue, salue. De.-salue ; sed ubi est Antipho ?
Phé.-Cher oncle, bonjour. Dé.-Bonjour, mais où est Antiphon ?

1 mi patrve salve mi uim blandimenti habet, nam significat meus. 2 salve sed vbi est antipho bene expressit promptum animum ad litigandum217, partim218 adita219 salute et potius ad iurgium peruertenda220 .
1 mi patrve salve mi a une connotation hypocoristique ; il signifie en effet meus (mon cher). 2 salve sed vbi est antipho il restitue bien l'état d'esprit de quelqu'un qui est prêt à en découdre : la salutation est à moitié faite954 et elle se tourne plus volontiers en querelle955.

255
Pha.-saluum te1429 uenire... De.-credo ; hoc responde mihi.
Phé.-Te voir revenir sain et sauf... Dé.-Je te crois. Réponds à ma question.

1 salvvm te venire ἔλλειψιςuel ἀποσιώπησις — : gaudeo enim subauditur ; quod nisi acceperis, non intelleges cur hic responderit credo. 2 salvvm venire iracundiam frangere conatur obsequio et mora. 3 salvvm venire altera salutatio ad leniendum et ad criminis dissimulationem. sed et tertio addidit «  satin omnia ex sententia ? 160 ». 4 credo hoc responde mihi hoc incerta distinctione pronuntiatur 221.
1 salvvm te venire ellipse (ἔλλειψις ) – ou aposiopèse (ἀποσιώπησις) – : on sous-entend en effet gaudeo (je me réjouis) ; si on ne comprend pas ainsi, on ne saisit pas pourquoi l'autre répond credo956 . 2 salvvm venire il essaie de briser sa colère en utilisant la déférence pour perdre du temps. 3 salvvm venire second salut957, afin de l'adoucir et de dissimuler la faute. Mais il ajoute aussi, dans un troisième temps, « satin omnia ex sententia ? ». 4 credo hoc responde mihi 958 c'est prononcé avec une ponctuation incertaine959.

256
Pha.-ualet, hic est ; sed satin omnia ex sententia ?
Phé.-Il va bien ; il est ici. Mais tout va-t-il comme tu le souhaites ?

1 valet hic est222 oratorie dissimulat atque ita, quasi senex non iratus quaerat, sed de salute sollicitus Antiphonis. 2 sed satin omnia ex sententia quod uulgo omnia recte ? et deest quaeris aut quid tale.
1 valet hic est il élude de façon oratoire et comme si le vieillard l'interrogeait, non pas parce qu'il était en colère, mais parce qu'il était inquiet pour la santé d'Antiphon960. 2 sed satin omnia ex sententia ce que l'on dit communément omnia recte ? (tout va bien ?). Et il manque quaeris (tu demandes) ou quelque équivalent.

257
De.-uellem equidem. Pha.-quid istuc est ? De.-rogitas, Phaedria ?
Dé.-Je voudrais bien ! Phé.-Qu'y a-t-il donc ? Dé.-Tu le demandes, Phédria ?

1 vellem eqvidem semper hoc uerbum dolentis est et negantis euenire quod uoti est. 2 qvid istvc est magnam uim habet contra iram huiusmodi interrogatio.
1 vellem eqvidem961 ce verbe caractérise toujours l'expression de la souffrance et l'aveu que ne se réalise pas ce que l'on souhaite962. 2 qvid istvc est une interrogation de ce genre a beaucoup de pouvoir contre la colère963.

258
bonas me absente hic confecistis nuptias.
Et ce beau mariage qu'en mon absence vous avez réalisé ?

1 bonas me absente hic confecistis nvptias mire consuetudinem expressit dicendo bonas. 2 me absente summa criminis. 3 bonas me absente hic confecistis nvptias crimen in duobus esse demonstrat nunc223 , quod bonas et quod absente patre.
1 bonas me absente hic confecistis nvptias en disant bonas, il utilise de manière paradoxale un usage courant de la langue964. 2 me absente partie la plus grave de l'accusation. 3 bonas me absente hic confecistis nvptias il montre maintenant que la faute se divise en deux : bonas et absente patre 965.

259
Pha.-eho an id succenses nunc illi ? Ge.-artificem probum !
Phé.-Ah ! est-ce pour cela que tu es fâché pour l'heure contre lui ? Gé.-Tu parles d'un comédien !

1 eho an id svccenses nvnc illi huc tendebat interrogatio, ut tam integris rebus admiraretur irasci senem. 2 artificem probvm εἰρωνεία, nam non est224 artifex, cuius reprehenditur locus225 .
1 eho an id svccenses nvnc illi la question avait pour but que Phédria s'étonne de ce que le vieillard se met en colère alors que tout va si bien. 2 artificem probvm ironie (εἰρωνεία), car il n'est pas un artifex, celui dont on reprend les propos pour les critiquer966.

260
De.-egon illi non succenseam ? ipsum gestio
Dé.-Je pourrais ne pas être fâché contre lui ! Je brûle

gestio plus est quam uolo.
gestio est plus fort que uolo (je veux).

261
dari mihi in conspectum, nunc sua culpa ut sciat
de le voir comparaître devant moi, pour que, désormais, par sa faute, il sache

dari mihi in conspectvm non dixit uenire ut filium, sed dari ut reum.
dari mihi in conspectvm il ne dit pas uenire (venir), comme on dirait d'un fils, mais dari, comme d'un accusé.

262
lenem patrem illum factum1430 esse acerrimum.
qu'un père indulgent est devenu très intraitable.

1 lenem patrem illvm me artificium226 poetae ! in media patris saeuitia mentionem lenitatis induxit, ut ostendat quam facile placari possit227. 2 lenem patrem illvm factvm e. esse a. acerrimvm nota ἀντίθετον : non enim leni asperrimum sed acerrimum reddidit, et mutauit gradum positiuo superlatiuum opponens. 3 lenem patrem illvm fac. factvm e. esse ac. acerrimvm sic Vergilius «  quantum mutatus ab illo Hectore 161 ».
1 lenem patrem illvm me quel art de la part du poète ! au moment même où se manifeste la sévérité du père, il introduit une mention de sa lenitas (indulgence), afin de montrer combien il serait facile de l'apaiser967. 2 lenem patrem illvm factvm esse acerrimvm remarquez l'antithèse (ἀντίθετον) : en effet, il n'oppose pas à lenis asperrimus, mais acerrimus 968, et il change de degré en opposant le superlatif au positif. 3 lenem patrem illvm factvm esse acerrimvm ainsi Virgile : « quantum mutatus ab illo Hectore » (il était bien différent du fameux Hector)969.

263
Pha.-atqui nil fecit, patrue, quod succenseas.
Phé.-Il n'a pourtant rien fait, mon oncle, qui mérite ta colère.

1 atqvi nihil fecit p. patrve summa contradictionis. 2 Et non dixit leuiter peccauit sed nihil fecit, nedum quod punias sed quod succenseas, id quod leuissimum est.
1 atqvi nihil fecit patrve point principal de l'objection970. 2 Et il ne dit pas leuiter peccauit (il a commis une petite faute) mais nihil fecit ; à plus forte raison971, il ne dit pas quod punias (pour que tu le punisses), mais quod succenseas, ce qui est très léger.

264
De.-ecce autem similia omnia ! omnes congruunt :
Dé.-Et voilà, toujours la même chose ! Ils s'entendent tous !

1 ecce avtem similia omnia ecce autem uox est apta his, quae noua et improuisa animo accidunt. sic Vergilius «  ecce autem gemini a Tenedo tranquilla per alta 162 ». 2 similia omnia omnes congrvvnt more stomachantis omnia et omnes